La globalisation financière et commerciale, c’est fini. Fuite devant le dollar en raison des sanctions.

Nous expliquons régulièrement que la globalisation, c’est fini.

Nous sommes passés d’un monde de concertation à un monde de compétition stratégique et nous entrons dans un monde guerre tiède en attendant la vraie guerre chaude et sanglante .

L’un des ressorts de la globalisation c’est l’audace, le goût du risque, le vrai bien sur , celui qui fait entreprendre, bouger les capitaux de long terme,  et innover.

Les gouvernements des pays développés manipulent l’appétit pour le risque, c’est ainsi qu’il faut analyser leurs politiques monétaires qui consistent:

-d’abord à créer des liquidités pléthoriques

-ensuite à mettre les taux d’intérêt  c’est a dire le cout de l’argent, à zéro et

-enfin à donner des assurances de socialisation des pertes par le Put

Le monde actuel a horreur du risque, du vrai risque et comme il a horreur du risque, il joue, il spécule sur les actifs anciens à la loterie de la Bourse sous la protection bienveillante des banques centrales. La hausse des bourses traduit non l’appétit pour le risque mais la fuite devant le vrai risque. Le jeu boursier présent n’est pas la prise de risque, la Bourse monte parce que les banques centrales (c’est à dire vous), prennent le risque à leur charge.

Les près de 11 trillions de capitaux qui cherchent refuge en achetant des emprunts d’état qui offrent un rendement négatif sont la mesure de la frilosité globale. Les détenteurs de capitaux paient pour se mettre aux abris anti-atomiques contre la crise.

La politique américaine des sanctions contribue à la montée de la prudence et à la disparition du goût pour le vrai risque.

La politique des sanctions disloque le commerce mondial, décourage les flux, elle crée un frottement considérable dans les échanges mais elle provoque aussi une conséquence inattendue par les élites américaines: elle provoque une sorte de fuite, une sorte de  retrait sur l’usage du  dollar.

On fuit la monnaie  à laquelle sont attachés trop de risques politiques, trop de risques juridictionnels, bref trop de risque de gel ou de confiscation.

Regardez la chute inexorable de  la part des paiements réalisés en dollars par SWIFT et la montée concomitante de celle réalisée en euros.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s