Draghi va faire un cadeau aux banques européennes.. ou plutot les pénaliser moins

La conférence de presse de  Draghi s’est déroulée comme prévu.

La Banque centrale européenne a exposé ses plans pour faire face au ralentissement de l’économie mondiale qu’elle attribue  aux menaces de guerre commerciale du président Trump contre les Chinois et maintenant les Européens. Bien entendu ces explications sont fausses; la conjoncture ralentit parce que le « credit impulse » a baisse il y a quelques mois.

La BCE prévoit de maintenir sa politique de taux d’intérêt inchangée jusqu’en 2019 et probablement plus longtemps à mesure qu’elle rencontre  les vents contraires à  la croissance.

Les médias ont  interrogé sur la possibilité de « hiérarchiser » les taux afin de dissiper l’impact négatif du TAUX DE DÉPÔT NÉGATIF ​​DES RÉSERVES PARQUEES À LA BCE .

Un journaliste a osé  demandé à Draghi si le prélèvement  négatif sur les banques européennes par rapport aux revenus positifs des banques américaines pesait sur le système financier européen.

Les grandes banques européennes doivent en effet PAYER la BCE pour déposer des réserves excédentaires à la BCE, tandis qu’aux États-Unis, la Fed verse environ2,40% aux banques qui réservent des réserves à la Fed via un taux d’intérêt sur les réserves excédentaires (IOER).

Le coût pour les banques de l’UE s’élève à 7 milliards d’euros, tandis que les banques américaines reçoivent près de 50 milliards de dollars du programme de la FED .

Les réponses de Draghi suggèrent que la BCE étudie toujours les effets globaux des taux négatifs.

Après avoir écouté  Draghi, il me semble certain qu’un système à plusieurs niveaux sera en place d’ici juin; afin de stopper la pénalisation des banques. Si cela s’avère exact, les actions des banques européennes devraient constituer un achat de trading , car elles ont été malmenées par la politique monétaire de la BCE. 

La BCE a maintenu sa position très « colombe » , ce qui a pesé sur  l’euro mais à la clôture de New York, l’ euro avait réduit la majeure partie de ses pertes.

Le dollar est peut être en train de se préparer à une correction.

Le discours de Richard Clarida mardi soir  à Minneapolis a peut-être pesé sur le dollar.

Le vice-président de la Fed semble être l’un des plus  dovish. Il avait déjà plaidé en faveur d’une Fed patiente en raison de la vigueur du dollar, de la faiblesse des économies étrangères et des inquiétudes grandissantes suscitées par les incertitudes géopolitiques. Dans ses remarques préparées, Clarida avait encore  un ton dovish puisqu’il conseille de nouveau la patience en attendant que la Fed analyse sa politique actuelle dans un environnement en constante évolution.

Trois remarques:

  1. « La courbe de Phillips à court terme semble s’être aplatie, ce qui implique une modification de la relation entre l’inflation et l’emploi. » Une courbe plus plate signifie que la Fed peut être plus patiente,  une hausse soutenue des pressions inflationnistes semble moins probable;
  2. Le  «ciblage flexible de l’inflation». La Fed pourrait ajuster  ajuster la cible d’inflation à la hausse après de longues périodes au cours desquelles l’inflation persiste au-dessous du niveau des 2% .
  3. Les politiques qui en résulteraient seraient des sortes de  «stratégies de rattrapage» pour compenser les déficits d’inflation antérieurs.

La Fed est en plein délire, vos avez bien lu elle parle de déficit d ‘inflation à rattraper!

2 réflexions sur “Draghi va faire un cadeau aux banques européennes.. ou plutot les pénaliser moins

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s