Les investisseurs risquent de se bruler !

L’examen des divergences entre les indicateurs économiques réels et les indices boursiers donne la mesure du jeu des anticipations: on monte non pas sur la situation réelle mais sur l’espoir.

Les records actuels du marché financier sont soutenus  par un seule chose: l’espoir que la Réserve fédérale va  passer à un mode d’assouplissement au cours des prochains mois, probablement lors de sa réunion des 27 et 28 juillet.

Les marchés sont soutenus par  l’espoir et solvabilisés par le leverage, les dettes, c’est à dire le gout du risque/appétit pour le jeu.

Je ne doute pas un instant de cette perspective d’assouplissement monétaire . Powell a été clair et la détente des conditions monétaires et financières a déja commencé car en Bourse il suffit de promettre pour que cela marche. On ne combat pas la Fed.

Le problème, c’est que si cela marche au niveau financier et au niveau des marchés, lesquels sont un narrative sur le réel, le problème est que rien  ne dit que cela va marcher au niveau de la sphére économique. L’inertie du réel n’a aucune commune avec la volatilité des anticipations, et la fable de Perrette et de son pot au lait doit toujours être gardée à l’eprit.

Comme le fait remarquer Hussman , à  l’exception de 1967 et 1996, chaque assouplissement initial de la Fed (s’élevant finalement à une réduction cumulée de 0,5% ou plus, après une période de resserrement supérieure à 0,5%) , a été associé à une récession économique américaine.

Ce qui, traduit, veut dire ceci, si on baisse les taux c’est parce que cela s’annonce mal et les baisses de taux ne garantissent absolument pas, que cela va aller mieux. La réaction initiale des marchés financiers est souvent positive, mais de courte durée et quelque temps plus tard, c’est le poids, la pesanteur de l’économie qui reprend le dessus dans les appréciations.

Quand la situation économique se dégrade, les détenteurs de capitaux préferent avoir de l’argent, des liquidités et non seulement ils ne l’emploient pas dans l’économie réelle, mais ils fuient le risque, donc les actions et le crédit risqué  et ils considèrent que les placements quasi monétaires type fonds d’état sont plus désirables.

Le pessimisme se manifeste par la baisse des taux des fonds d’état, ce qui vient de se manifester clairement ces dernières semaines et en sens inverse l’espoir si il prend le dessus devrait se traduire par une hausse des taux longs; ceci en anticipation du succès des stimulations.

C’est un point que je tenais à souligner car beaucoup s’étonnent  qu’en période de baisse de taux courts , les taux longs longs eux, puissent monter. Il faut pour comprendre les marchés toujours décortiquer les articulations et les liaisons entre les variables. Une hausse des taux longs si elle intervenait serait le signe que les opérateurs croient au succès de la manouvre monétaire, une baisse serait le signe qu’ils jouent l’échec.

Pour le moment on ne peut rien trancher. Nous avons , ces derniers jours insisté pour montrer que l’érosion des profits était un indicateur avancé de ralentissement économique, mais c’est un indicateur, pas une preuve.

Nous sommes dans la phase d’incertitude conjoncturelle comme l’a fait remarquer à juste titre Powell; le ralentissement mondial est net, on flirte avec la récession, mais les Etats Unis sont encore en situation priviliégiée, ils souffrent de la contagion , mais pas  au point de plonger dans la récession.

Les  principales mesures de l’activité économique, les enquêtes nationales et régionales de la Réserve fédérale et des directeurs des achats, pointent vers le bas. Aucun doute. Nous constatons la faiblesse du composite et la tendance claire à la dégradation. Dans le passé pareil mouvement  tend à peser sur  les données sur l’emploi avec un décalage d’environ deux mois.

Ecoutons Hussman:

« Plus précisément, une variation sur 10 mois de la mesure composite est bien corrélée à la variation de la masse salariale non agricole au cours des deux mois suivants, par rapport à la croissance moyenne de l’emploi au cours des 10 derniers mois ».

En clair, Les investisseurs devraient s’attendre à ce que les données sur l’emploi prennent une tournure plutôt sinistre sous peu. Ce qui enclencherait une mécanique négative.

« En quelques chiffres, au cours des 10 derniers mois, l’emploi non agricole a augmenté d’environ 185 000 emplois par mois. Pourtant, la chute observée dans les principales mesures économiques composites implique un déficit de plus de 250 000 par rapport à cette moyenne, ceci  suggère que nous pourrions observer une correction, et voir des chiffres   négatifs sur l’emploi dans les mois à venir. »

Hussman pense que les investisseurs devraient s’attendre à  la possibilité évidente que les données sur l’emploi prennent une tournure plutôt sombre sous peu.

Hussman économique composite et données d'emploi subséquentes

Il convient également de noter que nous observons une très grande dispersion entre l’emploi civil (reflétant l’enquête «ménage» utilisée pour calculer le taux de chômage) et les emplois non agricoles (reflétant l’enquête «établissement» qui fait généralement la « une » des journaux).

Au cours des six premiers mois de 2019, l’emploi civil n’a augmenté que de 60 000 emplois.

Le graphique ci-dessous donne une idée de cette dispersion. on voit clairement la divergence se creuser et elle mérite toute notre attention.

Emploi civil vs masse salariale non agricole

Notamment, si on examine les exemples  historiques analogues à ceux du présent, on constate qu’à chaque fois, toutes les instances précédentes ont été  associées à des récessions aux États-Unis.

Nous ne tranchons pas, car l’avenir est incertain et eprsonne ne peut le prevoir, ona deja beaucoupde mal a comprednre et interpreter le présent.

Nous ne tranchons pas, mais une boucle tend à se mettre en place depuis la mi 2018:

-Ralentissement des profits

-Baisse des profits

-Ralentissement de l’investissemnt

-Ralentissement des créations d’emploi

ce qui pourrait se traduire par un ralentissement de la distributaion de revenus et ensuite un affaiblissement de la demande , conduisant à la récession.

Données sur l'emploi et récessions américaines

En termes simples, alors que les investisseurs semblent exubérants face à la perspective d’un assouplissement de la politique de la Fed, ils semblent en grande partie ignorants du fait que que les mesures d’assouplissement initiales de la Fed ont presque toujours été associées aux récessions américaines.

« Ils courent vers le feu. »

Ce que je traduis: ils risquent de se faire bruler!

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s