Billet sur la richesse: La richesse papier, la richesse fictive des uns dilue le patrimoine des autres, voila ce que l’on oublie, voire ce que l’on cache.

Comprendre la richesse, ce n’est pas facile.

Pour la plupart des gens, la richesse est une abstraction constituée de chiffres dont ils ne parviennent pas à apprécier l’ampleur. Il y a trop de zéros pour qu’ils saisissent ce que ces chiffres représentent.

J’écris beaucoup sur la richesse et les inégalités; ne croyez pas que cela a à voir avec l’envie ou un quélconque égalitarisme, pas du tout car je récuse l’idéologie égalitariste. La passion de l’égalité détruit la liberté.

L’égalitarisme est le plus court chemin à la servitude car pour rendre égal ce qui est inégal il faut qu’il y ait une autorité, un pouvoir qui force à l’égalité et ce pouvoir qui est toujours celui d’une clique, finit toujours par être envahissant.

Il devient surement envahissant alors qu’il ne réussit jamais à réduire  les inegalités!

La lutte contre les inégalités produit objectivement, impérativement une inégalité de degré supérieur fondée non sur le pognon mais sur la légitimation du pouvoir, de la force et de la violence. La lutte contre les inégalités produit une classe, une Nomenklatura qui s’arroge le droit et la force de rendre égal ce qui est inégal.

Il en va de même de l’idéologie droit de l’hommiste qui est le masque du droit du plus fort d’imposer son ordre et sa conception des relations entre les hommes: la dérive du droit de l’hommisme on la voit dans la multiplication des guerres de changement de régime, des guerre soit disant pour établir la démocratie . L’idéologie droits de l’hommiste produit et multiplie les massacres.

Qui veut faire l’ange fait la bête; l’enfer est pavé de bonnes intentions, chassez le naturel il revient au galop, l’inégalité est naturelle.

Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas introduire un peu d’humanisme, non cela veut dire qu’il faut conserver un esprit trés critique à l’égard des apprentis sorciers qui prétendent satisfaire leur volonté de puissance personnelle, comme Macron, en changeant le monde. Autant j’approuve sans reserve la Charité autant je me méfie, comme Tocqueville,  de la sécurité sociale généralisée. Il suffit d’aller rien que dans une ANPE/Pole emploi  pour sentir le mépris dans lequel les chomeurs sont tenus et encore, ce ne sont pas les pires…

Avant le modernisme et le post modernisme il y avait ce que l’on appelait la société civile -façon Burke- , hélas le capitalisme a détruit la societé civile lorsqu’il a pris en mains la reproduction sociale par la manipulation de la culture, de l’histoire, du désir, de la publicité, de l’information, de la communcation. Maintenant la societé civile est à la botte, matée, asservie aux besoins de la reproduction du système de la production du profit maximum.

Vous savez que je ne suis pas contre le changement, loin de là, mais à condition qu’il soit produit par le bas, bottom up et à condition qu’il se fasse à un rythme supportable pour la grande majorité. Macron largue les fraçais c’est un mauvais chef, il disloque le groupe au lieu d’assurer sa survie.

Le changement ne peut venir de la seule volonté d’une pseudo élite auto cooptée et auto reproductive, il doit coller à la la marche naturelle de la société. Il doit résulter de son mouvement interne poussé par des forces contradictoires, antagoniques,  et ralenti par des résistances, des inhibitions. Le changement ce n’est pas une volonté mais un travail de la société sur elle même. Une gestation . Un travail qui toujours doit rester respectueux du passé car on ne construit rien sur la négation, sur la destruction ; il faut savoir d’ou l’on vient pour espérer choisir ou l’on va. Il  faut des fondations, des sous bassements. Le changement qui est imposé par la névrose et les problèmes d’un fils qui est incapable d’accéder au statut de père c’est une catastrophe. Le fils qui veut séduire la mère est toujours dangereux …

Avant, disons qu’il y avait une décence sociale, des inégalités tolérées et tolérables parce que justifiées par une utilité sociale supérieure profitable à tous. Tout tourne autour de la notion de légitimité. A quoi nous servent les 100 milliards thésaurisés par Arnault alors que ces 100 milliards sont tombés du ciel grâce à la politique monétaire crony menée dans le cadre du capitalisme monopolistique d’état et de banque centrale réunis? C’est de l’argent tombé du ciel, gonflé à la pompe à phynances des pères UBU de la BCE , de l’argent directement sorti  de la printing press électronique qui a été detourné de sa fonction; remettre en route la machine économique par l’investissement productif. Cet argent c’est l’argent de l’échec des remèdes des banques centrales, c’est l’argent de l’erreur, c’est un profit de guerre, de la guerre contre la crise. C’est un enrichissement sans cause.

Je lis, ci dessous, que les 25 familles les plus riches contrôlent $1,4 trillions et qu’elles se sont enrichies de 250 milliards de plus en un an.

Notez bien, en un an, alors que depuis février 2018 c’est dire depuis un an et demi le monde est à nouveau en train de plonger dans la crise et dans l’appauvrissement et qu’il faut à nouveau le remettre sous la perfusion de la dette et de la monnaie.

Ces 25 familles s’enrichissent de notre mal,  du mal dont ils sont en partie responsable!

Ces 25 familles s’enrichissent grâce aux pseudo remèdes des apprentis sorciers imbéciles, lesquels  créent de la monnaie qui va se loger dans leur bas de laine ou plutot dans leur zones franches défiscalisées.

Système imbécile qui dysfonctionne à la Gribouille.

Les tuyaux sont bouchés: pour les déboucher on souffle de la monnaie dedans avec la printing press, comme c’est bouché cela fait une hernie et la hernie qu’est ce que c’est? C’est la fortune des ultra riches, c’est leur bas de laine, c’est leur coffre fort.

Les ultra riches s’enrichissent des béquilles que l’on met au système pour le faire tenir alors qu’il doit chuter. 

Les ultra riches ne sont que la hernie du mal dont nous souffrons. Grace à cette hernie leur pouvoir de prélèvement sur la richesse réelle et la production mondiales ne cessent de progresser, ils diluent sans arrêt le petit pouvoir d’achat des autres, des moins riches.

La richesse papier, la richesse fictive des uns dilue le patrimoine des autres, voila ce que l’on oublie, voire ce que l’on cache.

 

Publicités

2 réflexions sur “Billet sur la richesse: La richesse papier, la richesse fictive des uns dilue le patrimoine des autres, voila ce que l’on oublie, voire ce que l’on cache.

  1. « Les ultra riches s’enrichissent des béquilles que l’on met au système pour le faire tenir alors qu’il doit chuter. »

    Oui, et les statistiques de la DGFiP le prouvent également.

    La dernière tranche de RFR (> 9 000 000 €) fait même « sécession » des tranches immédiatement inférieures.

    Ainsi que je l’ai déjà affirmé, réclamer le retour de l’ISF, c’est se tromper de combat et ainsi que vous l’affirmez, ne pas comprendre la racine du mal.


    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s