Humeur: qu’avez vous à dire pour votre défense, mesdames et messieurs les super élites?

« La bourgeoisie balance les paquets de merde noire du fascisme sur les peuples pour les déconsidérer et dire qu’ils puent; elle les couvre d’immondices pour les isoler  des indécis,  du marécage des classes moyennes et des bobos. Le tout est d’empêcher les jonctions, d’empêcher la naissance de prises de conscience et donc de solidarités.  Il faut créer des pestiférés, c’est exactement à quoi s’emploie Macron et sa clique. »

Les élites n’assument jamais la responsabilité de leurs propres échecs. C’est toujours la faute de quelqu’un d’autre si leurs politiques ne fonctionnent pas.

Les élites font partie d’une sorte de club ceci a été révélé par Laurence Summers au grec Varoufakis quand il est venu naivement lui demander son aide!

La solidarité des élites n’est pas subjective, non elle est objective: elle découle d’intérets communs, de culture commune et  de la nécessité de conserver une sorte de monopôle.

Bien entendu les élites comme la bourgeoisie en général est en guerre contre le reste du monde non élite mais aussi à l’intérieur d’elle même, surtout depuis la venue de Trump qui a exacerbé les conflits internes.

Les élites ne reconnaissent jamais leurs erreurs et encore moins leurs fautes, car elles contrôlent les récits historiques et l’histoire immédiate c’est à dire l’actualité des médias.

Les élites non seulement sont dominantes, mais elles gèrent et administrent le discours dominant. Elles traversent les cerveaux, les esprits et en prennent le contrôle par la propagande, la répétition, les fausses expertises, les culpabilisations, les divisions et finalement les mises  hors du jeu démocratique.

Les élites ne recherchent plus les consensus, c’était encore bon dans les années 70, non elles utilisent et détournent les règles de la démocratie pour gouverner par défaut, grace à l’appareil d’état,  car en face tout est divisé, pulvérisé, incapable d’alliance.

Au niveau populaire, c’est tout le monde contre toute le monde afin que les solidarités liées au système de production ne se nouent pas. Les 90% sont dans l’arène à s’entredéchirer tandis que les élites et leurs alliés, leurs fous  et leurs mercenaires sont sur les gradins.

La post modernité a détruit les référents, elle a discrédité les invariants comme les valeurs, les principes, les usages, elle a fait en sorte  que tout soit domaine d’opinion et donc que tout soit le résulat d’un bourrage de crane suivi d’un sondage qui fait dire au peuple ce que l’on veut qu’il dise.

Si elles le pouvaient, les élites nous feraient regresser jusqu’aux opinions moyennageuses grace à la répétition cynique de leurs faussetés.

Les élites ont détourné les sciences humaines, les philosophies de l’inconscient, la linguistique,  à leur profit grâce à la trahison des clercs , lesquels ont mis leur science au service de la reproduction de l’ordre voulu par les dominants.

Les outils, les instruments de libération, de désaliénation,  ont été retournés et mis au service de la servitude. Les marxistes modernes, traitres à la cause qu’ils auraient du défendre ont joué un role déterminants dans ce retournement. Il suffit de pointer l’ascension sociale des ex-Mao et des tenants de la French Theory! Le marxisme culturel est une perversion incroyable de l’oeuvre de Marx que les Impuissants de la Révolution, les ex communistes comme les pro-chinois ont offerts à la bourgeoisie pour se maintenir au dela des contradictions et des antagonismes dialectiques du système. Honte à ces gens.

Ainsi avec l’aide des sciences humaines les élites produisent, fabriquent des sujets qui cessent d’être acteurs de l’histoire, des spectateurs, lesquels sont conformes aux besoins du système; des sujets suspendus dans les airs, sans identité, sans determination historique, sans détermination familiale, sans détermination de classe, sans détermination personnelle. Comme le dit tristement Lordon les élites ont fait en sorte que ce soient les affects qui insti(tuent) les principes. Et bien sur les affects sont produits de façon pavlovienne par le système par les frustrations, et  les recompenses, les servitudes addictives. Bientot, c’est deja le cas chez Amazon, ils vous soumettrons à l’intelligence artificielle, deja ils vous réduisent à l’admiration béate d’une enfant qui imite la sainte  de Fatima.

Le système des élites repose sur la non responsabilité face aux échecs.

Comme leurs théories sont fausses et ne sont que des projections idéologiques, elles échouent, toujours et   en tout. Mais elles gèrent la mémoire collective, les opinions et les sanctions. Donc elles s’exonèrent. Regardez l’affaire Epstein! Regardez leur traitement de la crise globale. Regardez le dysfonctionnement européen recurrent.

C’est parce que l’on n’en a pas fait assez, parce que les gouvernements ne font pas ce qu’il faut, c’est parce que le peuple n’est pas assez intelligent, c’est parce que les les citoyens votent mal etc que rien ne va; que la vie est pourrie;  que l’on gaspille les merveilleux fruits du progrès et du génie des hommes . Voila la propagande quotidienne des élites .

Le système des élites est un système de bouc émissaire et de culpabilisation , exactement comme le fut le fascisme en son temps. Comme l’ont fait les américains qui ont sauvé et récuperé les nazis pour lutter contre l’Union Sovietique et les risque de révolution,  les bourgeoisies ont instrumentalisé le nouveau fascisme. Elles ont projeté la noirceur du fascisme sur les peuples au mépris de la vérité historiqe. Elles salissent les peuples!

La bourgeoisie balance les paquets de merde noire du fascisme sur les peuples pour les deconsidérer et dire qu’ils puent; elle les couvre d’immondices pour les isoler  des indécis,  du marécage des classes moyennes et des bobos. Le tout est d’empêcher les jonctions, empêcher la naissance de prises de conscience et donc de solidarités.  Il faut créer des pestiférés, c’est exactement à quoi s’emploie Macron et sa clique.

La difference avec le passé des années 30 qui offre des similitudes frappantes, c’est que ces élites ont renversé les enseignements de la période noire, elles désignent les nazis, elles pointent les parias et les marquent du fer rouge. La bourgeoisie vomit sa noirceur. Elle vomit  la honte sociale . Les élites ont tout compris elles connaissent les traces indélébiles des années noires dans l’inconscient collectif et elles jouent sur les cordes sensibles, elles les font résonner, résonner pas  raisonner surtout.

Voici le dernier exemple …

Raghuram Rajan est l’une des plus grandes élites monétaires mondiales. Il est professeur à l’Université de Chicago et a occupé divers postes de gouverneur à la Reserve Bank of India et au plus  haut niveau au FMI et à la Banque des règlements internationaux. Avant, quand on pouvait dire ce que l’on pensait on aurait dit: c’est un gnome.

C’est ce que les plus hautes élites appellent  un « asset sur », sur lequel on peut compter.  Ce qui signifie qu’il peut être nommé à n’importe lequel des postes les plus élevés sans craindre de faire chavirer le bateau et d’émettre des points de vue non conventionnels.

Il vient d’écrire un nouvel article sur le rôle des banques centrales dans la reprise économique depuis 2009.

Selon Rajan, les banques centrales ont tout fait correctement et les autorités fiscales sont à blâmer pour la  faible croissance, pour l’ inflation inférieure à l’objectif et d’autres maux liés à la plus faible expansion économique enregistrée depuis plus de 60 ans. Les autorités fiscales ne l’oubliez pas, ce sont les gouvernements élus!

Rajan a raison lorsqu’il dit que les banques centrales ne peuvent ni créer d’inflation ni stimuler la croissance. Mais il se fout du peuple   quand il dit que les politiciens populistes tels que Trump, Boris Johnson et le Brésilien Jair Bolsonaro,  menacent maintenant l’indépendance de la banque centrale.

C’est l’incompétence des banques centrales qui a donné naissance au populisme. Si des politiques telles que taux zéro, les taux d’intérêt négatifs, l’assouplissement quantitatif et autres escroqueries  des banques centrales fonctionnaient comme prévu, les économies du monde entier seraient en plein essor. La production de richesse serait phénoménale compte tenu des progrès des processus de production! La prospérité serait partagée, l’huile de la croissance coulerait, elle  graisserait  les rouages, la légitimité du système serait affermie et non menacée.

Mais ce n’est pas le cas .

Les grandes lignes directrices de la réaction de la Fed et des autres banques centrales à la crise financière de 2008 ont été de sauver les détenteurs de capitaux et de gonfler encore plus leur fortune. Non seulement on n’a pas fait payer les responsables de la crise mais on les a récompensés et enrichis. Geithner qui était conscient du problème a expliqué que l’on n’avait pas osé punir les riches car on a eu peur de relancer la crise. Il l’ a écrit noir sur blanc. Les ultra riches ont pris le système en otage aux USA comme ils l’ont fait ensuite en Europe, ils ont tordu le bras aux banques centrales sous la menace de l’Armagedon.

Voila la verité Monsieur Rajan.  Cette extravagance de taux zéro, de garanties, de swaps et de printing  de monnaie a permis d’atténuer la panique et de soutenir le système financier au prix d’une destruction de la légitimité du système et cela vous n’y avez pas pesné et maintenant vous le niez.

Les banques ccenrtales n’ont rien fait pour rétablir la tendance à long terme de la croissance, pour résoudre le problème de l’accumulation astronomique  de dettes insoutenables, pour brider la spéculation et la mauvaise allocation des ressources,  ou pour améliorer les revenus personnels à un rythme normal.

L’économie mondiale est déjà en récession. Même si ce n’est pas le cas, c’est tout  proche. Comme le rapporte Reuters, la production industrielle mondiale, les nouvelles commandes, les investissements des entreprises, les activités de construction, la production de véhicules à moteur et les volumes de frêt sont stables ou ont reculé au cours des  derniers mois. Le pays le mieux géré, l’Allemagne est en recession! Et cela commencé bien avant les imbécillités de Trump sur le commerce et la Trade War; la recession, les forces de récession ont commencé de faire sentir leurs effets pour ceux qui savent lire l’économie en fin 2017. Monsieur Draghi, vous qui essayez de dire le contraire et d’imputer la recession en cours en Europe à la Trade war, vous etes un menteur!

Une décennie de politiques imbécile des des banques centrales n’a guère réussi à contribué à améliorer l’économie réelle.

Qu’avez vous à dire mesdames et messieurs  les super élites?

 

 

Publicités

7 réflexions sur “Humeur: qu’avez vous à dire pour votre défense, mesdames et messieurs les super élites?

  1.  » les forces de récession ont commencé de faire sentir leurs effets pour ceux qui savent lire l’économie en fin 2017″
    Oui, et les Français l’ont bien perçu depuis cette date également:
    La consommation des homards chute !

    J'aime

  2. Depuis quand ces super élites profondément névrosées s’intéresseraient-elles au Réel?

    Guérit-on vraiment d’une grave névrose? Et si oui, comment?

    Qui est le plus fort? Le Réel ou la névrose? Vous dites que c’est le Réel, si je ne m’abuse…

    Alors, advienne que pourra! Ce n’est pas du fatalisme, c’est du … réalisme.

    J'aime

  3. Vous avez raison M. Bertez… malheureusement!
    Les super-élites (les financiers internationaux et leurs laquais les politiques de tous bords) sont coupables, sans circonstances atténuantes.
    Coupables de vouloir toujours plus, par « esprit de lucre » comme disait Audiard…
    Coupables de ne reculer devant aucun moyen pour s’enrichir, quitte à sacrifier l’avenir du grand nombre en défendant les intérêts à court terme de la minorité aux commandes.
    Un jour ou l’autre, un « reset » des valeurs va avoir lieu. Il y aura des pertes, des investisseurs ruinés (les petits), mais soyons sûr que l’ élite financière s’en sortira… plus riche encore !
    Bien à vous.

    J'aime

  4. Les clercs se font toujours avoir par la bonne vieille manipulation des institutions. Dès qu’un ensemble de gens et d’idées cristallisent et montrent les impasses, les élites leur créent des gentilles sinécures où ces gens et idées se sclérosent. Bientôt c’est la sauvegarde de l’institution qui devient le devoir des clercs, et les idées subversives sont « transformées » en inoffensives tonnes de blabla. Car il faut bien être en accord avec ses actes … de soumis …

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s