Essai: Un fil conducteur pour comprendre la hausse simultanée de l’or et des Treasuries

Je vous incite à lire et à méditer mon dernier éditorial intitulé: « Le monde tangue, les plaques tectoniques glissent ».

L’idée force de cette analyse est que ce ne sont pas les risques de récession qui causent et expliquent les évènements incroyables qui se passent sur les marchés, mais que ce sont des dislocations structurelles profondes.

Les plaques tectoniques bougent, glissent et ce que l’on voit n’est que ce qui apparait au travers une couche épaisse d’ignorance des autorités, des gourous et des médias.

Ils ne savent pas ce qu’ils font, ils ne savent pas ce qu’ils disent et vous, vous interpretez la réalité à partir de leurs mensonges, ce qui fait que vous ne pouvez vous préparer, vous adapter.

Les élites en mentant détruisent vos capacités d’adaptation.

La prise de conscience des déficiences structurelles profondes qui minent  aujourd’hui la finance mondiale est insuffisante. Par ailleurs cette déficience n’est pas suffisamment reliée à l’économie réelle. Et les déséquilibres de l’économie réelle eux ne sont pas mis en rapport avec les dislocations sociales, politiques et géopolitiques. Or tout va ensemble tout participe de la même réalité à savoir que le système n’arrive plus à se reproduire à l’identique. Il bute, il se casse le nez et il tatonne.

La connaissance est biaisée, partielle et elle est surtout victime de ce que l’on peut appeler la division du travail. La compartimentalisation est redoutable, elle ne laisse à la vue que les arbres et empêche de saisir l’immensité de la forêt.

Non seulement tout est partiel, mais en plus tout est plongé dans le brouillard de la mystification. Tout est opacifié.

Plus que jamais, je soutiens  que dans le monde présent, la compréhension, la vérité ne peuvent être que globales, « Il n’est de vérité que du tout« : les modes de production, la répartition des richesses et des revenus,  le profit, le crédit, les dettes , la monnaie et bien sur les actions des élites pour repousser les limites du système et le reproduire à tout prix. 

Les élites sont, contrairement à ce qu’elles disent dans la bouche d’un Macron, profondément conservatrices, elles veulent que cela dure, elles veulent maintenir leur ordre, leur domination et j’ajouterai « coûte que coûte ».

Vos pseudo élites sont ringardes: la preuve Bernanke quand il a noyé le monde sous un déluge de liquidités et de fausse monnaie pour repousser la crise s’est congratulé avec ses pairs: « nous avons sauvé l’ordre mondial »!

Ah les braves gens!

Les professionnels des marchés, les experts et les journalistes se concentrent sur l’explication classique du «risque de récession». Mais ils ne parviennent pas a expliquer les anomalies.

Le marché boursier américain est en baisse de 6% par rapport à son sommet de trois semaines,  les rendements des valeurs du Trésor américain à 10 ans ont été divisés par deux en neuf mois pour atteindre 1,55%, 16 trillions de valeurs obligataires offrent des rendements négatifs, et  l’or est en hausse 20% en trois mois.

Habituellement, et tout à fait logiquement,  ces deux actifs , les valeurs  du Trésor américain à long terme et l’or ont tendance à être corrélés négativement. Lorsque les valeurs du Trésor montent, l’or a tendance à baisser, et   inversement .

Ceci signifie qu’il faut creuser, que les explications traditionnelles qui s’articulent autour de l’inflation deviennent inadaptées, inadéquates. Et c’est là qu’il faut creuser, là ou cela fait mal , là ou il y a une faille, un lapsus , un manque de l’intelligence.

Présenté autrement, si on considère traditionnellement le monde comme binaire avec soit inflation, soit déflation, on doit admettre  que la binarité est dépassée, on n’est ni sur le coté « pile » de la pièce ni sur le coté « face », on est sur la tranche!

Les valeurs du Trésor et l’or progressent en même temps depuis plusieurs mois.

L’un, l’or ne sert plus de protection, à l’autre, le papier; et symétriquement.

La bascule entre les valeurs obligataires exposées à l’inflation et le métal, qui protège de la même l’inflation, cette bascule est fracassée, hors d’usage.

L’adage récuse les alternatives, le binaire et il énonce: de deux choses l’une c’est toujours la troisème qui se produit! Il y a toujours une solution, une explication aux alternatives qui s’excluent et donc un dépassement : ici il y en a une,  les marchés dans leur comportement expriment tous azimuts une recherche de protection.

Si les fonds d’état et l’or sont recherchés en même temps, c’est certainement parce qu’ils remplissent la même fonction, la fonction de protection .

Je me suis penché sur un travail de Charles Gave pour analyser ce phénomène.

Charles nous produit un graph ou il recense les périodes ou l’or et les valeurs à long terme du Trésor sont surachetées en même temps . Ce graph est révélateur.

Ce qui est en rose désigne les périodes ou on recherche en même temps à la fois l’or et les valeurs longues du Trésor US.

Charles écrit:

Mais au cours des derniers mois, l’or et les valeurs du Trésor  ont progressé en même temps. Cela  me fit me gratter la tête et, comme d’habitude lorsque je suis perplexe, j’ai cherché dans les livres d’histoire pour voir quand, dans le passé, les valeurs du Trésors et l’or avaient semblé trop chers en même temps. Plus précisément, j’ai recherché d’autres occasions où le taux de variation sur trois mois de chaque actif était supérieur à son écart-type respectif au même moment.

La conclusion est frappante: ce la se produit dans les situations de panique.

Les marchés financiers sont en mode  « panique ».

Depuis 2007, il y a eu plusieurs occasions où, exceptionnellement, les valeurs du Trésor et l’or ont augmenté simultanément.

Les voici:

  • Le début de la crise financière mondiale.
  • La fin de la crise financière mondiale.
  • L’effondrement du marché obligataire en Europe périphérique qui a conduit Mario Draghi à décréter «le coute que coute ».
  • Le ralentissement en Chine qui a conduit à «l’accord de Shanghai» du G20.
  • La dernière panique.

Tout au long des dernières décennies , j’ai chroniqué les crises ou plutot la crise.

Je dis la crise  car pour moi il s’agit d’une seule et même crise; la crise de reproduction du système provoquée par la volonté des hommes de s’opposer à son fonctionnement naturel et à son auto adaptation par la destruction de ce qui est inefficace.

Le refus des cycles et la volonté de les  éviter, la prétention à doper la croissance, tout cela a produit le capitalisme financialisé et celui ci, fondé sur la dette et le crédit a touché ses limites.

Le système a refusé la logique de la vie qui est résumée dans cet adage; « le serpent ne survit que de sa mue. » Il a refusé les mues.

Tout au long de ces décennies, j’ai  décrit la progression du mal et décortiqué les  astuces pour le masquer et  le prolonger, le fameux « kick the can ».

J’ai toujours éviter le catastrophisme, ma ligne directrice pour l’analys étant de discerner, ce qui dans la situation présente fait que cela dure. Qu’est ce qui fait tenir ce système pourtant déséquilbré à mort?

Et j’ai asséné sans cesse ma conviction : « les élites n’ont aucun moyen de traiter les problèmes, mais en revanche vous n’imaginez pas les ressources dont elles dipsosent pour les repousser , pour les reporter dans le futur ».

Les bulles suivies de l’éclatement des bulles, puis du nettoyage  sont le moyen le plus élaboré et le plus efficace; mais cette  fois on ne peut plus faire éclater les bulles;  les bulles sont partout, y compris au coeur du système , elles ont attient le Centre, le couple Banque Centrale/ Gouvernement.

Alors?

 

 

Publicités

4 réflexions sur “Essai: Un fil conducteur pour comprendre la hausse simultanée de l’or et des Treasuries

  1. Merci pour votre analyse très brillante, une fois de plus.

    Bien qu’enraciné dans le système au travers de ma société, j’ai hâte que tout ce château de cartes explose, même si je suis bien conscient que les dommages collatéraux seront gigantesques.

    Je veux voir la tête de Draghi, encore aux affaires, quand tous ses efforts pour jeter du pognon fraichement imprimé sur les problèmes ne feront que les aggraver…

    J'aime

  2. Mais si on ne peut plus faire éclater les bulles, ne peut-on toujours continuer à les gonfler? Tant que les zélites n’auront pas l’assurance de conserver le pouvoir, c’est à dire tant que les outils de contrôle et répression des peuples ne seront pas considérés comme sûrs, je vois mal nos zélites renoncer à gagner une heure, un quart d’heure, une minute, une seconde….

    J'aime

  3. « Alors? »

    On laisse (momentanément 3-5 ans) le pouvoir aux « populistes » pour ensuite leur faire porter la responsabilité de la déroute financière colossale qui éclatera au même moment.
    Puis on revient les bras chargés de « solutions »… Cela ne manquerait pas de cynisme (comme un assassin qui revient sur le lieu de son forfait pour prêter main forte aux enquêteurs) mais le 1% est dénué de tous scrupules…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s