Editorial. Les remèdes monétaires à la crise sont des attrape-gogos et vous êtes les gogos

Nous sommes à nouveau dans le vif du sujet. De quel sujet?

De la crise bien sur!

Douze ans après des remèdes non conventionnels, douze ans après des remèdes aventureux et spoliateurs pour le public, on constate une nouvelle rechute. La récession est à nos portes.

Deja ce que l’on appelle la normalisation des politiques monétaires est terminée, déja on prépare l’arsenal et deja les marchés  se frottent les mains: les cadeaux tombés du ciel arrivent.

Vive les  crises disent les ultra-riches, on s’enrichit.

On pense que les cadaeaux  seront emballés lors du grand symposium, la grande messe annuelle de Jackson Hole dite par le Grand Prêtre Powell.

Le monde de la finance les a anticipé fortement depuis décembre 2018.

Dans les journaux on peut lire que les banques centrales vont à nouveau assouplir leur politique monétaire. Elles vont, si on les croit injecter de l’argent dans les économies.

Si vous avez lu mes derniers éditoriaux, vous savez que tout cela est faux; les banques centrales n’injectent rien dans l’économie, si elles injectent quelque chsoe c’est dans la sphère quasi autonome de la finance.

Si elles injectent quelque chose c’est dans l’imaginaire financier. Lisez mes derniers textes s’il vous plait.

On entend parler de « printing » ; c’est une idée fausse. Ou quelque fois une commodité de langage, mais elle induit en  erreur.

L’assouplissement monétaire par achats de titres à long terme ou QE est en réalité un simple échange d’actifs.

La Fed achète au grand public des titres du Trésor et les remplace/paie  par des réserves de monnaie  et des réserves bancaires, de la monnaie de base.

Celui  qui reçoit cette monnaie de base doit la conserver jusqu’à ce que la Fed vende ses obligations et retire l’argent du circuit . Comme le dit Bernanke cyniquement, tous les actifs financiers émis doivent être détenus par quelqu’un jusqu’à ce qu’ils soient retirés du portefeuille mondial.N’oubliez aps la monnaie c’est un actf fiancier, un actif financier à maturité zero et à rendement nul.

La politique monétaire consiste à modifier la composition du portefeuille  d’obligations du gouvernement vis-à-vis du public.

Seule la politique budgétaire , les déficits, modifient le montant total de ces obligations. Les déficits injectent en effet du pouvoir d’achat dans le circuit économique, c’est de l’argent vivant. La politique monétaire c’est de l’argent mort, zombie, une ombre en queque sorte.

L’argent de base que la banque centrale crée pour payer ses achats de titres du gouvernement ne rapporte  aucun intérêt. Les QE forcent les gens à detenir de l’argent de base qui ne rapporte rien, c’est un gavage. Imaginez le gavage des oies pour le foie gras.

Que se passe -t-il?

Il se passe que les  gens qui reçoivent cet argent qui ne rapportent rien chassent les alternatives, les emplois qui sont rémunérés. Cela crée une quête de rendement, une « search for yield », une concurrence entre les employeurs de capitaux,concurrence  qui produit la hausse des prix des actifs financiers et donc la baisse de  tous les rendements.

Une sorte d’entonnoir est ainsi formé qui dirige l’argent vers les marchés financiers.

Et ceci fonctionnne jusqu’à ce que les marchés rapportent zéro. Quand plus rien ne rapporte, il n’y a plus de raison de ne pas garder l’argent,la monnaie, les bas de laine deviennent preferables et c’est pour cela que l’on parle … de les interdire, de les sanctionner.

Qu’est ce que cela veut dire rapporter zero?  Cela signifie que dans le prix d’achat de l’actif financier est deja contenu tout ce que le titre peut rapporter à l’avenir. c

Celui qui achète … a payé tout ce qu’il doit recevoir!

Imaginez que vous achetez un bien immobilier pour le louer. Si vous l’achetez 100 et que c’est le vrai prix raisonnable, celui ou vous allez avoir un rendement normal de 3%, année après année, vous allez avoir un rendement de 3% de votre investissement. Mais si vous payez votre bien immobilier beaucoup trop cher mettons 300 ,  vous vous faites rouler, alors le loyer que vous allez recevoir ne va plus représenter 3% de votre acquisition, il va représenter  1% de votre investissement. Et si vous le payez encore plus cher il finira par représenter presque zero! Et vous serez bien heureux de le revendre au même prix que celui ou vous l’avez acheté.

En Bourse c’est la même chose si vous payez trop cher vous anticipez en quelque sorte sur le rendement futur, c’est à dire que ce que vous deviez toucher à l’avenir est inclus dans le prix: vous faites une mauvaise affaire.

Le présent vole en quelque sorte le futur!

Il faut que vous compreniez une fois pour toutes comment se forme la valeur d’un actif financier. Un actif financier a une valeur d’usage et cet usage c’est de procurer des flux de revenus. Mais vous, vous l’achetez à sa valeur d’échange. Si vous payez sa valeur d’usage très au dessus de son utilité, vous vous faites voler.

Un actif financier vous donne droit à des revenus futurs, à toute une chaine de revenus jusqu’à ce qu’il soit retiré de la cirulation. Vous touchez un coupon pour une obligation et un dividende pour une action. La série des coupons ou des dividendes versés tout au long de la durée de vie représente la vraie valeur d’usage de votre actif.

La valeur d’un actif, c’est la somme actualisée de l’ensemble des flux dont vous allez benéficier tout au long de sa durée de vie. Le dernier flux étant soit le rembousement, soit la revente. Mais  n’oubliez jamais que, si la durée de vie est de 50 ans par exemple, le dernier flux que vous allez recevoir ne vaut pas grand chose il est déprécié car il est lontain; d’ou ce que l’on appelle l’actualisation, laquelle consiste à calculer la valeur actuelle de quelque chsoe qui sera touché dans le futur.

La politique monétaire des banques centrales vise, a pour objectif de gonfler les  valeurs d’échange  des actifs financiers jusqu’à un point tel qu’elles divergent totalement d’avec leur  valeur d’usage, c’est dire jusqu’à ce qu’ils ne rapportent plus rien.

Les autorités jouent sur la triple disjonction: usage, échange, désir. Le desir etant ici le desir de jouer de partticiper à la loterie, comme les autres.

La réalité est encore pire car les autorités gonflent, inflatent, font buller les valeurs d’échange alors que les valeus d’usage baissent: la croissance économique réelle espérée à long termne ne cesse de baisser.  Nous sommes dans des mondes de stagnation, de régression.

Vous payez de plus en plus cher des actifs qui en fait valent de moins en moins, et c’est cela la vraie définiton d’une bulle. 

Les premiers servis sur les marchés financiers sont ceux qui ont les meilleurs prix et les meilleurs rendements, les autres en fait  sont spoliés, ils sont servis de relais, de pigeons  aux premiers. On a acheté avant eux pour les gruger.

Bien entendu ceux qui obtiennent les meilleurs rendement sont ceux qui sont très riches et très proches des marchés, ils achètent avant les autres et même ils achètent à crédit en levier. Ils s’endettent pour acheter plus, car ils savent que la hausse du prix des actifs est acquise, sure, garantie: la banque centrale leur a fait un cadeau, ils sont ce que j’appelle des  initiés structurels.

D’ou bien sur la croissance exponentielle des inegalités, vous comprenez qu’elle est voulue! 

Il y a une relation   entre la masse de  monnaie de base, la production nationale, le PIB nominal et le niveau des taux de rendement des valeurs  du Trésor.

La Fed a créé tellement d’argent à taux zéro, il y  a tellement  d’argent oisif  que la seule façon de relever les taux d’intérêt, sans réduire la taille de son bilan, est  de stabiliser cet argent en payant   des intérêts sur cet argent  excédentaire.

Cet interet s’appelle  l’IOER.

L’IOER est en quelque sorte le robinet qui permet de réguler le flux de liquidités qui coule dans le système. Si il est élévé alors les reserves rapportant plus, elles  restent  gélées, oisives  ; si il est bas, les réserves sortent de l’oisiveté et vont chercher leur rentabilité ailleurs.

Sans IOER, les taux d’intérêt à court terme américains ne seraient ici que d’environ 12 à 15  points de base:  le bilan de la Fed  est toujours considérablement gros, il est énorme par rapport aux normes .

Si la Fed abaisse les taux d’intérêt , ce ne sera donc pas en «injectant de l’argent dans l’économie»  comme le disent faussement la presse et même les gourous,, ce sera simplement en abaissant le taux d’intérêt qu’elle verse sur les réserves excédentaires.

 

 

Publicités

3 réflexions sur “Editorial. Les remèdes monétaires à la crise sont des attrape-gogos et vous êtes les gogos

  1. « Les autorités jouent sur la triple disjonction: usage, échange, désir. Le desir etant ici le desir de jouer de partticiper à la loterie, comme les autres. »
    merci pour encore un beau texte,qui explicite l’essentiel.
    Nous sommes en automne economique,l’hiver approche a grand pas: « un jour il y aura la guerre,on le sait bien »…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s