Editorial : La monnaie n’est économiquement qu’un catalyseur, ce n’est un fétiche que dans l’imaginaire.

Réponse à Lisa 

« L’imagination dans le virtuel de la finance est infini tant que vous le disiez si bien l’argent ne va pas chercher sa contre partie réelle« .

La gestion de la crise de suraccumulation de capital improductif, fictif, de poids mort, consiste à mettre de l’infini, du sans-limite sur du fini. Elle consiste à prétendre que toutes les promesses pourront être tenues et que l’on peut continuer à faire des promesses tant que l’on veut.

Surtout à faire croire que l’on pourra toujours le faire.

C’est le sens des rodomontades du type Draghi « coûte que coûte » ou des affirmations mensongères du type Lagarde: « nous avons les outils pour faire face. »

L’action qui est au coeur de ces outils est simple, cela consiste à créer du pouvoir d’achat sans limite alors que ce que l’on peut acheter, en biens et services est par définition fini, limité. Cela consiste à créer un surplus, un excès.

Cette gestion de la crise est totalement dépendante de l’ordre politique, social, géopolitique global: pour que ce système dure, il faut que certains ensembles comme la Chine, l’Allemagne, le Japon, les Pétroliers acceptent d’accumuler les dettes US et qu’elles les portent dans leurs réserves de change sans créer trop de monnaie domestique en contrepartie , ou qu’elles les recyclent sous forme de créances sur les USA , bref il faut qu’elles les neutralisent en tant que monnaie vivante. Il faut qu’elles les zombifient.

Tout ce processus est lié au système des changes: pour éviter que leur monnaie ne monte trop, les pays créanciers accumulent des dollars -réserves. Si les pays créditeurs revendaient les dollars accumulés cela signifie qu’elles laisseraient leur monnaie s ‘apprécier face au dollar. Cela réduirait leur croissance ou leur activité économique.

Quand je dis que les zozos nous font pénétrer dans un monde imaginaire, je ne me trompe pas; ce monde imaginaire c’est celui de leur toute puissance, de leur infaillibilité, de leur magie face à un monde qui en réalité est dominé par la finitude, par le temps qui passe et le progrès continu des connaissances lequel périme les savoirs anciens…

Trump en bousculant ce monde imaginaire parfait peut à lui seul provoquer une crise , il casse des mécanismes et des dialectqiues que ni lui, ni ses conseillers ne comprennent.

Je n’ai rien contre le fil conducteur qui se dégage des errements de Trump, j’approuve plutot son action que je résume comme une « déglobalisation »; mais je constate qu’il ne comprend pas ce qu’il fait et que par conséquent il produit des incohérences majeures.

Le symbole de ses incohérences c’est son exigence que le dollar baisse alors que lui même en créant de l’instabilité et du risque fait tout pour .. qu’il monte puisque le dollar c’est le refuge! Trump raréfie relativement le dollar mais il veut qu’il baisse!

Les banquiers centraux n’ont qu’une puissance illusoire, temporaire, relative à un ordre qui se délite sous nos yeux. Leurs modèles ne modélisent que … le passé, la répétition du passé et les inter-relations passées entre les variables.

Les digits produits par les banques centrales ne sont pas de la vraie monnaie, ils ne sont qu’un mirage ou au mieux une monnaie potentielle, laquelle ne deviendrait réelle que si et seulement si, elle entrait dans des transactions.

La fonction économique, pas la fonction pour les individus, de la monnaie c’est de catalyser les échanges, mais le catalyseur seul sans les échanges est un fantome, une inexistence.

La monnaie prend vie, se dote de vie dans et par les transactions. La monnaie ne produit pas les transactions, c’est une illusion! Ce qui est premier c’est le désir, la volonté de transacter et si la monnaie produit des transactions c’est dans le cas de l’hyper-inflation c’est à dire lorsque la monnaie brule les doigs et que l’on n’y croit plus.

Les idiots inutiles qui nous gouvernent sont spiritualistes, pas matérialistes , ils marchent sur la tête et croient que l’esprit produit la réalité alors que c’est le réel qui produit l’esprit. Comme les enfants , ils ne sont tout-puissanst que de leur impuissance réelle.

L’hyper inflation , c’est ce qui se produit dans l’imaginaire financier; les QE ont remplacé des actifs financiers qui rapportaient en fournissant de la monnaie qui ne rapporte rien aux gérants de l’imaginaire financier que sont les banques et la communauté spéculative et cet argent qui ne rapporte rien leur brule les doigts, c’est la patate chaude ; nous sommes dans un phénomène d’hyper-inflation localisé dans l’imaginaire financier.

Au mieux ces digits, ces zéros dans les livres de comptes, sont des assurances; ce sont des assurances en ce sens que si il y a, si il y avait un « run » sur les banques ou une chute des marchés, grace à ces digits en réserve, le système pourrait dans un premier temps faire face aux retraits en mobilisant l’ argent oisif de leur compte à la banque centrale et en remboursant les premiers demandeurs de cash.

Mais compte tenu des disproportions, seuls les premiers seront servis!

C’est pour cela qu’il faut toujours être les premiers à paniquer contrairement à ce que l’on vous dit.

Pour l’avenir on ne peut échapper à la Nécessité:

-soit l’imaginaire financier hyper-inflaté sera détruit

-soit il sera solvabilisé par la transmission de l’hyper-inflation financière au monde réel ce qui signifie que la croissance nominale va accélerer et que les cash flows fictifs gonflés par l’inflation vont rattrapper les valorisations des actifs côtés sur les Bourses.

Entre temps il y aura beaucoup de mennsonges, de controles, de hauts et de bas mais ce qui compte c’est le sens général:  quand le vin est tiré , il faut le boire.

Et là ce sera sans modération!

2 réflexions sur “Editorial : La monnaie n’est économiquement qu’un catalyseur, ce n’est un fétiche que dans l’imaginaire.

  1. Soit déflation (purge assainissante) ou hyperinflation (solvabilité générale). c’est l’impasse pour les jeunes générations dont je fais partie (31ans) , actifs (bourses et immo): trop onéreux , et trop jeunes pour en avoir profité lors de la hausse post 2008. Donc, taxé sur ma faible épargne, en trouvant la motivation malgré tout de bosser pour une monnaie qui ne vaudra sans doute rien…

    Je dois vous avouer que mes perspectives d’avenir sont inexistantes…

    Un seul mot : Paumé !

    J'aime

  2. Il nous faut, nous néophytes, particuliers, curieux de l’économie et de la finance prendre le temps de la lecture, de la recherche d’information, de la réflexion, de la critique pour former un jugement et laisser poindre ses convictions et parfois son intuition. Il est parfois des constructions intellectuelles dont la source peut nous échapper, du domaine de l’indicible mais qui forgent davantage nos convictions. On expérience tous cela dans notre ressenti, à ne pas confondre avec le sentiment.

    Comme j’ai pu l’écrire ici dernièrement dans un commentaire, il est arrivé le temps d’agir, de prendre des décisions engageantes pour le moyen et long terme, de passer de la construction intellectuelle à la pratique. Basculer (se bousculer) de l’imaginaire au réel de ce jour, de la masturbation intellectuelle personnelle à l’acte, des idées aux actions. S’extirper d’un monde pour mieux s’ancrer dans le réel. Mieux vaut avoir tort trop tôt que raison trop tard…

    J’opère autant que faire se peut, des lectures de tous bords, qu’elles soient optimistes ou contrariantes, j’évite les articles catastrophistes souvent par légèreté de construction technique et de connaissance, par manque de profondeur et de culture historique économique. Force est cependant de constater que les optimistes tendent dernièrement à rejoindre le camp des ‘contrarians’, tardivement peut-être, mais avec des arguments fondés, comme si cela était bien su depuis tant de temps, mais que l’heure était peut être venue d’en parler. Ça c’est de l’ordre de mon sentiment …

    Je lis ici et là qu’on crée de la dette pour obtenir un faible retour sur le PIB , par exemple, on a créé en année N , 2 000 milliards de dettes pour obtenir une hausse de PIB de 500 milliards ! ah, on a dépensé 4 francs pour obtenir 1 franc de PIB , oh les mauvais gestionnaires ! Ah bon ? Parce que ce 1 franc ne va pas se perpétuer dans le PIB pendant plusieurs années ? Tiens donc, je m’interroge sur leurs analyses

    Alors, on calcule à la marge, et on dit, on a créé 2000 milliards de dettes en année N pour maintenir ou croitre le PIB à 20 000 milliards, et en ce sens, on met, ce 1 franc de dette pour maintenir nos 10 francs de PIB… c’est un autre regard sur la même décision financière

    La moins partiale, restera la vision longue et globale, celle de MT- LT, où on peut chercher à regarder les agrégats de manière plus proportionnée. On regarde l’évolution de la part de la dette sur PIB en % et son évolution, et si on veut pousser un peu plus loin le regard, on regarde dettes privées / PIB, puis dettes Etat + engagements Etat / PIB , puis dettes publiques + privées /PIB, puis l’évolution du taux moyen appliqué à ces dettes, les dynamiques en place etc ….Ca, c’est de l’ordre du sens critique lors des diverses lectures économiques.

    Mais alors, pourquoi abuser de votre temps de lecture ici pour raconter ce que tout amateur du sujet économique sait ?

    Il s’agit avant tout de passer en revue certaines étapes de construction intellectuelle et de prises de décision, et c’est là que ça devient un peu plus interrogeant.

    A nouveau je lis ici et là que les prochaines étapes des banques centrales pourraient être :

    – Baisser les taux. On est déjà à zéro en Europe, mais pourquoi pas… le ridicule ne tue plus quand il est déjà si bien vendu. Il reste de la marge à la FED , mais « son matelas était ridicule quand la crise fut venue… » Il est des fontaines dont ne peut s’abreuver éternellement…

    – Relancer les QE . Au niveau de la BCE, il semble qu’elle ne puisse pas acquérir d’emprunts à taux négatifs, sauf peut-être à prêter à taux zéro directement aux Etats dans le cadre d’un grand plan de relance ou d’infrastructures. La FED peut encore le faire mais je ne vois pas son intérêt à relancer un QE à ce jour.

    – Verser prochainement de l’argent directement aux citoyens, comme l’aurait suggéré quelques membres d’un colloque Blackrock dernièrement. Une autre construction parallèle de la MMT.

    Ce qui m’inquiète le plus, c’est qu’ils l’ont pensé et viennent désormais à le suggérer. Combattre par tous les moyens la survenance de la prochaine crise, surement pour préserver leurs acquis et leurs statuts, donner la becquée à la plèbe pour gagner un tant soit peu de temps, parier sur la réussite de leurs manœuvres financières pour relancer l’inflation et amoindrir les récentes hausses des actifs, bafouer et battre en brèche le rapport social que comporte également la monnaie, abuser des signes de pouvoir, et se parer d’une autorité bienveillante pour nous sauver.
    Nous sauver de leur cupidité, de leur cynisme, de leur absence de courage, de leur regard pervers et manipulateur sur notre bien commun pour notre soi-disant bien, de la recherche de gain de temps pour une vaine paix sociale, de leur très mauvaise gestion de la « petite » crise de 2008.

    Avec cette fuite en avant, Le montant désormais très élevé des capitaux en jeu, des dettes et des flux financiers dépassant très largement ceux de 2008 avec les créations monétaires , tout cela me fait craindre un effet domino ingérable face au moindre événement exogène ou endogène.

    Il n y a pas de matelas de sécurité si ce n’est nos actifs, notre épargne, même s’ils sont mondialement entre leurs mains (hors immobilier désendetté) … ca, c’est mon ressenti.

    La dévaluation du pouvoir de la monnaie, notre bien commun, leur jouet passera prochainement en phase accélérée, ça c’est ma conviction !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s