Cynisme: la BCE augmente les bénéfices des banques en risquant   son propre capital. Socialisme pour les riches.

Jeudi dernier, Mario Draghi, l’actuel chef de la Banque centrale européenne, qui devrait bientôt être remplacé par Christine Lagarde du FMI, a annoncé un cadeau de départ aux banques et aux marchés financiers.

La BCE a décidé de réintroduire son programme d’achat d’obligations afin d’injecter encore des milliards de dollars dans les banques européennes afin de les persuader de prêter à l’industrie et de relancer leur croissance.

C’est le retour du Quantitative Easing (QE) de la BCE.

Mais cette fois, les achats de la BCE par mois ne devaient pas dépasser 20 milliards d’euros. Ce devait être pour toujours – QE to infinity! En outre, la BCE achèterait non seulement les obligations d’État italiennes, espagnoles, endettées, mais également des actifs beaucoup plus risqués, tels que les obligations émises par les  sociétés.

Draghi a également annoncé un nouveau système de taux d’intérêt à deux niveaux -le tiering-pour les réserves de trésorerie des banques détenues à la banque centrale. Ces réserves ont explosé lorsque les banques ont reçu  des liquidités  lors des achats d’obligations d’État par la BCE , mais au lieu de les prêter à l’ensemble de l’économie, elles les ont simplement restituées à la banque centrale sous forme de dépôts. Un petit tour spéculatif puis retour, direction   parking!

La BCE a décidé que le taux d’intérêt serait être maintenu à zéro pour les réserves excédentaires, s’assurant ainsi que les banques ne pourraient pas perdre d’argent si elles étaient obligées d’offrir des taux négatifs à leurs emprunteurs.

Le tiering

Image

 

Des cadeaux sur votre dos! Surtout à la DB!

Les banques peuvent désormais également lever des fonds à des taux négatifs et les déposer auprès de la banque centrale jusqu’à six fois le montant de la réserve requise et obtenir ainsi un taux zéro, ce qui augmente leur rentabilité.

On est dans l’absurde mais qu’importe, on s’habitue! L’essentiel est de construire des usines à gaz afin que personne en comprenne ce dont il s’agit. C’est réussi.

Cette idée à deux niveaux est considérée par certains économistes traditionnels comme révolutionnaire. En réalité, la BCE augmente les bénéfices des banques en mettant  son propre capital sous risque.

(https://www.philosophyofmoney.net/draghis-historic-farewell/)

Les profits des banques augmentent tandis que la BCE achète des obligations d’État à des prix qui font ressortir  des taux négatifs et que les banques disposant de réserves excédentaires importantes peuvent prêter à profit à celles qui disposent de faibles réserves.

La BCE a agi comme elle l’a fait pour augmenter la liquidité d’un marché déjà peu liquide. La raison, pour renflouer une banque d’importance systémique. En être témoin:

Nous avions précédemment annoncé que les banques centrales allaient renflouer les banques d’importance systémique qui étaient au bord de l’échec – à savoir Deutsche Bank (DB).

Sans surprise, Bloomberg est finalement parvenu à la même conclusion:

«Deutsche Bank AG bénéficiera de loin du nouveau taux de dépôt hiérarchisé de la Banque centrale européenne. Le plus grand prêteur allemand devrait économiser environ 200 millions d’euros (222 millions de dollars) de paiements d’intérêts annuels grâce à une nouvelle règle qui exempte une grande partie de l’argent détenue à la BCE du taux négatif appliqué par la banque centrale aux dépôts. Cela équivaut à 10% du bénéfice avant impôts que les analystes prévoient pour la banque en 2020, contre une moyenne de seulement 2,5% pour les banques de l’UE incluses dans l’analyse.  »

Cette mesure «révolutionnaire» qui ne peut sortir que de cerveaux malades et vicieux   est la dernière mesure désespérée d’une politique monétaire non conventionnelle.

Les fétichistes de la monnaie espèrent que l’amélioration de la rentabilité des banques conduira à une expansion des prêts aux entreprises et aux ménages et aidera à  sortir la zone euro de sa nouvelle dépression.

Ils n’ont pas encore compris que nos économies ont plus besoin de pétrole que de monnaie!

Cela suppose que le problème réside dans le fait que les banques ne sont pas prêtes à prêter parce que cela ne leur est pas rentable. Mais est-ce la raison des faibles taux de croissance des prêts et des investissements? Bien sur que non! Ce n’est pas l’offre de monnaie ou la rentabilité bancaire qui posent problème, mais c’est  la demande de prêts. Personne ne veut emprunter pour investir ou dépenser, même à des taux nuls ou négatifs, car les recettes et les profits stagnent, l’inflation et la croissance des salaires sont faibles et, surtout, le commerce extérieur  s’est effondré.

Vous pouvez amener un cheval au  puitsmais vous ne pouvez pas le faire boire s’il n’a pas soif.

Même les banquiers centraux, comme Draghi, admettent maintenant que la politique monétaire a échoué.

Et même les partisans de la nouvelle politique révolutionnaire ne sont pas confiants: « Le double taux est le carburant monétaire a haut pouvoir .  Les effets marginaux de ces politiques sont de plus en plus puissants. Je ne suis pas convaincu que cette combinaison spécifique de mesures suffira à générer une demande suffisante pour créer une accélération de l’activité de la zone euro – mais cela aidera. » écrit Eric Lonergan.

Le même Lonergan ajoute:

Il ne fait aucun doute que la BCE, dirigée par Mario Draghi, a été une source d’innovations extrêmement intelligentes et d’astuces  politiques « soft ». La complexité et la non trasparence  sont peut-être le prix inévitable que nous devons payer pour faire passer ces mesures. Les populistes  ont été jusqu’ici trop paresseux ou trop bêtes pour comprendre. Chapeau à Draghi. Il a commencé par une  «l’innovation monétaire» bénigne pour aboutir  à une des   des innovations les plus importantes de l’histoire monétaire. La couverture médiatique à ce jour ne semble absolument pas en avoir compris  l’importance.

Le grand nouvel instrument pour sauver le capitalisme de la stagnation ou d’une nouvelle crise sera  la politique fiscale. « De plus en plus de gens le disent: la politique monétaire ne peut pas être le seul jeu en ville, et si vous ne voulez pas de plus en plus de politique monétaire aventureuse , le seul instrument qui reste est la politique fiscale. »  a déclaré un ancien membre du conseil d’administration de la BCE.

Draghi a appelé les gouvernements européens à agir, en particulier ceux disposant d’une « marge  budgétaireé, comme par exemple l’Allemagne.

Jusqu’à présent, l’Allemagne a été réticente à le faire.

Une réflexion sur “Cynisme: la BCE augmente les bénéfices des banques en risquant   son propre capital. Socialisme pour les riches.

  1. Donc pour résumer les crédits à bas taux font les dépôts à taux négatifs pour les clients mais les dépôts à taux zéro à la Bce, la marge est faite sur le client dans les deux sens taux bas et taux négatifs….

    J'aime

Répondre à lisa194 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s