Proposition d’un eurobond Canada Dry. Ou inverse d’un Canada Dry!

Les  tâches qui attendent la nouvelle présidente de la BCE, Christine Lagarde sont colossales. Nous sommes au bord de la récession; la politique monétaire ne marche pas et est contestée, les gouvernements sont divisés et impuissants et pendant ce temps, tout dérive, tout s’aggrave. La patience  des peuples va finir par s’épuiser. Les systèmes sociaux et politiques sont sous le stress.

 

Project Syndicate a publié mardi un article de Yanis Varoufakis intitulé «De nouvelles armes pour la BCE», proposant un plan qui aboutira à des obligations de conversion de la BCE.

Ce sont des reflexions qui en fait datent de 2011. Voir ci dessous.


 


“New Weapons for the ECB,”

http://www.levyinstitute.org/publications/a-modest-proposal-for-overcoming-the-euro-crisis



Varoufakis est résigné à l’idée qu’il n’y aura pas de «politique budgétaire raisonnable» coordonnée. La situation allemande ne le permet pas.

L’échec des  politiques monétaires nécessite une sorte d’ Eurobond  pour empêcher que les pays périphériques ne soient obligés de  se lancer dans des politiques déflationnistes dans le but d’éviter l’insolvabilité.

Varoufakis a vu la Grèce soumise à la terreur de la dévaluation interne. Les salaires ont chuté de manière spectaculaire afin de rendre le pays compétitif  par rapport aux autres pays de l’UE. Les excédents budgétaires de base sont la recette de l’instabilité politique. Confère aussi l’Italie.

Comme les Allemands et les pays du nord ne veulent pas d’un eurobond il faut inventer une sorte d’eurobond Canada Dry inversé: ce sera un eurobond mais il n’en aura pas le nom! Il s’agit des « ECB conversion bonds ».

Pour stabiliser la crise de la dette, Varoufakis recommande un transfert par tranche de la dette souveraine de chaque État membre de l’UE à la Banque centrale européenne (BCE), tranche qui  sera détenue en tant qu’emprunt de la BCE.

Les États membres continueraient à assurer le service de leur part de la dette, réduisant ainsi le service de la dette des États membres les plus exposés sans alourdir le fardeau de la dette des autres.

Des tests de résistance rigoureux et une recapitalisation par le biais du Fonds européen de stabilité financière (en échange de fonds propres) élimineraient des bilans des banques les actifs publics et privés douteux, leur permettant de transformer les futures disponibilités en prêts aux entreprises et aux ménages.

Une « eurobond/conversion bond » de la BCE issue de son pool d’actifs éliminerait la crainte d’une insolvabilité et permettrait une réponse budgétaire plus coordonnée face à une récession dans l’UE.

Selon Varoufakis, «techniquement parlant, les obligations de conversion de la BCE sont le substitut évident du programme d’assouplissement quantitatif qui a échoué. Seule la peur mal placée de la mutualisation de la dette les en empêche. »

En Prime:

Levy Institute.

This “Modest Proposal” by authors Varoufakis and Holland outlines a three-pronged, comprehensive solution to the eurozone crisis that simultaneously addresses the three main dimensions of the current crisis in the eurozone (sovereign debt, banking, and underinvestment), restructures both a share of sovereign debt and that of banks, and does not involve a fiscal transfer of taxpayers’ money.

Additionally, it requires no moves toward federation, no fiscal union, and no transfer union. It is in this sense, say the authors, that it deserves the epithetmodest.

To stabilize the debt crisis, Varoufakis and Holland recommend a tranche transfer of the sovereign debt of each EU member-state to the European Central Bank (ECB), to be held as ECB bonds.

Member-states would continue to service their share of debt, reducing the debt-servicing burden of the most exposed member-states without increasing the debt burden of the others.

Rigorous stress testing and recapitalization through the European Financial Stability Facility (in exchange for equity) would cleanse the banks of questionable public and private paper assets, allowing them to turn future liquidity into loans to enterprises and households.

And the European Investment Bank (EIB) would assume the role of effecting a “New Deal” for Europe, drawing upon a mix of its own bonds and the new eurobonds.

In effect, the EIB would graduate into a European surplus-recycling mechanism—a mechanism without which no currency union can survive for long.

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s