Enfin! Jean-Pierre Chevènement critique une «culture du déni chez nos élites» sur l’immigration sans contrôle et sans intégration

L’ex-ministre de l’Intérieur Jean-Pierre Chevènement critique une «culture du déni chez nos élites» qui sous-estiment selon lui les conséquences d’une immigration sans contrôle et sans intégration, porteuse des germes d’une «guerre civile», a-t-il dit à l’AFP.

Le débat au Parlement sur l’immigration «est utile s’il est suivi de mesures», a estimé le président de Res Publica, dont Emmanuel Macron, que son entourage qualifie volontiers de «chevènementiste», a loué les qualités en privé. «Il faut faire comprendre à tout le monde que le vent a tourné et qu’on n’est plus dans l’autocensure», a poursuivi Jean-Pierre Chevènement, «et affirmer la vraie dimension du problème. D’une part aider les pays d’origine à se développer, à devenir des États de droit sûrs, à investir dans l’éducation et à maîtriser leur fécondité».

«Panne de l’intégration»

«Il faut aussi que les pays d’accueil puissent intégrer ceux qui veulent devenir Français», a-t-il poursuivi, évoquant «la panne de l’intégration». «C’est indispensable si on veut éviter que se créent des communautés enclavées, des territoires où la loi républicaine n’est plus reconnue, où on finit par s’accommoder de mœurs aux antipodes de nos principes, comme la polygamie ou la mise en tutelle des femmes ou la ségrégation». «Sinon la fragmentation de la société française continuera» et «des tensions croissantes se développeront avec à terme la guerre civile», a-t-il jugé. «Sombrer dans la culture du déni, c’est faire le jeu de l’extrême droite».

L’ancien ministre déplore aussi que les reconduites à la frontière ne soient souvent «plus possibles» car les pays d’origine refusent leur concours. «Les chiffres des reconduites n’ont pas bougé depuis 20 ans (15% des interdictions du territoire prononcées)», reproche-t-il. Sur BFMTV, il a suggéré de lier l’aide au développement aux pays d’origine à leur coopération en la matière.

Jean-Pierre Chevènement estime aussi que l’OFPRA (Office français de protection des réfugiés et apatrides) «est trop laxiste» car, alors que les demandes d’asile ont doublé en cinq ans, «le taux d’acceptation a doublé» depuis 2000. «De plus, nos prestations sociales pour les demandeurs d’asile sont supérieures de 53% à celles de l’Allemagne», martèle-t-il, en écho aux interrogations du gouvernement sur l’Aide médicale d’Etat.

Publicités

3 réflexions sur “Enfin! Jean-Pierre Chevènement critique une «culture du déni chez nos élites» sur l’immigration sans contrôle et sans intégration

  1. Chevènement arrive bien tard. Trop tard. Le mal -terrible- est fait.
    Ce parler vrai, c’est au moment de la première alerte au foulard (Collège de Creil, 1989) qu’il fallait le tenir. Et tout de suite tendre la main aux autres républicains alertés (en particulier Philippe Séguin) pour bâtir un Front républicain opposé aux communautarismes et travaillant à un bonne intégration. Par delà une gauche politicienne et une droite qui l’était non moins, qui déjà rivalisaient dans le déni et l’électoralisme.

    M. Chevènement, candidat à la présidentielle en 2002, n’a voulu parler qu’au seul peuple de gauche. Et non au pays entier. Résultat, surdité de la plupart de ses amis de gauche, Et érosion (regrettable) de son influence politique dans le pays. M. Chevènement est un homme honnête et scrupuleux, mais il ne s’est pas donné les moyens de devenir…l’homme de la nation.

    J'aime

  2. Bonsoir
    Le « prolétaire » occidental ayant révélé ses aspirations à mener simplement une vie « petite bourgeoise » il a été discrètement rejeté par les théologiens de gauche et remplacé par « l’immigré » comme figure emblématique de l’opprimé , idole nécessaire pour rassembler les bien pensants de gauche. Il a donc été revêtu de probité candide et de lin blanc pour être livré à l »adoration des « bons ».
    L’immigré est à la gauche confite en dévotions humanitaires ce que le fils de dieu est aux intégristes catholiques .
    La laïcité est une excellente idée, mais c’est pour quand?
    Pour aborder sainement le futur problème de l’immigration , écouter d’abord ce qu’en dit le professeur Kishore Mabubhani.
    Cordialement.

    J'aime

  3. Macron « Chevénementistes » ?

    Disons plutôt que les idées de Chevènement et Séguin s’impose peu à peu au petit garçon. Quel dommage que le Grand Philippe ne soit plus de ce monde !
    Si nous avions suivi ces deux messieurs, nous n’aurions pas un RN puissant, des propos islamophobes et nous aurions sans doute pu éviter un certain nombre d’attentats islamistes.
    Tous les Français, y compris nos compatriotes musulmans, se porteraient bien mieux.
    ça commence donc par l’immigration et les questions d’identité. Le retournement diplomatique en cours est également très important, car il remet en cause l’impérialisme occidental qui au fond sous-tend toutes les politiques menées depuis des décennies.
    Il reste l’€, la clé de voûte de l’édifice en Europe, sinon sa fondation.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s