Editorial. La prochaine phase de la crise, c’est quand le Grand Mythe va s’effondrer!

Je pressens, parce que je m’y attends depuis longtemps, depuis mars 2009 exactement, qu’un jour prochain, une nouvelle phase de la crise va débuter.

Pourquoi depuis mars 2009? Parce que c’est ce jour là que j’ai acquis la conviction que l’on ne traiterait pas la crise mais que l’on mentirait que l’on s’enfoncerait dans le mensonge et dans le bluff.

Ce qui a été confirmé par un acteur de premier plan, un acteur central, Geithner. Le livre de Geithner, « Stress test »,  explique bien qu’il s ‘agissait d’un bluff, un bluff qui a pris. Et que l’on n’a pas remis en cause, pas écorné,  par la suite, trop heureux du miracle: on n’a pas santionné les banquiers  défaillants et criminels pour ne pas ruiner le bluff.

Le grand mythe qui est l’invariant qui soutient tout le système, c’est celui de la toute puissance et du savoir omniscient des banquiers centraux.

Et j’annonce que ce Grand Mythe va sombrer. Ils ne savent pas ce qu’ils font. Ceci est vrai mais pas très important, ce qui est important c’est que cela va finir par se savoir !

Ils s’empètrent les pieds dans les Mystères qu’ils prétendent gérer et cela , jour après jours fissure le socle de leur crédibilité. Les fissures sont multiples mais elles ne sont pas encore perçues par le grand nombre.

C’est la magie, le miracle de ce que l’on désigne sous le nom de confiance . La confiance, c’est un concept central en matière politique, sociale, économique, monétaire et financière, mais un concept que personne n’étudie. C’est une boite noire. Opaque, qui n’est réductible à rien donc pas compréhensible.

J e conseille de lire le petit ouvrage d’Alain Peyrefitte, « Le mythe de Pénélope » . c’est la meilleure reflexion que j’ai trouvée sur ce sujet.

Résultat de recherche d'images pour "penelope peyrefitte"

 

La théorie de la Communication ne peut rentrer dans le proprement humain , elle glisse sans  prise sur l’humain, elle passe à coté de la confiance, de la conviction, de la certitude etc.

Mais ce bluff je prétends qu’il ne peut fonctionner qu’une seule fois.

L’effet d’apprentissage existe. Les systèmes sont gouvernés par leur inconscient c’est à dire par le non-su et peu à peu le Savoir émerge.

Ainsi on comprend mantenant le grand mystère des QE; on sait, ce que nous disons depuis 2010 que ce n’est pas du money printing, mais un simple swap. On sait que cela ne produit pas d’inflation mais simplement un appétit pour le jeu qui ne concerne que les actifs financiers, la Loterie etc

On sait déja beaucoup de choses et on comprend maintenant pour quoi tout cela n’a’ jamais produit ni inflation ni hyper inflation contrairement à ce que les génies de la monnaie orthodoxe, les Allemand croyaient.

Encore un effort et les zozos vont découvrier que « l’économie » cela n’existe pas et que ce qui existe c’est l’Homme; ils vont découvrir que l’apprentissage fait partie des facteurs à étudier, ainsi que la mémoire, comme l’avait compris il y a longtemps Maurice Allais.

En clair, cela marche tant que cela n’est ni su ni compris. On est agi par l’inconscient, mais une fois porté au grand jour, ce qui nous agit disparait en tant que force; il passe à l’état conscient et le conscient, on peut agir dessus, le maîtriser.

La prochaine phase, ce ne sera pas une phase technique ; non ce sera une phase que je qualifierais de cognitive.

Peu à peu la vague de scepticisme à l’égard de la politique des banques centrales va enfler, peu à peu elle va toucher de nouvelles couches de personnes, elle va gagner les médias, les gourous, elle va devenir à la mode et peu à peu elle va devenir « common knowledge », c’est à dire une connaissance que non seulement tout le monde partage mais aussi une connaisiance dont tout le mond sait que les  autres la partagent. On ne peut plus faire semblant de ne pas savoir!

Une connaissance qui est sue comme partagée. Un peu comme les grands secrets de notre époque, « révélés » alors qu’is étaient sus depuis longtemps, : les mensonges d’état, les harcèlements type Weinstein, les pédophilies type Epstein, les corruptions politiques etc . Tout cela se sait, se savait, mais  n’était ou n’est pas encore connaissance sue comme partagée par tout le monde.

La common knowledge ce n’est pas un savoir, c’est un statut supérieur du savoir qui fait que l’on ne peut plus y échapper. Donc c’est un super-savoir qui produit enfin ses effets alors qu’avant il n’en produisait pas.

Revenons à notre situation et à ses mystères.

Powell ne veut pas que l’on dise que les achats de titres auxquels il procède sont des QE. Pourquoi pas!!!  Ils augmentent la taille du bilan de  la Fed, ils font baisser les taux, ils augment les réserves des banques, tout comme les QE mais chut ce ne sont pas des QE.

Powell ne se rend pas compte qu’il contredit mot pour mot ce que disait Bernanke il y a 8 ans ; je n’ai plus la référence exacte, mais j’ai bonne mémoire. Bernanke  disait « du moment que cela augmente les réserves des banques, c’est un QE ». Affirmation normale pour quelqu’un qui croit ringardement que les banques prêtent à partir des réserves.

Peu importe la motivation de celui qui décide le non -QE ou le QE, la motivation c’est dans sa tête, c’est son problème, le résultat  ne change pas: cela augmente les liquidités qui ne rapportent rien, cela fait baisser les taux par l’effet de portefeuille , réduit les primes de  risque par la search for yield, et donc c’est comme du QE!

Alors pour faire plaisir à Powell appelons cela comme le font les humoristes ; son non-QE. Désignons ce à quoi procède Powell de son nom-dénégation-Verneinung, un non-QE.

Le QE est un plan d’achat d’actifs à grande échelle destiné à stimuler le système financier et donc l’économie. .

Le Non-QE c’est un plan d’achat d’actifs à petite échelle dont le but est uniquement d’augmenter le niveau des réserves bancaires.

En bref, comme le dit Snider qui est l’un des rares à comprendre ce qui se passe, il s’agit de prendre, de retirer  des bons du Trésor du  système bancaire et de les échanger contre des réserves bancaires.

N’oublions pas que tout cela s’est manifesté en Septembre dernier, moment ou il est apparu que le marché du refinancement de court terme, celui qui finance et refinance le leverage du long avec le court, n’oublions pas qu’il s’agit d’améliorer la liquidité; le choc de septembre c’est la révélation que malgré $1,7 trillions de réserves oisives.. eh bien on manquait de liquidités!

Les évèments crient, hurlent  une chose: les réserves ne sont pas les liquidités que l’on croit ou les liquidités que l’on espère  et que font nos zozos professionnels … ils augmentent les réserves!

Ah les braves gens.

De deux choses l’une: ou ils nous prennent pour des buses ou bien ce sont des buses.

Ces gens ignorent ce dont ils parlent, derrière les mots et les équations et  les régressions  il n’ y a rien que la profondeur du vide.

Ils ne comprennent pas que ce dont les gens, les TBTF ne veulent pas, c’est lacher, se défaire de leurs collatéraux, de leurs précieux collateraux.  Les TBTF savent que la liquidité c’est ce contre quoi on  l’échange; c’est ce que l’on donne pour les  mettre  en pension, c’est le collatéral de premier rang et donc si on manque de liquidités eh bien c’est parce que l’on manque, parce qu’il  y a une pénurie … de collatéraux. Donc comme les Treasuries US sont les meilleurs  collatéraux , cela signifie qu’il y a pénure de Treasuries US; et que font nos Pavlov spécialistes de la mathématico-regression? Ils retirent du marché , ils rendent plus rare ce dont on manque, ils  achètent  des Treasuries.

Je ne  suis pas seul à  penser qu’ils sont tombés sur la tête, écoutons Snider:

« L’ensemble du marché  pointe  une pénurie systémique de sûretés et ces gens-là pensent qu’il faut régler le problème en… retirant les meilleures des garanties de la circulation. Comment peut-on vraiment être aussi obtus? Ce doit être fit exprès, non? »

Pour résoudre un problème de liquidité  et de refinancement du long contre court, on va augmenter les réserves des banques ce qui ne sert à rien et retirer du pool des collatéraux des bons du Trésor en circulation qui eux servent à quelque chose.

ll suffit de regarder le graphique ci dessous pour constater l’absurdité des actions de la Fed et de Powell; jusqu’en 2008, il n’y avait pratiquement pas de réserves excédentaires  dans le système .. et le marché du refinancement court, le marché des repos-prises en pension  fonctionnait ! Donc le problème ce ne sont pas les réserves.

Le problème c’est 1) la politique de la Fed 2) le manque de confiance 3) la masse énorme de spéculation en levier qu’il faut refinancer alors que la volatilité augmente .

Federal Reserve Balance Sheet, 2001-2019

Quel est le problème alors? Quel est le risque que la Fed veut circonscrire sans le dire?

Je subodore que tout cela est à nouveau une construction parallèle.

C’est la question. C’est ma question abordée dans un article récent qui se demande que savent-ils que nous ne savons pas?

 

 

 

9 réflexions sur “Editorial. La prochaine phase de la crise, c’est quand le Grand Mythe va s’effondrer!

  1. La confiance est très certainement le sentiment le plus érodé dans nos sociétés:
    Les peuples n’ont plus confiance dans les politiques, les médias, les institutions, les corps intermédiaires, l’avenir…….la liste est longue.
    Les parents et grands-parents d’aujourd’hui savent très bien que l’avenir de leurs enfants sera bien moins rose que le leur.
    La crainte sur le climat est un phénomène fortement anxiogène et sciemment développé.
    La crainte du déclassement est très forte.
    L’individualisme forcené devient la norme, réminiscence d’un instinct de survie primitif.
    Les guerres menées ne le sont pas pour les prétextes que l’on nous présentent.
    Etc. Etc….
    Alors oui, les BC ne peuvent être qu’impuissantes.
    Préludes d’un effondrement à venir ?
    La question à se poser: serons-nous renaître ?
    Time will tell.

    J'aime

  2. « La common knowledge ce n’est pas un savoir, c’est un statut supérieur du savoir qui fait que l’on ne peut plus y échapper. Donc c’est un super-savoir qui produit enfin ses effets alors qu’avant il n’en produisait pas. »
    M.Bertez,
    Je vous remercie de mettre vos connaissances et réflexions à disposition du plus grand nombre à travers vos blogs et ce de façon pédagogique. A votre façon vous contribuez au « common knowledge ».
    Cordialement,
    jM

    J'aime

  3. Justement la propagande sur le soit disant réchauffement climatique du à l’homme est le premier frein à tout reprise, vous ne pouvez pas malmener le futur et attendre que le présent ait confiance.

    J'aime

    1. Sauf si vous pratiquez le fameux « en même temps ».
      Avec le « en même temps » vous pouvez tout faire et son contraire!
      La philosophie du « en même temps » nie les contraires, les antagonismes, les impossibles, c’est la caractéristique du rêve que d’ignorer la contradiction et l’impossibel,

      C’est aussi celle de l’esprit infantile . L’état d’adulte passe par la reconnaissance qu’il faut choisir!

      Tout cela prouve que nous avons quitté le Réel et que nous habitons l’Imaginaire.

      J'aime

      1. Le discours en « même temps » tout est son contraire vous avez raison est un discours d’enfant, c’est une sorte de lyrisme à deux sous, pauvres homos qui ne peuvent pas avoir d’enfants, pauvres musulmans qui ne peuvent pas pratiquer le rigorisme de leur religion, pauvre peuple qui ne touche pas assez de l’état à cause de la fraude fiscale…. ect…
        Nous sommes dans la pleurniche en permanence. Ce n’est pas de ça dont nous avons besoin.
        La communication sur les grandes peurs sont accroissance pour plagier amorale. Il nous faut le mieux de l’homme, le discours épique. Mais le discours épique n’a pas sa place dans notre monde de consommateurs bien heureux dans l’ordinaire.

        J'aime

  4. Snider:

    « L’ensemble du marché pointe une pénurie systémique de sûretés et ces gens-là pensent qu’il faut régler le problème en… retirant les meilleures des garanties de la circulation. Comment peut-on vraiment être aussi obtus? Ce doit être fit exprès, non? »

    et si on creait un probleme dont la solution serait une nouvelle monnaie?

    J'aime

    1. Je passe votre commentaire, mais c’est limite conspi , je suis trop tolérant.

      Non je ne pense absolument pas que la Fed aille dans cette direction.

      La Fed ne souhaite pas être abolie et devenir une succursale du FMI qui gère les nouveaux SDR ou autres, c’est une vision inadéquate.

      Les bourgeoisies mondiales, surtout les bourgeoisies financières se livrent une lutte féroce entre elles , les USA veulent continuer à tirer le bénéfice du seigneuriage.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s