LE MONDE MARCHE SUR LA TÊTE – LA VÔTRE, PLUS PRÉCISÉMENT

Rédigé par 
Bruno Bertez
15 octobre 2019

Les autorités pensent avoir résolu la quadrature du cercle – et sont persuadées d’avoir pris le contrôle du système. Mais elles ne pourront pas différer éternellement les conséquences.

La prise de contrôle de la monnaie puis, en chaîne, la prise de contrôle des autres paramètres comme les taux, les préférences pour le présent ou le futur, les appétits pour le risque, les commentaires de la presse…

Tout cela crée un monde nouveau où ce qui n’était qu’une résultante avant devient une donnée, un input.

Maintenant on fixe à la main ce qui dans le passé n’était que constaté.

Par exemple : en produisant à la main les indices boursiers et la valeur des patrimoines, on fabrique la perception de la situation économique, on fixe le niveau de la richesse en espérant que la production va s’y adapter.

La richesse, résultat de la production, devient son moteur. On a inversé : la production doit résulter de la richesse perçue.

Je pense que vous avez compris cette hypothèse balbutiante.

Maudit peuple !

Le monde moderne est celui des démiurges qui croient que, constatant une chaîne de causalités qui fonctionne dans un sens, ils vont pouvoir en prendre le contrôle, l’inverser, la faire fonctionner en sens inverse.

La production produit les richesses ? Eh bien, on inverse et on dit, on décrète, que maintenant, la richesse va produire la production.

Bien sûr, on s’étonne du faible rendement de la pompe à inversion. On s’étonne d’échouer et on dit : la transmission ne fonctionne pas !

Maudit peuple, maudits individus, maudits ringards qui ne transmettent pas nos impulsions.

C’est toute une philosophie du monde qui est à l’œuvre !

Digression:

En passant, je souligne que c’est exactement la philosophie d’un Emmanuel Macron… mais il faudrait le démontrer. En particulier, il faudrait faire ressortir en quoi la négation de l’épaisseur du monde, de ses référentiels, la négation de la dialectique par le fameux « en même temps » est un produit de cette philosophie de l’inversion magique.

Le fameux « en même temps », est une structure de pensée, ce n’est pas un tic d e langage ou une facilité de réthorique.

C’est une négation du réel et de notre condition humaine.

Ainsi vous choisissez de céder à vos pulsions homosexuelles, ce faisant vous savez fort bien que vous ne pourrez procréeer et bien, comme vous vivez dans le monde de Macron du « en même temps », en même temps que vous êtes  homosexuel vous entretenez le désir d’avoir un enfant, vous refusez de faire le deuil  d’avoir un enfant. 

Ce faisant comme vous refusez le deuil, vous allez exploiter quelqu’un, le ventre de quelqu’un; car comme le dit le chantre du vice maintenant décédé, ce grand mécène du PS; « vous louez bien vos bras et votre force de travail, pourquoi ne pas louer votre ventre », Vous est bien exploités pour produire des marchandises pour quoi ne pas l’être pour cette nouvelle marchandise mise sur le marché! 

Avec le « en même temps » vous pouvez tout faire et son contraire!
La philosophie du « en même temps » nie les contraires, les antagonismes, les impossibles, c’est la caractéristique du rêve que d’ignorer la contradiction et l’impossible,

C’est aussi celle de l’esprit infantile . L’état d’adulte passe par la reconnaissance qu’il faut choisir!

Tout cela prouve que nous avons quitté le Réel et que nous habitons l’Imaginaire.

On verra cela un autre jour.

On a résolu la quadrature du cercle

Réfléchissez, c’est très riche. C’est un excellent schéma explicatif de la modernité qu’il faut creuser : la prise de contrôle des variables naturelles et la tentative d’inversion des processus.

C’est le pari forcené que les causalités sont réversibles. On a trouvé le moyen de remonter la pente de l’entropie.

Dans ces conditions, bien sûr, tout est à revoir. Les indicateurs utiles ne sont plus les indicateurs économiques classiques, non… puisque l’on marche sur la tête.

Les indicateurs de la croissance future sont… les cours de la Bourse… les titres des journaux… et si on réussit à relancer les cours de Bourse, on espère alors que cela relancera la croissance et qu’on évitera la récession.

Le coût de ces pratiques, les conséquences non voulues, tout cela est différé. Repoussé… voire, pour/par certains, radicalement nié : on a découvert la quadrature du cercle, on a trouvé le secret de l’argent gratuit et de la multiplication des pains.

C’est ce qu’a écrit l’économiste Paul Krugman ces derniers jours : la dette ne compte pas, nous ne faisons que nous prêter à nous-mêmes ! A l’échelle de la planète, il n’y a aucun déficit, tout se compense ; il suffit qu‘un empire prenne le contrôle de la planète, n’est-ce pas…

Le temps, dans ce système, n’est plus le temps de l’économie de papa ou de grand-papa. Désormais, c’est l’Aventure.

Tout est à découvrir et à apprendre : les comportements, les apprentissages ne sont pas encore fixés, codifiés, enracinés, pavlovisés – mais cela viendra… plus tard…

… Dans un an, dans 10 ans…

[NDLR : Retrouvez toutes les analyses de Bruno Bertez sur son blog en cliquant ici.]

Recevez la Chronique Agora directement dans votre boîte mail

S’INSCRIRE

 Je souhaite recevoir des offres de la part des partenaires de La Chronique Agora.
*En cliquant sur le bouton ci-dessus, j’accepte que mon e-mail saisi soit utilisé, traité et exploité pour que je reçoive la newsletter gratuite de La Chronique Agora et mon Guide Spécial.A tout moment, vous pourrez vous désinscrire de de La Chronique Agora.

Voir notre Politique de confidentialité.

Une réflexion sur “LE MONDE MARCHE SUR LA TÊTE – LA VÔTRE, PLUS PRÉCISÉMENT

  1. Qu’est-ce qui change en fait, depuis des millénaires?
    La science avance oui, pour le reste….
    Ci-dessous un texte de Cicéron (106-43 av J.C), homme d »état romain, avocat et écrivain latin.

     » Les finances publiques doivent être saines.
    Le budget doit-être équilibré.
    L’arrogance de l’administration doit-être combattue et contrôlée.
    L’aide aux pays étrangers doit-être diminuée de peur que Rome ne tombe en faillite.
    La population doit encore apprendre à travailler au lieu de vivre de l’aide publique »
    …..
    Incroyable non? 2 mille ans après c’est toujours d’actualité. Pourtant, on dit bien que l’Homme évolue. ….Oui mais dans quel sens…? 😉

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s