Le coup d’état de Mario Draghi

Le coup d’état de Mario Draghi n’a pas été monté par un quarteron de généraux félons, non il a été monté par une quarteron de très grands banquiers  européens et anglo-saxons.

Le départ de Draghi aurait du,  dans  un système sain, être le moment priviligié pour enfin avoir un débat politique, je dis bien politique, sur son action.

Pourquoi politique? Tout simplement parce que Draghi a fait de la politique; celle que les gouvernements auraient du faire si ils avaient été compétents , si ils avaient eu du courage , si il avaient eu derrière eux une vraie presse capable de les mettre au pied du mur.

Je ne parle pas d’une opposition politique car il n’y en a plus nulle part. Partout on gouverne avec des majorités par défaut et des oppositions simulacres.

Le peuple a été depossédé de sa souverainté -fictive car il n’a jamais été souverain- par le jeu du glissement du « système de la représentation » au profit du « système de la gouvernance »; la gouvernance  , cela signifie qu’il y a  ceux qui savent et des imbéciles  qui ,eux ne savent pas.

C’est un glissement qui maintient la fiction de la démocratie tout en la détruisant en profondeur.

 

Rédigé par 
Bruno Bertez
29 octobre 2019

C’est l’heure du bilan pour Mario Draghi, et les langues commencent à se dénouer alors même qu’il n’est pas encore tout à fait parti de la BCE…

Quand on demande à Mario Draghi s’il attend des gouvernements disposant d’une marge de manœuvre budgétaire une action rapide et efficace, il répond que l’efficacité dépend du fait que la relance budgétaire se répercute des pays qui peuvent l’appliquer aux pays qui en ont besoin. Il estime que les politiques budgétaires nationales n’ont que des effets d’entraînement limités au-delà des frontières.

« A long terme, l’effet de contagion dépendra des progrès réalisés dans la mise en place d’une capacité fiscale centrale pour la Zone euro, dotée d’une réelle capacité de stabilisation de l’économie au cours du cycle économique. »

A son tour, cela nécessitera des changements dans la gouvernance des institutions créées pour remplir cette fonction fiscale centrale.

Au niveau national, le frein à l’endettement allemand est un exemple de problème de gouvernance susceptible de faire obstacle. Et de s’envenimer.

Une simple vision de bon sens conduit à penser que non seulement Draghi n’a rien résolu, rien sauvé, mais qu’au moment de son départ, il laisse ouvert un véritable champ de bataille semé de mines. C’est comme si, en partant, il disait : « Tout reste à faire, maintenant allez-y, battez-vous ! »

Des commentaires pas forcément favorables

Déjà, alors qu’il n’est pas encore parti, les langues se dénouent. Ceux qui s’étaient tus pendant son mandat commencent à commenter son œuvre. Ils n’hésitent pas à dire ce que je dis depuis le premier jour : Draghi a opéré un coup d’Etat.

Son action n’a pas été dans l’intérêt général ; cela a été une action partisane pour sauver de l’insolvabilité les pays du Club Med, et singulièrement l’Italie.

Ceci, les pays du nord ont osé le dire et l’écrire dès la semaine dernière ! Draghi n’a pas conduit une politique monétaire : il a fait du financement budgétaire au profit des pays déficitaires, maintenant et entretenant ainsi les déséquilibres. Il n’a rien résolu, rien sauvé, il a reporté.

Draghi a refusé tout débat, aussi bien avec ses pairs qu’avec les économistes, il s’est comporté en autocrate. Ceci se comprend car s’il avait accepté le débat, ses faiblesses seraient apparues. Il a bénéficié de la duplicité de la chancelière allemande, Angela Merkel, qui tenait un discours d’orthodoxie monétaire à l’intérieur mais qui, en sous-main, encourageait les dérives et permettait à Draghi de violer toutes les règles des traités, mains aussi celles de l’orthodoxie et celles du simple bon sens.

Un tissu d’âneries

Voici la question d’un journaliste audacieux lors de la conférence de presse tenue jeudi par Draghi :

« Une récente étude de la Bank of America révèle que l’impuissance et l’inefficacité des banques centrales, y compris celle de la BCE, inquiètent les observateurs ; cette impuissance constitue le deuxième risque perçu par les investisseurs. Ma question est la suivante : pensez-vous que ces préoccupations des investisseurs sont justifiées ? En d’autres termes, y a-t-il un risque de bulles financières ? »

Réponse de M. Draghi : 

« […] Vous avez demandé si les politiques monétaires expansionnistes des banques centrales constituaient le deuxième risque en importance. Je peux répondre pour la Zone euro ; c’est une question que nous nous posons tous les jours, plusieurs fois par jour, et je le dis parce que nous surveillons de très près l’évolution des marchés. Nous voyons certains segments des marchés financiers où les évaluations sont gonflées. C’est le cas de l’immobilier, par exemple, et surtout de l’immobilier commercial de premier choix. Or les causes de ces évaluations surestimées ne mènent souvent pas directement à nos politiques monétaires. Pour l’immobilier commercial de premier ordre, c’est l’action des investisseurs internationaux qui pousse les prix… Nous pouvons avoir d’autres segments à surveiller, mais franchement, nous ne voyons pas de bulles.

Lorsque nous voyons des bulles, ce sont des bulles localisées comme par exemple, certains segments du marché obligataire, le marché des obligations à effet de levier à rendement élevé – qui, soit dit en passant, n’est pas un gros problème en Europe. C’est plutôt un gros problème dans un autre pays…

L’autre problème important est celui de la recherche de rendement qui pousse les cours des actifs financiers. Une grande partie de cette recherche de rendement se produit dans le secteur non-bancaire et plus spécifiquement dans le système bancaire parallèle. Malheureusement, le périmètre des politiques macroprudentielles n’inclut pas ce secteur. Nous avons une certaine visibilité, plutôt bonne, sur ce qui se passe dans le secteur bancaire… Mais nous n’avons pas beaucoup de visibilité sur le reste du secteur financier. Je parle pour les non-banques, pour le secteur bancaire parallèle. »

Comment peut-on sortir pareil tissus d’âneries devant une audience internationale, pour une prestation historique, une prestation censée rester dans l’Histoire ?

Des réponses effarantes

Comment affirmer que les prix de l’immobilier sont surévalués – tout en niant que ce soit directement la conséquence des politiques monétaires avec les taux quasi-zéro et l’absence de rendement offerts par les placements normaux ? Comment oser répondre que c’est de la faute des investisseurs internationaux !

Qui baisse les taux, qui les met à zéro ?

Quant à la réponse sur les risques financiers, elle est proprement effarante. Draghi reconnaît que les risques sont importants, mais qu’ils ne concernent pas trop le secteur bancaire traditionnel. Ouf !

Cependant, aussitôt, il reconnaît que les risques importants sont logés dans le secteur bancaire parallèle, le « shadow banking system », lequel est opaque et, comme il le dit, malheureusement non réglementé.

Les bras m’en tombent.

La quête de rendement a produit une situation financière explosive, catastrophique. C’est au point que l’on ne peut plus remonter les taux et que l’on doit encore, ces derniers jours, injecter des centaines de milliards…

… Et ce zozo nous dit : « Je n’y peux rien, ce secteur parallèle n’a pas de visibilité et n’est pas régulé » !

Un jour on lynchera Draghi, au moins symboliquement.

[NDLR : Retrouvez toutes les analyses de Bruno Bertez sur son blog en cliquant ici.]

Recevez la Chronique Agora directement dans votre boîte mail

S’INSCRIRE

 Je souhaite recevoir des offres de la part des partenaires de La Chronique Agora.
*En cliquant sur le bouton ci-dessus, j’accepte que mon e-mail saisi soit utilisé, traité et exploité pour que je reçoive la newsletter gratuite de La Chronique Agora et mon Guide Spécial.

A tout moment, vous pourrez vous désinscrire de de La Chronique Agora.

Voir notre Politique de confidentialité.

Une réflexion sur “Le coup d’état de Mario Draghi

  1. Il faudra bien un jour dénoncer cette clique, pour ce qu’ils sont: des menteurs, des imposteurs et des félons.

    Déclaration de Christine Lagarde ce jour:

    Christine Lagarde a également défendu la politique de taux d’intérêt très bas pour soutenir l’activité plutôt que de rémunérer mieux les épargnants. Interrogée sur les effets négatifs des taux proches de zéro voire négatifs sur la rémunération de l’épargne, elle s’est interrogée sur « ce qui ce serait passé si la BCE n’avait pas fait ça ».

    « Est-ce qu’on aurait pas aujourd’hui une situation avec beaucoup plus de chômage, avec une croissance encore plus réduite, et est-ce qu’on a pas finalement bien fait d’arbitrer en faveur de l’emploi, de la croissance, plutôt qu’en faveur de la protection des épargnants ? », a déclaré celle qui va succéder vendredi à Mario Draghi. « On sera plus content d’avoir un emploi plutôt que d’avoir une épargne protégée » , a-t-elle assuré.

    https://www.boursorama.com/actualite-economique/actualites/taux-bas-on-sera-plus-content-d-avoir-un-emploi-plutot-que-d-avoir-une-epargne-protegee-assure-christine-lagarde-1723582c6851f00cc131bfceb7d5930d

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s