Amer, Macron avoue son échec; un virage important. L’Europe au bord du précipice.

J’ai expliqué dès la cloture des élections présidentielles la rationalité de la politique exposée par Macron, non pas en France mais à l’étranger.

Il s’agit d’une part de remonter le taux de profit du système fraçais et d’autre part de satisfaire aux demandes allemandes sur l’austérite (ou la rigueur) afin d ‘en obtenir un approfondissement européen c’est à dire plus de solidarité. On donne des gages pour que les Allemands n’aient plus peur qu’on leur vole leur carte de crédit!

Macron s’est trompé dès le premier jour quand il a cru que les Allemands changeraient leur philosophie historique pour lui faire plaisir; « les règles sont les règles » a dit Schauble et même si on les respecte cela ne donne droit à aucune contrepartie/récompense.

Pas de cadeau.

Macron a fait son boulot, il a réduit le niveau de vie des Français que les Allemands considéraient comme trop élevé,   amelioré la rentabilité du système, maitrisé les deficits mais voilia : rien ne vient; comme un enfant donc il trépigne .

Pas d ‘union bancaire, pas de budget commun, pas de relance concertée, pas de changement de cap keynesien chez nos « partenaires ». Ils sont persuadés que leur modèle est le bon et ils font la sourde oreille.

J’ai toujours dit que notre Macron commettait une erreur en cherchant les bonnes graces des Allemands et qu’il aurait du faire alliance avec les Italiens contre eux.

Du coup notre Macron sort de  ses gonds, il se montre peu diplomate , voire intempestif. C’est ainsi que vous devez interpreter le compte rendu à l’eau d e rose incompetent de BFM

Le président français Emmanuel Macron, qui plaide pour une politique d’investissement active en Europe, a estimé jeudi que la règle sur le maintien du déficit public des pays de la zone sous la barre des 3% du PIB relevait d’un « débat d’un autre siècle ».

« Nous avons besoin de plus d’expansionnisme, de plus d’investissement (…) Je pense que c’est pour ça que le débat autour du 3% dans les budgets nationaux, et du 1% du budget européen, est un débat d’un autre siècle. Ce n’est pas le débat qui permet d’avoir cette politique. Ce n’est pas le débat qui permet de préparer l’avenir. Quand je regarde notre niveau d’investissement en intelligence artificielle, à comparer avec la Chine ou les Etats-Unis, nous ne sommes pas dans la même division », a-t-il déclaré dans une interview à l’hebdomadaire The Economist publié jeudi.

Interrogé par BFMTV, l’entourage du président précise que la France essaie de se tenir à cette règle des 3% et ne veut pas s’en affranchir. En revanche, le président souhaiterait que les investissements d’avenir -comme l’intelligence artificielle ou l’environnement- importants pour le développement des pays européens ne soient pas comptabilisés dans le déficit de ces pays.

Les Allemands « sont les grands gagnants de la zone euro »

Le président français a insisté sur la nécessité d’une relance budgétaire pour alimenter la croissance européenne, une demande à laquelle l’Allemagne fait la sourde oreille. Les Chinois « investissent massivement », a-t-il dit. « Les Etats-Unis ont creusé le déficit pour investir sur des éléments stratégiques et relancer sur les classes moyennes », a-t-il ajouté.

Les Allemands « sont les grands gagnants de la zone euro, y compris avec ses dysfonctionnements », a poursuivi Emmanuel Macron. « Aujourd’hui simplement il faut que le système allemand intègre que cette situation n’est pas durable », a-t-il lancé. « A un moment donné ils vont devoir repivoter », a assuré Emmanuel Macron en concédant que le « stimulus budgétaire » restait pour l’heure un « tabou ».

Soutenu par l’Italie

Le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte a aussi estimé en septembre qu’il fallait « améliorer le pacte de stabilité », qui impose aux pays membres de la zone euro que leur déficit public ne dépasse pas les 3% du PIB et leur dette les 60% du PIB, afin de soutenir les investissements.

Paris et Rome ont toutefois promis en octobre de poursuivre leurs efforts pour assainir leurs finances publiques, après une mise de la Commission européenne sur leur budget 2020. Le prochain budget pluriannuel de l’UE doit concilier le départ du Royaume-Uni, un contributeur net, avec de nouvelles priorités (sécurité, migration, numérique).

Pour compenser, la Commission propose de fixer les contributions pour les pays à 1,114% (à 27) du revenu national brut (RNB), contre 1,03% actuellement (à 28), ce qui fait grincer des dents chez les gros contributeurs mais aussi chez les bénéficiaires qui craignent de voir les aides européennes se tarir.

cover-image

Our cover this week considers Emmanuel Macron’s warning that Europe is “on the edge of a precipice”. In his Elysée Palace office, the French president spoke to The Economist in apocalyptic terms. NATO, the transatlantic alliance, is suffering from “brain-death”, he says; Europe needs to develop a military force of its own. The European Union needs to act not just as a market but as a political bloc, with policies on technology, data and climate change. And it must embrace realpolitik, for example by rebuilding relations with Russia. With protectionism and authoritarianism on the rise, Europe needs to wake up and prepare itself for a tougher, less forgiving world. It is hard to overstate the scale of the change Mr Macron is asking from his fellow Europeans. Is he right? At the very least, he deserves an answer.

3 réflexions sur “Amer, Macron avoue son échec; un virage important. L’Europe au bord du précipice.

  1. Les allemands ne comprennent qu’une chose l’épreuve de force, et si Macron n’était pas un énarque mais un homme d’affaire ça fait longtemps qu’il aurait fait alliance avec les pays du sud comme l’Italie, surtout que l’allemagne entre ses banques et target 2 est Goliath face à David…

    J'aime

  2. Quel intérêt de faire de la relance publique soviétoïde alors que l’Europe, ayant passé son pic énergie, est condamnée à la récession ?
    La chute finale n’en sera que plus violente.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s