Un peu compliqué, mais important: Phase de Transition. Dispersion, divergences…

Je vous passe cette mise à jour du travail d’Hussman car je l’attendais, j’avais fait la même observation que lui et je suis en alerte.

L’observation concerne une sorte désunion à l’intérieur du marché boursier, cela commence à se désunir c’est à dire à partir dans tous les sens.  Un certain désordre se manifeste. La dictature de la Tendance globale sur les parties individuelles devient moins puissante, moins coercitive.

Les investisseurs doivent être pleinement conscients du fait que  la combinaison actuelle de surévaluation extrême, de conditions internes  de marché défavorables et d’actions quotidiennes erratiques sont caractéristiques d’une «phase de transition».

C’est  Hussman qui écrit ceci dans une note ce jour.

Il souligne une dégradation de ce que l’on pourrait appeler l »Unanimité » du marché.

Quand l’appétit pour le jeu est fort, le marché est unanime, indifférencié , tout marche au son du canon; tout se comporte de la même façon, mais quand l’appétit pour le jeu faiblit, alors il y a de nombreuses divergences et c’est à elles qu’il faut porter attention.

Je partage cette façon de voir.

On remarque en particulier d’une forte dispersion interne suivie d’un renversement du leadership.

Ecoutons ce rappel théorique d’Hussman: 

Nous identifions les phases de transitions en recherchant une « forme » une « structure », une « gestalt » (c’est à dire plusieurs caractéristiques formant un ensemble cohérent et reconnaissable) reflétant dans ce cas une dispersion du leadership (nouveaux sommets par rapport aux nouveaux plus bas), une participation (le pourcentage de titres individuels qui suivent une avance de marché donnée) et une l’amplitude  (titres  en progression par rapport à ceux qui sont en  baisse) émergeant immédiatement d’un record record.

Les marchés en bonne santé présentent rarement ce type de dispersion si proche d’un record.

L’un des meilleurs indices de l’appétit  spéculatif des investisseurs est «l’uniformité» des actions positives des marchés sur un large éventail de mesures internes… J’ai noté au fil des années que des baisses substantielles des marchés étaient souvent précédées par une dispersion interne forte.

Le marché enregistre simultanément un nombre relativement élevé de nouveaux hauts et de nouveaux bas parmi les actions individuelles et un renversement du leadership, les statistiques passant d’une majorité de nouveaux plus  hauts à une majorité de nouveaux plus bas au cours d’un petit nombre de séances de négociation.

Cela ressemble beaucoup à ce qui se passe lorsqu’une substance passe par une ‘transition de phase’, par exemple d’une phase  gazeuse  à une phase liquide, ou inversement.

Des parties du matériau considéré commencent à se comporter de façon distincte, autonome, comme si les particules choisissaient entre les deux phases, et à mesure que la transition approchait de son « point critique », vous commencez à observer des formations de grappes plus grandes au fur et à mesure qu’une phase prend  le dessus sur l’autre et que les choix des particules  influencent  leurs voisins.

Vous observez également des oscillations rapides entre ordre et désordre dans les particules restantes. Ainsi, une transition de phase entraîne une dispersion interne suivie d’un renversement du leadership.

– John P. Hussman, Ph.D.
Les marchés internes deviennent négatifs, le 30 juillet 2007

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s