Survol: Bourses, en route pour les folies

Le S & P500 a gagné 1,0%  et le Dow a pris 0,6%, en hausse de plus de 20% depuis le début de l’année.

Les services publics sont inchangés .

Les banques ont ajouté 0,4% soit + 27,9% depuis le début d el’année.

Les transports ont augmenté de 0,7% (+ 18,4%). Les Midcaps S & P 400 ont progressé de 1,2% (20,9%) et les petites capitalisations, Russell 2000, de 2,2% (20,5%).

Le Nasdaq100 a progressé de 1,6% en hausse de 32,8% depuis le début de l’année.

. Les semi-conducteurs ont augmenté de 1,5% (en hausse de 48,6%). Les biotechnologies ont bondi de 3,5% (+ 18,5%).

Bien que le lingot ait chuté de 18 $, l’indice HUI a gagné 1,9% (en hausse de 33,8%).

Les rendements des bons du Trésor à cinq ans sont restés inchangés à 1,63%

Les rendements du Trésor à 10 ans ont ajouté un point de base à 1,78%.

Le dollar index  est resté inchangé à 98,27 (en hausse de 2,2% depuis le début de l’année).

L’indice Bloomberg des Commodities a chuté de 2,1% cette semaine (en hausse de 0,2% depuis le début de l’année)

La forte chute de fin 2018 a paniqué les autorités monétaires mondiales; dès le mois de  décembre, elles ont fait savoir qu’elles abandonnaient la tentative de retour à la normale de la politique monétaire et qu’elle reprenaient les districutions de largesses. Par ailleurs elles ont fourni les liquidités nécessaire pour que la Communauté Speculative puisse tenir ses positions par le biais des « repos ». On voit le résulat  boursier!

Image

27 novembre – CNS : «La dette fédérale a augmenté de 1 303 466,578,471,45 $ depuis le dernier Thanksgiving, .. Il s’agit de la plus importante augmentation de la dette de Thanksgiving à Thanksgiving en neuf ans. La dernière fois que la dette a augmenté davantage de Thanksgiving à Thanksgiving, c’était en 2010, avec une augmentation de 1 785 995 360 978,10 $. Cela équivaut également à environ 10 137,48 dollars par ménage aux États-Unis. »

November 25 – CNBC  «Les économistes de la Réserve fédérale ont mis en garde que l’impression de monnaie  pour financer le déficit était un désastre pour tous les  pays qui l’avaient essayé.

Dans un article qui traite de la dette budgétaire américaine en plein dérapage , les experts de la Fed notent que des niveaux élevés ne sont pas nécessairement insoutenables tant que les revenus augmentent plus rapidement.

Ils notent que les pays qui ont eu des problèmes et se sont tournés vers les banques centrales pour les renflouer n’ont pas eu de bons résultats. «Une solution que certains pays à forte dette insoutenable ont essayée consiste à imprimer de l’argent. Dans ce scénario, le gouvernement emprunte de l’argent en émettant des obligations, puis ordonne à la banque centrale de les acheter en créant (imprimant) de la monnaie », ont écrit Scott A. Wolla et Kaitlyn Frerking. « L’histoire nous a cependant appris que ce type de politique conduit à des taux d’inflation extrêmement élevés (hyperinflation) et aboutit souvent à la ruine économique. »

Powell met de l’huile sur le feu, il soutient que les autorités monétaires ont les moyens de prolonger l’expansion. il croit bien faire car il veut stabiliser les anticipations sur les taux d’intérêt , mais en pratique il aggrave la situation. Ces propos témoigent si on en doutait encore de la folie des apprentis sorciers.

25 novembre – Bloomberg : «Le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, a donné une  tonalité  optimiste sur  la capacité des décideurs à prolonger l’expansion économique record aux États-Unis, tout en signalant que les taux d’intérêt resteraient probablement inchangés. « À ce stade de la longue expansion, je vois le verre à moitié plein », a déclaré Powell … « Avec les bonnes politiques, nous pouvons le remplir davantage, en nous appuyant sur les gains obtenus jusqu’à présent et en généralisant les avantages plus largement pour tous » Les Américains. »

Il pleut des sous pour aider la spéculation a porter ses positions: ci dessous les repos!

Image

Les comportements spéculatifs se multiplient et s’ancrent

26 novembre – Bloomberg : «Au cours des deux derniers mois, les acheteurs ont acquis  de nouveaux logements aux États-Unis au rythme le plus rapide depuis plus de 12 ans, signe d’une forte demande de logements associée à une baisse des prix et des coûts d’emprunt.

Les ventes de maisons individuelles ont atteint un rythme annualisé de 733 000 en octobre, dépassant toutes les estimations d’un sondage de Bloomberg, à la suite d’une révision à la hausse de 738 000 en septembre…

Ces deux lectures ont été les plus fortes depuis juillet 2007.

26 novembre – CNBC : «Après avoir baissé pendant une bonne partie de cette année, les prix des logements ont à nouveau augmenté. Au niveau national, les prix ont augmenté de 3,2% par an en septembre, contre 3,1% en août, d’après l’indice des prix du logement américain S & P CoreLogic Case-Shiller.

L’augmentation annuelle du composite 10 villes a été de 1,5%, sans changement par rapport au mois précédent.

Le composite 20 villes composites a augmenté de 2,1% par an, après 2,0% en août.

Parmi les 20 villes couvertes, Phoenix, Charlotte, Caroline du Nord et Tampa, Floride, ont enregistré les gains annuels les plus élevés, avec des gains annuels de 6,0%, 4,6% et 4,5% respectivement.

Dix des 20 villes ont connu des augmentations de prix plus importantes pour l’exercice terminé en septembre 2019 par rapport à l’année terminée en août 2019. »

En Chine, et en Asie peu d’amélioration, au contraire:

26 novembre – Bloomberg: «Les premiers indicateurs disponibles sur la performance économique de la Chine laissent présager un ralentissement persistant en novembre.

Au troisième trimestre, la croissance économique était déjà la plus lente depuis près de trois décennies, et la jauge de Bloomberg Economics agrégeant les données les plus anciennes sur les marchés financiers et les entreprises montre que cette tendance se poursuit, avec une dégradation de la conjoncture pour le commerce, la confiance des directeurs commerciaux et les prix pour les usines.

Alors que les tensions avec les Etats-Unis se sont apaisées, les exportations sud-coréennes, principal indicateur des flux commerciaux en Asie, se sont encore contractées de près de 10% au cours des 20 premiers jours de l’année. Novembre. »

La solution: le printing, bien sur!

28 novembre – Reuters  «La Chine peut assouplir davantage sa politique monétaire, mais les autorités ne doivent pas négliger la façon dont elles utilisent ces mesures de relance, a déclaré un responsable de la banque centrale…, renforçant ainsi sa position prudente. « Notre politique monétaire a encore des marges de manoeuvre  … mais nous ne pouvons pas l’utiliser  à volonté », a déclaré Zhang Xuechun, directeur adjoint du bureau de la recherche à la Banque populaire de Chine (PBOC) …  »

La chute des profits chinois accélère, c’est mauvais signe:

26 novembre – Reuters  «Les bénéfices des entreprises industrielles chinoises ont diminué a  un rythme  record en huit mois en octobre, traduisant la chute soutenue des prix à la production et des exportations et soulignant le ralentissement de la deuxième économie mondiale.

Les bénéfices industriels ont chuté de 9,9% en octobre par rapport à l’année précédente, pour s’établir à 427,56 milliards de yuans (60,74 milliards de dollars)…, ce qui représente la plus forte baisse depuis janvier-février, contre 5,3% en septembre ».

Les banques souffrent aussi dangereusement:

26 novembre – Financial Times: «Les banques chinoises en difficulté se démènent pour lever des fonds, alors que les préoccupations sur  la santé du système financier grandissent et que la confiance dans les plans de sauvetage menés par l’État faiblit.

Le système bancaire chinois est confronté à son plus grand défi depuis près de 20 ans après des années de croissance fulgurante et une prodigieuse  montée des créances irrécouvrables, qui ont dépassé 40% des prêts de certains petits prêteurs.

Le gouvernement a dû intervenir pour soutenir  trois banques locales cette année.

Finalement lisez ceci: les incendaires qui allument les incendies  lancent des mises en garde . Ils se plaignent de ce qu’ils encouragent!

Les banquiers centraux sont dans la seringue, ils ne peuvent faire marche arrière. On a brulé les vaisseaux.

Sur l’inflationnisme et l’horizon de l’hyperinflation , en avant toutes.

Ah les braves gens!

26 novembre – Bloomberg : «Les banques centrales mondiales approchent la fin de l’année avec des  frissons de peur collectifs face au comportement risqué que leurs politiques de taux bas encouragent.

Les décideurs de la Banque centrale européenne et de la Réserve fédérale américaine ont lancé des avertissements contre les investissements potentiellement dangereux et excessivement risqués , motivés par leurs efforts pour submerger les économies avec de l’argent extrêmement bon marché.

Les indices boursiers des États-Unis à l’Inde sont au niveau des records, et les faibles rendements des obligations souveraines ont incité  les fonds  à se mettre à la recherche de meilleurs rendements.

Les avertissements sont encore formulés dans un langage mesuré pour ne pas créer   la panique, mais le message combiné  est clairement un message d’inquiétude croissante, mêlé au malaise que les banquiers centraux ne peuvent pas facilement resserrer leurs politiques.

Le danger est que cette prise de risque recrée un contexte similaire à celui qui a précédé la crise financière mondiale il y a une décennie. »

La BCE on attend La Christine le 12 décembre:

https://www.forexlive.com/news/!/decembers-major-central-bank-overview-20191130

La BCE a changé de patron après le départ de l’ancien président, Mario Draghi.

Christine Lagarde lui succéde et son premier impact sur la politique monétaire se manifestera  le 12 décembre avec la dernière décision de la BCE en matière de taux.

Jusqu’à présent, Christine Lagarde a donné peu donné peu d’indications sur son  approche.

Toutefois, les perspectives pour la zone euro restent fermement orientées à la baisse, le niveau de l’inflation en octobre restant inférieur à l’objectif de 2% à 0,7%.

La BCE a déclaré que les taux seraient aux niveaux actuels ou même inférieurs jusqu’à ce que les données d’inflation se soient rapprochées de l’objectif de 2,0%.

La BCE devrait donc conserver une perspective baissière pour ses taux  et le 12 décembre est la date clé pour que le marché puisse évaluer correctement l’orientation que Christine Lagarde va donner.

Personnellement, je m’attends à ce que Draghi réitère son appel à la relance budgétaire, les banques centrales du monde entier acceptant l’idée que la politique monétaire ne puisse encore aller  très loin, en particulier parce que  les taux sont déja très  bas. Le risque est que la BCE  baisse encore plus qu’attendu; On attend une baisse de 10 pbs.

Et  pour finir une lueur de bon sens, comme toujours elle est fournie par ceux qui ont été en poste, les « Ex » eux retrouvent leur liberté de penser et de parler.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s