Une triste synthèse de la semaine… un monde sans carte et sans boussole… nous avons fait un pas de plus vers…

Je commence par la description de ce qui se passe sur les marchés car c’est le meilleur moyen de comprendre les contradictions qui sont à l’oeuvre: une crise sans précédent qui produit des records boursiers! Des records d’enrichissement face à des records de misère.

Le S & P500 a rebondi de 3,2% cette semaine, atteignant de nouveaux  sommets historiques jeudi.

Les rendements des bons du Trésor à dix ans ont également rebondi, mais la hausse de huit points de base a été inférieure à la moitié de la baisse de 18 points de base de la semaine précédente.

Les marchés des matières premières sont restés à la traine cette semaine. Le brut WTI a encore baissé de 1,24 $ à 50,32 $, une cinquième baisse hebdomadaire consécutive .

L’indice Bloomberg des Commodities a peu changé. Le cuivre a récupéré 1,4%,  une fraction seulement du naufrage  de 6,2% de la semaine précédente.

Le dollar de Singapour, petit pays mais grand secteur financier, a perdu 1,8% cette semaine, tandis que le yen japonais, le renminbi chinois et le ringgit malaisien ont tous baissé d’environ 1,0%.

La hausse du dollar  la chute du commerce mondial font craindre des tensions sur le refinancement en « dollars » , c’est un paramètre à suivre.

Les mouvements boursiers sont contradictoires: les véhicules refuges ont progressé et les véhicules de risque également. Le mouvement habituel, normal de bascule ne s’est  pas  produit.

Les rendements des bons du Trésor à dix ans sont en baisse de 33 points de base depuis le  début de 2020. Le Marché des actions est en train d’inscrire de nouveaux records: l’ETF   actions S & P 500 performe de 3,2%.

 

Il convient de noter que les rendements des bons du Trésor US à 10 ans étaient à 1,51% avant de remonter un peu, non loin du plus bas  de 1,46% du 3 septembre. Les rendements des fonds d’état  mondiaux se sont effondrés tout au long de l’été.

La courbe des taux des États-Unis s’est brièvement inversée, pointant vers le ralentissement .

Le gain de 225 000 emplois de janvier est « contrebalancé »par la revision en baisse des créations d’emplois de 2018 de moins 520 000 postes..

Tout est faussé, non seulement les marchés boursiers ne disent rien , ils n’offrent aucun guide, mais les indicateurs économiques sont erratiques. Le système à force d’etre tripatouillé ne donne plus d’information, il est rigourusement non pilotable autrement qu’au jour le jour. C’est la Grande Aventure vers l’inconnu, sans expérience du passé, sans carte, sans boussole et avec une seule arme: l’inflationnisme monétaire! 

La peur est une dominante mais elle se manifeste de façon contradictoire, dialectique.

-D’un coté elle rend frileux et fait fuir le risque et donc elle provoque des achats sur les fonds d’état et les dettes souveraines considérées comme encore sures et liquides

-de l’autre coté ceux qui sont plus sophistiqués savent que la seule arme des gouvernements et des banques centrales c’est l’inflationnisme monétaire, la baisse des taux et l’ajout de liquidités  et donc ils prennent position pour bénéficier de la manne c’est à dire qu’ils achètent les véhicules de risque/ de jeu,  des actions.

Cela donne un mélange peu orthodoxe.

Les bulles financières  et économiques chinoises sont fragiles et vulnérables.  Elles  sont la cause prédominante derrière la demande  de dette souveraine mondiale.

La Chine est devenue la source marginale de crédit mondial et la source de la  demande mondiale de produits de base .

Elle est au centre de la chaine mondiale d’approvisionnements, elle est au centre de la chaine financière et monétaire; le couple chinamerica est une réalité incontournable .

La Chine est le maillon faible et ce maillon est durement sollicité: sanitairement, économiquement, socialement et maintenant politiquement avec le mécontentement des masses qui gronde. Et tout ceci succède à l’affaiblissement du système chinois provoqué par la Trade War déclarée par Trump!

Avec  l’épidémie de coronavirus,  les perspectives économiques chinoises sont sombres sinon, au minimum, incertaines. Même si l’épidémie est maîtrisée dans les semaines à venir, l’économie en subira un coup important.

Les marchés mondiaux ont rebondi cette semaine sur les injections incroyablement agressives agressives de liquidité de la PBOC, ainsi que sur d’autres mesures de relance, mais ceci renforce les fragilités et les déséquilibres.

Pekin est aux abois.

La Chine représente un danger colossal  pour l’économie et le système financier global . La Chine a produit  un montant  astronomique de dettes au cours de la dernière décennie  et surtout elle s’est ouverte, elle est en connexion avec le monde par le biais de sa finance. L’excès de crédit a entrainé des désajustements structurels considérables; comme je le repète souvent tous les prix sont faux, toutes les valeurs sont bidons comme du temps de l’URSS. 

Compte tenu de l’influence de la Chine sur les Emergents et du poids financier et économique de la Chine dans le couple Chinamerica, je considère que nous sommes en situation de risque systémique; une fenêtre de vrai risque s’est ouverte, une trappe, un trou. 

Il est inutile d’aller plus loin et d’imaginer un ou des scenarios, c’est impossible car nous sommes dans un monde complexe dans lequel les autorités jouent leur va-touts, elles feront face coûte que coûte. Elles savent aussi bien que nous quels sont les enjeux. Elles iront jusqu’au bout pour bétonner et retarder les échéances; mais notre certitude est que nous faisons un grand pas en avant…

L’expansion récente du bilan de la Fed de 400 milliards de dollars a provoqué un choc que je considère comme négatif :

-d’abord elle a montré que la communauté spéculative en levier est surendettée et mal financée

-ensuite  elle a prouvé que la Fed était otage, elle ne peut rien tolérer , même pas une hausse sur les « repos »: sitot qu’il y a une anomalie elle est obligée de fournir ce que l’on attend d’elle

-sa crédibilité en a pris un coup d’abord parce qu’elle s’est fait surprendre et ensuite avec  le mensonge embarassé sur le QE/NonQE

-une fois de plus et c’est important a été démontré le lien entre hausse boursière et injection de liquidité et cela   renforce les  comportements pavloviens.

-La Fed ne veut plus de hausse de la bourse, la spéculation est son ennemi car elle fait monter les indices et la Fed  sait que plus on monte, plus dure sera la chute. La Fed veut un « haut plateau permanent », pas la hausse.

-La manoeuvrabilité des marchés est devenue problématique, voila en un mot le grand danger nouveau.

En prime: l’horreur.

Les infections à coronavirus ont bondi à 34 500, en hausse de 190% en une semaine.

Le nombre de cas en dehors de la Chine a augmenté.

le navire Diamond Cruise amarré au large de Yokohama a eu 61 infections sur les 273 passagers testés – ce qui est maintenant la plus grande épidémie à l’extérieur de la Chine. Il y a 3 400 passagers supplémentaires qui n’ont pas encore été testés.

On craint que le virus ne soit transmis par les systèmes de ventilation.

En Allemagne, une équipe de chercheurs a rapporté cette semaine que le coronavirus peut rester infectieux sur les surfaces jusqu’à neuf jours.

6 février – New York Times  «Les autorités chinoises ont eu recours à des mesures de plus en plus extrêmes à Wuhan jeudi pour essayer de stopper la propagation du coronavirus mortel, ordonnant des perquisitions de maison en maison, rassemblant les malades et les entreposant dans d’énormes centres de quarantaine.

Les mesures urgentes et  improvisées surviennent au milieu d’une aggravation de la crise humanitaire à Wuhan, exacerbée par des tactiques qui ont laissé cette ville de 11 millions d’habitants avec un taux de mortalité par coronavirus de 4,1% à partir de jeudi – incroyablement plus élevé que le reste du taux du pays de 0,17%.

Les malades étant rassemblés dans des camps de quarantaine de fortune, avec des soins médicaux minimaux, un sentiment croissant d’abandon et de peur s’est installé à Wuhan, alimentant le sentiment que la ville et la province environnante de Hubei sont sacrifiées pour le plus grand bien de la Chine. »

6 février – New York Times: «Le médecin qui a été parmi les premiers à mettre en garde contre l’épidémie de coronavirus fin décembre – seulement pour être réduit au silence par la police – est décédé vendredi après avoir été infecté par le virus .. sa mort a déclenché une vague de chagrin et de colère sur les médias sociaux, avec des commentateurs sur les réseaux sociaux demandant des excuses des autorités.»

 

Une réflexion sur “Une triste synthèse de la semaine… un monde sans carte et sans boussole… nous avons fait un pas de plus vers…

  1. « Les mouvements boursiers sont contradictoires: les véhicules refuges ont progressé et les véhicules de risque également. Le mouvement habituel, normal de bascule ne s’est pas produit ».

    Ne peut on pas y voir le glissement vers des nouveaux paradigmes ?

    je continue de prendre des risques parce qu’on me donne des jetons pour jouer, c’est le casino qui régale ….mais en contrepartie, et c’est peut être là le changement, désormais je me protège : le risque monte, je monte aussi mon niveau de risque et en même temps je me sécurise en prenant refuge à la maison mère, dollar, US Bonds voire CHF , Gold …
    je joue des deux cotés …

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s