Lagarde pilote, si on peut dire, les yeux fixés sur le rétroviseur. Elle ne voit pas le mur.

Lagarde n’est ni colombe, ni faucon, elle est une chouette; elle porte une broche de chouette pour le rappeler. Hélas, elle n’en n’ a pas les qualités.

Elle a prononcé mardi un discours au Parlement européen dans lequel elle a évoqué la nécessité d’une Union Monétaire (UEM)  plus complète, conformément à son deal avec Macron lors de sa nomination:

«Permettez-moi d’expliquer ce que je veux dire par une UEM plus complète… une union bancaire complète, soutenue par un régime commun d’assurance des dépôts; une véritable union des marchés des capitaux qui oriente l’investissement vers des utilisations innovantes et productives; et une fonction centrale de stabilisation comme ligne de défense commune contre les chocs. Une UEM plus résiliente avec ces éléments ne contribuerait pas seulement à protéger nos niveaux de vie contre les développements nationaux et mondiaux défavorables. Il soutiendrait également l’influence de l’Europe dans le monde, notamment en rendant l’euro plus attractif dans le monde. »

Une analyse superficielle, des mots creux, aucune vision, aucune  dialectique , on reste dans le pur discours d’élite dépassée.

Rendez vous compte de cete billevesée; « soutenir également l’influence de l’Europe dans le monde, notamment en rendant l’euro plus attractif dans le monde.  » Alors que l’Europe est incapable de résister à l’overreach juridique americain, de s’oposer à ses embargos, qu’elle se couche quotidiennement devant l’OTAN et Stoltenberg, que ses banques mendient des dollars!  On croit réver! Toutes les conditions de la vassalité sont là et se renforcent et notre chouette imagine qu’elle va re-fabriquer un euro raté en un fier euro souverain, influent, attractif sinon flamboyant.

J’ai déjà dit, en son temps  que le mandat de Lagarde vis à vis de Macron était l’harmonisation fiscale avec un EUROBOND. Tout ce qui est énuméré ci dessus va dans ce sens, car ce qui est énuméré ce sont les conditions de faisabilité d’un eurobond. Ce n’est pas une adaptation au monde, c’est une tentative imbécile de corriger les erreurs du siècle dernier, les erreurs faites lors de la mise en place de cet monnaie avorton.

L’eurobond c’est un regain d’un vieux mythe, lequel est maintenant dépassé, archi dépassé comme toujours s’agissant de l’Euriope; on a un train de retard; on résout les problèmes d’hier.

-le mythe de la convergence a cessé de produire effet, ce qui compte au contraire c’est la diversité des solutions proposées/inventées pour l’adaptation au nouveau monde

-L’Allemagne n’est plus une locomotive ou un modèle, c’est l’homme malade de l’Europe, à nouveau

-l’eurobond existe déja dans les faits , c’est le portefeuille de la BCE laquelle a prêté l’actif de son bilan pour créer un eurobond synthétique . On ne peut faire mieux sauf à changer les etiquette sur le flacon.

Le problème  que devrait affronter l’europe c’est la modification  radicale  de son environnement et sa conception de sa place dans la globalisation chancelante, strategiquement belliqueuse.

Rien de tout cela n’est abordé, « ils » sont aveubles car monopolistiques et donc   dépassés. A force de se surestimer, à force de regarder dans le rétroviseur, ils se fracassent dans le mur de l’avenir.

Lagarde a un programme politique alors qu’elle n’a aucune des qualités requises pour en faire. C’est, comme Sarkozy, Macron une femme du passé. Lagarde comme Macron ne regarde pas le monde, elle a les yeux fixés sur l’Allemagne et veut s’dapater a ce que l’Allemagne exigeait du temps de Schauble! C’est cela avoir une vision d’avenir, des yeux de chouette?

2 réflexions sur “Lagarde pilote, si on peut dire, les yeux fixés sur le rétroviseur. Elle ne voit pas le mur.

  1. Bonjour Monsieur,

    La crise politique allemande risque de se dénouer bientôt avec l’arrivée à la Chancellerie de Friederich Merz, qui était jusqu’à la semaine dernière directeur de BlackRock Germany.
    Merz donnerait certainement son feu vert au plan du capitalisme financier défendu jusqu’ici par les seuls Macron et Lagarde : eurobond, budget commun de la zone euro et une Allemagne qui accepterait enfin de se porter caution pour les dettes publiques de l’eurozone, ce que Merckel refusait obstinément.
    Un axe Lagarde -Macron -Merz ouvrirait à coup sûr une nouvelle page de la construction européenne, avec encore plus d’intégration et donc moins de souveraineté pour les Etats de la zone.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s