Voici un texte que personne ne devrait ignorer. J’en profite pour réexpliquer mes positions.

Je vous livre ci après l’essentiel d’un entretien réalisé par Barron’s avec Rosie, David Rosenberg.

Mes lecteurs connaissent bien Rosie puisque j’en parle souvent, c’est un des rares « économistes »  que j’intègre dans mes réflexions personnelles. Je le suis depuis des dizaines d’années.

Je ne pratique pas la même « économie » que Rosie, j’utilise un cadre analytique très différent , alternatif, fondé sur la prédominence, dans nos systèmes du profit et surtout de la profitabilité du capital total, productif, fictif, improductif et de poids mort.

Pour moi le déterminant de nos évolution économiques dans un système d’accumulation de capital, dans un système dominé par les marchés financiers, dominé par le critère de profitabilité du capital c’est l’évolution du taux de profit, son insuffisance, ses conséquences  et surtout ensuite, les remèdes et palliatifs qui sont apportés et finalement les conséquences structurellment déflationnistes que ces remèdes produisent.

Car le capital en s’accumulant produit des tendances déflationnistes en ceci qu’il augmente la contrainte que constitue la nécessité du  profit.

L’excès de capital est déflationniste car la rentabilisation de ce capital oblige à limiter les investissements, à distribuer moins de revenus salariaux, à surexploiter les salariés,  et à financialiser. Financialiser  c’est à dire à créer de plus en plus de capital fictif autrement dit de dettes et de fausses valeurs boursières. Les politiques monétaires de création de crédit, de création de liquidités et de baisse des taux inflatent les valeurs des actifs afin d’éviter, afin  d’empêcher leur dévalorisation spontanée. C’est mécanique.

Rosie est comme moi fondamentalement déflationniste;  mais là ou nous cessons de converger c’est sur le très long terme. Rosenberg ne va pas tout à fait jusqu’au très long terme , ce n’est ni son métier ni son ambition. mais il l’effleure.

Moi je vais jusque là et constatant que les remèdes sont ce qu’ils sont c’est à dire la création de toujours plus de dettes et donc de capital fictif par la baisse des taux qui inflate les valeurs boursières,  j’affirme que les déterminations fatales vers la crise ne font que se renforcer et  que la seule issue c’est la destruction de tout ce capital fictif soit par une crise spontanée, violente de destruction/ dévalorisation, soit par une guerre, soit par un Jubilé,  soit par une destruction des  monnaies et l’hyper inflation.

Donc je retiens comme grandes branches de l’alternative soit la destruction des valeurs, soit l’hyperinflation. 

En attendant l’issue, je considère que les marchés jouent, spéculent et que la plupart des joueurs/participants seront in fine ruinés. Certains plus initiés que d’autres s’enrichiront sur le dos de la masse, ce que nous voyons.

Rosie ne retenant que la phase actuelle de déflation conseille à juste titre de délaisser les actions et de se concentrer sur les fonds d’état. Je partage son avis et donc son conseil.

Mais comme pour moi la bulle-mère est celle des fondements du système et que les fondements sont  les emprunts des gouvernmenst je vais plus loin et j’anticipe que plus tard tous les fonds d’état seront soit détruits soit moratoriés ou confisqués ou réechelonnés .

En définitive la seule réserve de valeur, à l’échelle générationnelle  ce n’est donc pas le papier, puisque les papiers seront détruits, mais les choses réelles, les actifs tangibles, réelles, dont  l’or qui est un concentré de toutes les valeurs réelles y compris la valeur ultime, la valeur travail. 

Que dit Rosenberg?

Il dit que nous allons vers la déflation et la récession

-Il dit que le consommateur, lequel tient à bout de bras l’économie, va flêchir et baisser les bras; dès cette année. La création d’emplois va baisser et les revenus personnels se modérer.

-Il dit que le marché des taux est un bien meilleur indicateur que celui des actions et que ce marché des taux annonce la déflation.

-Il pense que les taux du 10 ans passeront sous les 1%  et ceux du long bond sous les 1,5%.

-Les anticipations d’inflation ne cessent de chuter et ce sont de bien meilleurs indicateurs que ce que disent les gens.

-La corrélation entre la croissance du GDP et le comportement du S&P 500 est brisée, elle n’est que de 7% . Dans le passé elle était de 30% à 70%; le marché des actions ne nous dit plus rien sur l’économie réelle.

-Le marché des actions est une simple « commodity » dont le prix varie uniquement en fonction de l’offre et la demande, pas en fonction du sous jacent économique.

-Les quatre trillions de quantitative easing ont produit exactement 4 trillions de rachats d’actions et rien d’autre il n’y pas eu une seule année avec une croissance de 3%.

-Les rachats d’actions et buy backs expliquent que l’on ai cette divergecne entre la bourse et l’économie, ils ont augmenté la demande de titres; cela a donné une illusion de prospérité.

-La marché boursier avait besoin pour monter d’une économie faible, ce qui est le paradoxe. Les entreprises ont pu émettre des quantités colossales de dettes et avec ces dettes elles ont racheté leurs actions, elle n’ont pas investi dans des équipements productifs. Ce mécanisme a fait monter les bénéfices par action. On a transformé du lait rance, du lait aigre en  ice-cream.

-Cette mécanique avait une rationalité: si vous comparez le coût des dettes à la performance du marché des actions mais Rosie pense que cette relation pivot entre les taux et la performance du marché va se briser.

-Le marché du travail ne va pas continuer à être ferme car les bénéfices des entreprises reculent depuis trois trimestres et ils vont stagner en   2019 cela va se transmettre aux ménages. Depuis octobre il n’ya plus de croissance des ventes au détail.

-une analyse en profondeur du marché du travail montre qu’il n’est pas aussi ferme qu’on le croit: il est qualitativement médiocre avec des emplois peu productifs et faiblement rémunérés.

-pour les  élections les gens pensent que Trump va être réelu, mais Sanders a 40% de chances d’être President.

-La Fed a échoué à remonter ses taux d’intéret alors que Powell avait déclaré qu’il les ferait remonetr à au moins 3%.

-Il a échoué en raison de la catastrophe de décembre 2018. Ceci montre combien la situation est grave.

-Elle est grave parce que nous sommes asphyxiés par trop de dettes. il faut remonter aux années 30 pour voir la Fed paralysée et ne pouvoir agir avec des taux aussi bas

-Des taux de 2,5% ont suffit à asphyxier le marché  des dettes en décembre 2018, et cela a montré que l’on ne pouvait même plus supporter des taux réels nuls.

-En particuler le marché des dettes Corporate ne peut supporter des taux plus élevés , mais les autres secteurs sont dans la même situation.

-Les taux mondiaux n’ont aucune possibilité de remonter et ils vont donc baisser, il n’y a pas d’autre issue.

-Les seules questions sont le ryhtme , la vitesse de la baisse à venir; et jusqu’ou il faudra aller.

-Est ce que les actions vont pouvoir baisser avec des taux ausi bas? Personne ne sait aucun économiste ne peut répondre à cette question, car le marché des actions ne se détermine pas en fonction des situations fondamentales; mais ce que Rosenberg sait c’est qu’à un moment ou à un autre, ce sera la fin de la partie, tout a une fin.

-La courbe des taux va se révulser à partir de juillet, la meilleure stratégie est d’acheter des long bonds, le Trente ans US à zéro coupon pour les deux années à venir.

-Le long bond a fait 20% de performance en 2019, imaginez ce qu’il fera si le marché des actions devient baissier!

-Comment tout cela va-t-il finir? Soit nous aurons plusieurs décennies d’austerité avec une diète du crédit et de la production de dettes , soit il y aura un Jubilé de grande envergure ou une monétsation des dettes. Ce sera une faillite,  un défaut par hyperinflation.

Rosie aime l’or parce qu’il est inversement corrélé aux taux d’interet et parce que les  banques centrales en accumulent pour diversifier leurs réserves.

Rosie aime le pétrole et le gaz car il est contrarian par nature;  pour reste il croit au militaire et à  l’espace et à la pharmacie.

—————————————————————————————

https://webreprints.djreprints.com/4776641387376.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

https://webreprints.djreprints.com/4776641387376.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s