Les 74 trillions de dettes des entreprises au coeur de la tourmente

« Covid-19 a déclenché des ruptures économiques, ce qui sera un test sévère pour le système financier mondial ».

Notez bien que The Economist ne va pas scier la branche de la globalisation/financiarisation sur laquelle il est assis: c’est un test mais il ne faut pas dire trop clairement que ce système est fragile!

On le devine simplement si on fait attention au chiffre colossal que The Economist livre: une masse de prêts aux entreprises , c’està  dire de dettes des entreprises de 74 trillions.

C’est cette masse hors de toute proportion avec la richesse créée et les capacités de remboursement qui est bien sûr au centre des inquiétudes. Les faillites menacent, et avec elles les licenciements et avec eux la récession , cercle qui devient vicieux.

Et pourquoi une masse aussi élevée?

Parce que les banques centrales pour repousser et retarder la crise de 2008/2009 ont bradé le credit, ils fait boire même les ânes qui n’avaient pas soif: quand on donne quelque chose gratuitement , les gens finissent par se laisser tenter. Tout le monde s’est endetté.

Et ces dettes elles sont cotées sur les marchés, on les traite chaque jour, ce qui veut dire qu’elles sont à la merci des vents spéculatifs.

Une réflexion sur “Les 74 trillions de dettes des entreprises au coeur de la tourmente

  1. Simplement et très sincèrement merci pour tout votre travail d’accompagnement et de décryptage dans cette phase tumultueuse.

    chapeau bas !

    55 ans d’expérience et d’expertise, on les voit, et ca se respecte.

    et bravo pour votre tweet du jour qui m’a fait bien sourire, avec gravité par ailleurs :

    « Savez vous pourquoi les gens font une fixation sur le papier toilette et se l’arrachent dans les supermarchés en moment? « Parce que bientôt ce sera la nouvelle monnaie. »  »

    On en enfonce encore des coins dans la barrique …. les montants en jeu deviennent hors de l’entendement … les réponses aussi.
    Tout ce que vous annoncez se réalise sous nos yeux.

    Je crains que le prochain coin , le jour venu, l’année venue, risquera réellement de faire sauter la barrique… la violence des mouvements de ces dernières semaines doit être interprétée comme un réel rappel à l’ordre, une forme sèche de prise de conscience, comme un dernier avertissement…

    je crains que votre ‘no place to hide’ sera tout aussi juste le moment venu.

    on ne sait ni quand ni comment mais on se rappellera bien de toutes vos analyses et prospectives.

    merci pour votre travail que vous nous offrez

    nous n’avons peu de choses à vous offrir en retour si ce n’est notre profonde gratitude

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s