Un éditorial historique. Confirmation, le sous jacent de toutes les valeurs c’est la liquidité.

Ce fut une semaine de débâcle.

Depuis le mois de Mars 2009 j’analyse les bourses comme des marchés de misère.

Marches de misère cela signifie qu’elles montent non pas parce que les choses vont bien mais parce qu’elles vont mal.

Ce sont les remèdes contre la crise qui font monter  les bourses  et plus les remèdes échouent, plus les bourses montent .. jusqu’à ce qu’un choc fasse chuter l’édifice;

Mon article le plus célèbre sur ce sujet fut intitulé cyniquement :

Vive les crises, elles enrichissent!

Article très popularisé bien sur!

Le sous jacent de la hausse des marchés financiers et du prix de tous les actifs financiers, ce n’est pas la prospérité mais la liquidité, les liquidités, bref le pognon ou plutot l’illusion de pognon qui est injecté dans le système .

On dit que la liquidité est couarde: elle disparaît au premier signe de trouble. C’est exactement ce qui s’est produit.

Personne ne définit correctement la liquidité sauf par des métaphores et la meilleure c’est celle qui désigne la liquidité comme du mercure. Insaisissable, brillant , fuyant et qui se répand.

Personnellement j’utilise depuis 20 ans une définition  de la liquidité que je qualifie de dynamique; « la liquidité c’est quand on croit que l’on va vendre plus cher »!

Ce qui s’est passé la semaine dernière sur  les bons du Trésor US  est bon un exemple de la contagion qui caractérise les choses qui tournent autour de la liquidité: des problèmes dans un petit coin du marché obligataire ont contribué à déclencher une crise de liquidité dans un autre, ce qui a obligé la Réserve fédérale à promettre  5 trillions de dollars pour calmer les marchés.  5 trillions, j’avais prévu 4!

« Alors que les cas de coronavirus augmentaient dans le monde et que les restrictions de voyage sans précédent se multipliaient, les investisseurs se sont précipités vers les bons du Trésor US  … Mais  ils se sont  précipités sur les contrats à terme plutôt que sur les obligations cash, entraînant des écarts entre les deux beaucoup trop  larges.  Cela a à son tour perturbé le marché total, par le canal  des investisseurs à effet de levier sur les  contrats à terme » .

En pratique personne ne peut deviner ou un probleme de liquidité peut se manifester en raison de l’alchimie/ingénierie complexe qui relie les marchés entre eux et du jeu des corrélations.

Je ne cesse de le répéter ce sont des apprentis sorciers.

Le S & P500 a chuté de 15,0% (en baisse de 28,7% en glissement annuel) et le Dow Jones de 17,3% (en baisse de 32,8%).

Image

Les services publics se sont effondrés de 17,2% (en baisse de 25,7%).

Les banques ont chuté de 18,8% (en baisse de 46,6%) et les courtiers / courtiers ont perdu 14,5% (en baisse de 34,1%).

Les Transports reculent de 13,9% (-37,3%).

Le S&P 400 Midcaps a baissé de 18,7% (en baisse de 39,0%), et les petites capitalisations du Russell 2000 a baissé de 16,2% (en baisse de 39,2%).

Le Nasdaq100 a baissé de 12,5% (-19,9%).

Les semi-conducteurs ont chuté de 15,9% (en baisse de 29,8%). Les Biotechs ont reculé de 8,6% (-21,6%).

16 mars – Bloomberg : «Une mesure de la peur dans les actions américaines a bondi lundi malgré une décision d’urgence de la Réserve fédérale pour assouplir sa politique. Cela  n’a pas calmé les marchés face à la propagation du coronavirus. L’indice de volatilité CBOE a grimpé jusqu’à 76,3 en début de session… C’était tout près de son plus haut niveau depuis la crise financière de 2008… »

Alors que les lingots ont baissé de 31 $, l’indice d’or des mines d’or HUI a récupéré 1,6% (en baisse de 31,3%).

Malgré la chute des actions, la bascule risk-on /risk-off ne joue que partiellement en raison de la disparition de la liquidité sous jacente, et des anticipations de déficits budgétaires lourds à financer;  les taux ont eu tendance à remonter en cours de semaine , surtout les taux sur les véhicules à risque.

Les taux des bons du Trésor US à trois mois ont terminé la semaine à 0,015%.

Les rendements du gouvernement US à deux ans ont chuté de 18 points de base à 0,18% (en baisse de 125 points de base en glissement annuel).

Les rendements des bons du Trésor US à cinq ans ont baissé de 26 points de base à 0,46% (en baisse de 123 points de base).

Les rendements des bons du Trésor US à dix ans ont chuté de 12 points de base à 0,85% (en baisse de 107 points de base).

Les rendements obligataires longs ont baissé de 12 pb à 1,42% (en baisse de 97 pb).

Les rendements de référence de Fannie Mae MBS ont chuté de 18 points de base à 2,19% (en baisse de 52 points de base).

Les taux grecs à 10 ans ont bondi de 30 points de base à 2,39% (en hausse de 96 points de base en glissement annuel).

Les taux portugais à dix ans ont augmenté de 13 points de base à 0,95% (en hausse de 51 points de base).

Les taux italiens à 10 ans ont chuté de 15 points de base à 1,63% (en hausse de 22 points de base).

Les taux espagnols à 10 ans ont gagné 11 points de base à 0,73% (en hausse de 27 points de base).

Les taux du Bund allemand ont bondi de 22 points de base à -0,32% (en baisse de 14 points de base).

Les taux français ont augmenté de 10 points de base à 0,12% (inchangé). L’écart entre les obligations françaises et allemandes à 10 ans s’est rétréci de 12 à 44 points de base.

Les rendements des obligations à dix ans du Royaume-Uni ont augmenté de 15 points de base à 0,56% (en baisse de 26 points de base). L’indice FTSE du Royaume-Uni a reculé de 3,3% (en baisse de 31,2%).

Chute des actions étrangeres bien sur :

L’indice Nikkei Equities du Japon a reculé de 5,0% (en baisse de 30% en glissement annuel). Les rendements japonais « JGB » à 10 ans ont augmenté de trois points de base à 0,08% (en hausse de 9 points de base en glissement annuel).

Le CAC40 français a baissé de 1,7% (-32,3%).

L’indice boursier allemand DAX a chuté de 3,3% (en baisse de 32,6%).

L’indice boursier espagnol IBEX 35 a reculé de 2,8% (en baisse de 32,5%).

L’indice FTSE MIB de l’Italie a reculé de 1,4% (en baisse de 33,1%).

Les actions émergentes ont été vendues à tour de bras .

L’indice Bovespa du Brésil s’est effondré de 18,9% (en baisse de 42%) et le Bolsa du Mexique a chuté de 10,0% (en baisse de 21,3%).

L’indice Kospi de la Corée du Sud a baissé de 11,3% (-28,7%).

L’indice Sensex des actions de l’Inde a baissé de 12,3% (en baisse de 27,5%).

Le Shanghai Exchange chinois a perdu 4,9% seulement  (-10,0%).

L’indice turc Borsa Istanbul National 100 a perdu 10,3% (-25,0%).

L’indice des actions MICEX de la Russie a augmenté de 0,7% (en baisse de 23,5%).

On se precipite vers les parkings, le cash est roi:

Le total des actifs des fonds du marché monétaire a bondi de 159 milliards de dollars à 3,936 dollars Trillions. Le total des fonds monétaires a bondi de 871 milliards de dollars en glissement annuel, ou 28,4%.

Le papier commercial a été soutenu: au total il a gagné 17,9 milliards de dollars à 1,147 TN. Le CP a augmenté de 63 milliards de dollars, ou 5,8% d’une année sur l’autre.

La pénurie de dollars s’est faite fortement sentir malgré les swaps élargis  avec les pays étrangers. On parle beaucoup des difficultés des banques japonaises.

Pour la semaine, l’indice DXY du dollar américain a bondi de 4,1% à 102,817 (en hausse de 6,5% en glissement annuel).

Pour la semaine la couronne norvégienne a baissé de 13,9%, le peso mexicain 10,2%, le rand sud-africain 7,6%, le dollar australien 6,7%, la couronne suédoise 6,6%, le dollar néo-zélandais 5,9%, la livre britannique 5,3 %, le real brésilien 4,5%, le dollar canadien 3,9%, l’euro 3,8%, le franc suisse 3,6%, le yen japonais 3,0%, le dollar singapourien 2,5% et le sud-coréen ont gagné 2,3%. Le renminbi chinois a reculé de 1,23% par rapport au dollar cette semaine (en baisse de 1,87% en glissement annuel)

Chute terrible des matières premières sous la conduite du pétrole, mais résistance de l’or.

L’indice Bloomberg Commodities a baissé de 6,4% (en baisse de 24,5% en glissement annuel).

L’or au comptant a reculé de 2,0% à 1 499 $ (en baisse de 1,3%).

L’argent a chuté de 14,6% à 12,385 $ (en baisse de 31%).

Le brut WTI s’est effondré de $9,10 $ à 22,63 $ (en baisse de 63%). L’essence s’est effondrée de 32,7% (en baisse de 64%) et le gaz naturel de 15,6% (en baisse de 28%).

Le cuivre a chuté de 11,9% (en baisse de 22%). Le blé a progressé de 6,6% (en baisse de 4%). Le maïs a chuté de 6,0% (en baisse de 11%).

Les marchés se disloquent ;  l’ingenierie fait faillite.

17 mars – Bloomberg : «Les opérations de portage (carry)  s’effondrent face au rebond du dollar américain, face aux baisses agressives de taux d’intérêt par les banques centrales des marchés émergents et face à une fuite vers la sécurité alors que les retombées du coronavirus s’aggravent. Les traders empruntant dans le dollar et investissant dans les devises des pays en développement ont subi les pires rendements depuis le début de l’année depuis 2015, avant même que le billet vert ne commence son ascension la semaine dernière. Les pertes ont presque doublé depuis lors, plaçant une jauge des principaux métiers de transport émergents sur la bonne voie pour le pire trimestre depuis 2011. »

18 mars – Bloomberg : «La liquidité s’est évaporée sur le marché des devises à $ 6, 6 trillions  de dollars par jour, car peu de traders ont voulu prendre des positions face à une flambée du dollar … Mercredi, la livre a chuté de 5% à son plus bas niveau depuis 1985 et la couronne norvégienne a chuté de plus de 13% à un niveau record, se rapprochant des soi-disant crashs flash.  »

16 mars – Financial Times : «La volatilité des obligations du gouvernement américain a atteint son plus haut niveau depuis la crise financière de 2008, le coronavirus ricochant sur les marchés.

Les fluctuations sauvages des bons du Trésor ont alimenté les inquiétudes quant au bon fonctionnement du marché de la dette le plus liquide du monde.

Vendredi, la Réserve fédérale a annoncé qu’elle accélérait ses achats de bons du Trésor afin de soulager ces tensions, elle a annoncé dimanche 700 milliards de dollars supplémentaires d’achats d’actifs dans le cadre d’un vaste ensemble de mesures de lutte contre la crise. »

19 mars – Bloomberg : «Les écarts acheteur-vendeur pour les bons du Trésor américain se sont élargis au-delà des niveaux observés lors de la crise financière de 2008… L’écart acheteur-vendeur sur les bons du Trésor américain a atteint 11 points de base pour les  maturités de sept à 10 ans. »

19 mars – Reuters : «Le coût pour les entreprises d’emprunter  à court terme a de nouveau augmenté jeudi, suggérant que les investisseurs restent sceptiques quant au fait que la facilité de la Réserve fédérale annoncée mardi améliorerait considérablement la liquidité sur le marché du papier commercial … emprunter du papier à 90 jours à faible et à haute teneur – la plus longue échéance offerte – a couté environ 20 points de base de plus  jeudi… »

18 mars – Bloomberg : «Le rendement supplémentaire que les investisseurs exigent pour  détenir des obligations de sociétés de qualité « investment grade » en euros par  rapport aux  dettes souveraines plus sûres a dépassé les 200 pb pour la première fois depuis 2012 »

18 mars – Bloomberg : «Les obligations allemandes qui sont  actifs les plus sûrs de la zone euro sont en crise. Les Bunds, comme on les appelle sur le marché, ont chuté pendant sept jours consécutifs, faisant grimper leur rendement de plus de 60 points de base par rapport à un creux record de -0,91%. C’est leur plus longue série de pertes en deux ans et demi. »

Les précédents historiques:

16 mars – Bloomberg : «Les précédents historiques de l’effondrement  du S&P 500 au cours des trois derniers jours sont difficiles à trouver, mais ils se trouvent dans deux des périodes dramatiques du passé.

Le S&P 500 a chuté de 11% lundi lors de sa troisième journée de fluctuations intrajournalières de plus de 9%. La dernière fois que l’indice a bougé autant pendant trois sessions consécutives, c’était en octobre 1987: le S&P a plongé de 20% le lundi noir avant d’ajouter  9% de plus . ..L’indice de référence a chuté de 13% au plus profond de la Grande Dépression le lundi 28 octobre 1929, pour reculer encore de 10% le lendemain, puis gagner 13% mercredi. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s