Editorial: non rien ne va changer,…

Je pense qu’il est prématuré de se projeter de façon trop précise dans le futur. Nous n’avons pas les élements suffisants pour le faire.

Les contours du présent sont trop flous, beaucoup trop incertains que ce soit au plan de la crise financière ou au plan  de la crise du virus.

Dans les deux cas , on ne connait ni la carte ni l’ampleur des dégats.  Et à la limite on peut affirmer à en juger par les politiques officielles, que tout est fait pour les dissimuler.

Personne n’a choisi la transparence, partout les Pouvoirs ont choisi de traiter les peuples comme des enfants et il leur ont refué la possibilités des adapatations individuelles.

Nous avons fait un pas énorme vers l’étatisme, le socialisme, l’autoritarisme, le dirigisme. L’argument employé a  partout été le même, on a declaré et utilisé l’état de guerre, ce qui permet l’état d’exception comme aurait préconisé Carl Schmitt. Vous savez ce Carl qui a beaucoup influencé la pensée des Nazis. Dans les guerres le Chef a tous les droits et les sujets n’en ont qu’un obéir, se sacrifier ..

Je laisse ouverte la question de savoir pour quoi et pour qui on leur demande de se sacrifier en ce  moment: l’économie, le capitat, la nation, le système ? Si vous y pensez un peu vous aurez votre réponse personnelle.

 

Le parti pris des autorités est que le public est trop bête pour avoir le droit de juger par lui même. Tenez vous bien il ne sait même pas comment mettre correctement un masque de protection!

il doit s’en remettre aux Sachants, même  et surtout si ces sachants se sont trompés sur tout. Mieux vaut selon la pensée officielle croire les  mensonges que Sibeth plutot que les avis des sommités en matière épidémiologiques. La discipline est le ciment des armées; pas l’intelligence.

Plutot qu’une vérité qui serait imparfaite, provisoire  et surtout mal interpretée, mieux asséner des contre vérités qui deviendront vraies lorsque magiquement elles seront crues, telle est la doctrine heritées des decouvertes de Goebbels. Douter, c’est déja désobéir.

Le mépris des citoyens est considérable et il se manifeste par le peu de peine que l’on se donne à être crédible, on ne joue ni sur lé sérieux ni sur la vraisemblance, on joue sur l’autorité et la répétition.

Au moment précis ou Sibeth réaffirme sans rougir  que le masque ne sert à rien Macron se promène  devant les caméras des télévisions avec un masque renforcé, de qualité très superieure! Cela me rapplle l’exclamation quasi copernicienne pour moi, qui m’a fait comprendre tout le mepris  que l’on pouvait porter au peuple, exclamation de Mitterrand: « ils ne sont pas contents? Oui et après! C’est un peu comme le maintenant célèbre: « qu’ils viennent me chercher! »

Ce choix du socialisme et du dirigisme n’est pas justifié. La pensée de groupe des élites ne cesse d’échouer dans tous les domaines; depuis des décennies ils se trompent sur tout et ils continuent car nous sommes dans des systèmes de tiers payants; ils se trompent et ce sont les peuples qui paient. Ainsi après avoir détruit hier les services publics de santé, ce sont les même qui aujourd’hui disent qu’il faut leur accorder la priorité. Demain ceux qui disent que le dépistage est inutile , ceux la, les même, le rendront obligatoire!

Dans leur diversité de réponse les individus sont bien plus efficaces que les élites, tous les biologistes savent cela. C’est la diversité des réponses qui fait l’adaptation du groupe et la solution aux problèmes de la vie. Ceux  qui participent à la pensée monopolistique de groupe conduisient à l’abattoir. Souvenez vous des deux grandes tueries.

Nous avons devant nous de multiples étapes:

-lutter contre le mal

-le  chemin a parcourir pour enrayer les  crises est long

-apprécier les degats et les pertes en surface et en profondeur

-maitriser et chiffrer des montants considérables de remèdes que l’on a  balancé

-faire l’inventaire des conséquences non voulues

-etc etc

Quel sera l’état de la société après ces doubles épidémies virale et financière?

Ont-ils raison ceux qui prétendent que dorénavant ce ne sera plus jamais comme avant? Ne prennent ils pas leurs souhaits pour des réalités? Ne sous estiment ils pas cette tendance des sociétés à toujours vouloir revenir, reproduire, faire jouer les forces de rappel?

Et ceux qui prédisent l’effondrement de l’idéologie européenne, voient il juste?

Ceux qui croient que la répétition de la Grande Crise Financière va fracasser le dollar, provoquer une prise de conscience et que l’on va enfin revenir à des pratiques orthodoxes, ceux là sont ils clairvoyants?

Il y a cependant une question qui apparait centrale dès maintenant car elle conditionne la richesse mondiale: est ce que  la refixation qui est en cours des prix des actifs de la bulle spéculative  peut  être arrêtée?

Est ce que la réconciliation entre la Sphère Financière et la Sphére Réelle est vraiment bien en cours? Est ce que nous reverrons jamais un jour les niveaux de prix des actifs financiers que nous avons connus ces dernières années?

Autre façon de poser la question, mais cette fois encore plus cynique  : est ce que l’on va prétendre et réussir à regonfler la bulle là ou on l’a laissée?

Bien entendu le pire n’est jamais certain, mais selon moi il est le plus probable: oui!

On va tenter de colmater la déchirure de la Bulle et du « tout en bulles » pour une  raison  simple qui est que l’on ne sait rien, absolument rien faire d ‘autre.

Cette fois le fameux TINA, There Is No Alternative s’impose. Il n’ya aucune théorie nouvelle qui ait émergé, et surtout aucune force sociale susceptible de s’opposer aux solutions de fuite en avant inégalitaires qui seront et sont deja imposées par les elites .

Il suffit de regarder les actions de la Fed, ses 4,5 trillions balancés,  et surtout les  2 trillions du package imposé aux américains par les milieux d’affaires.

Prenez ceci comme un pari fondé non sur un savoir mais fondé sur une  conviction: on reverra le niveaux bullaires d’avant les crises. Avec plus de monnaie en quete  d’emplois spéculatifs,  avec des taux encore plus bas et avec des illusions renforcées, on regonflera les bulles .

 

 

3 réflexions sur “Editorial: non rien ne va changer,…

  1. En fait, cela revient à gonfler une bouée percée dont le trou s’agrandit: on prend une pompe plus grosse en plus de pomper sans cesse…. jusqu’au moment où pompe et pompage ne seront plus suffisant.
    On s’en rappoche à ce qu’il nous semble ….

    J'aime

  2. Merci encore de mettre à la disposition de tous vos analyses.

    Cette crise ne fera peut-être pas bouger les lignes sur le plan du trouble obsessionnel de nos élites, mais le principe de réalité finira inévitablement par les rattraper un jour ou l’autre. Sans doute pas depuis l’intérieur du système (puisqu’il est désormais dit qu’on a une source infinie de création monétaire), mais plutôt par des chocs externes.

    Et en terme de réalité, la présence soudaine de l’armée Russe en Lombardie donne un bon coup de pied aux illusions du complexe militaro-impérial.

    J'aime

  3. On regonflera les bulles…ou on accélèrera le désastre.Croyez vous que allouer 4 milliards d’euros aux startups qui ne font pas encore de chiffre d’affaire soit raisonnable,alors qu’on accorde 1.5milliards sous conditions vicieuses aux indépendants?

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s