Analyse critique géopolitique, politique et sociétale de la crise du virus.

Avertissement: ceci est un texte de Pépé Escobar. Je lis régilèrement Escobar, mais je ne le diffuse pas parce qu’il a une vision du monde très particulière, il le voit au travers un prisme. Malgré ce prisme, il apporte des mises en relations, des visions qui méritent quelquefois d’être prises en compte. Je prends le risque de publier ce texte considérant que vous êtes capable de faire la part du biais idéologique de PéPé et de son intelligence objective.

J’aime cette idée de Wallstreetisation de la Fed et je la pousse plus loin, nous sommes dans une nouvelle phase de Wallstreetisation du monde.

Je n’ai pas traduit la seconde partie, plus sulfureuse,  bien que ce soit pour moi la plus intéressante. Ceux qui lisent LHK  (Dépossession),  sont familiers avec tout ce qui y est rapporté. 

Covid-19 change la donne mondiale, il est  un disjoncteur, une bombe à retardement et une véritable arme de destruction massive (ADM).

Un débat acharné fait rage dans le monde entier sur la sagesse de la quarantaine de masse appliquée à des villes, des États et des nations entières.

Ceux qui s’y opposent soutiennent que non seulement le  Lockdown (confinement)  n’arrête pas la propagation de Covid-19, mais qu’il va également plonger l’économie mondiale dans un état cryogénique – avec des conséquences imprévues et désastreuses. La quarantaine disent-ils devrait  s’appliquer essentiellement à la population présentant le plus grand risque de décès: les personnes âgées..

Si les chiffres ne diminuent pas de manière substantielle, le Lockdown – un euphémisme pour l’assignation à résidence – peut demeurer indéfiniment.

La question absolument cruciale est de savoir comment l’Occident a pu être  pris au dépourvu sur la propagation de Covid-19 – alors qu’il avait  obtenu un délai  de deux mois grace à  la Chine et qu’il avait eu le temps d’étudier les différentes stratégies efficaces appliquées à travers l’Asie.

Il n’y a pas aucun secret sur les raisons du succès du modèle sud-coréen.

La Corée du Sud produisait déjà des kits de test début janvier et, en mars, elle testait 100 000 personnes par jour, après avoir établi un contrôle strict de l’ensemble de la population . C’était avant que l’Occident ne se lance dans le mode Planet Lockdown.

La Corée du Sud misait tout sur  des tests précoces, souvent et en toute sécurité – en tandem avec la recherche rapide et approfondie sur les  contacts humains:  isolement et  surveillance.

En Corée les porteurs Covid-19 sont surveillés à l’aide de caméras de vidéosurveillance, suivi des achats de cartes de crédit et des dossiers de smartphones. Ajoutez-y des SMS envoyés à tout le monde lorsqu’un nouveau cas est détecté près d’eux ou de leur lieu de travail. Ceux qui s’isolent ont besoin d’une application de surveillance  en permanence; la non-conformité signifie une amende équivalente à 2 800 $.

Michael Levitt, prix Nobel de chimie 2013 et biophysicien de Stanford, a affirmé que la Chine était en train de dépasser  le pire du Covid-19 avant même que les multitudes  d’experts de la santé ne le croient.

C’est comme si  la «guerre du peuple» chinois contre Covid-19 avait pris Washington totalement au dépourvu. Des informations concordantes montrent que Pékin a étudié toutes les pistes plausibles sur  l’origine du virus Sars-Cov-2 . Ces informations vitales seront certainement militarisées, selon les enseignements  de Sun Tzu, au bon moment.

Dans l’état actuel des choses, le grand   projet complexe d’intégration eurasienne n’a pas été substantiellement compromis.

Alors que l’UE a fourni à la planète entière la démonstration de son impuissance  le partenariat stratégique Russie-Chine se renforce chaque jour. Ils investissant de plus en plus dans le « soft power » et font avancer un dialogue paneurasien qui comprend, d’une manière cruciale, une aide médicale.

Face à ce processus, le plus haut diplomate de l’UE, Joseph Borrell, semble en effet si impuissant: «Il y a une bataille mondiale des récits (narrative)  qui est en cours dans laquelle le timing est un facteur crucial. […] La Chine a réduit le nombre de nouvelles infections locales  et elle envoie maintenant du matériel et des médecins en Europe. La Chine fait passer agressivement le message que, contrairement aux États-Unis, elle est un partenaire responsable et fiable. Dans la bataille des récits, nous voyons également des tentatives de discréditer l’UE (…) Nous devons être conscients qu’il y a une composante géopolitique, y compris une lutte  d’influence par le suivi et la «politique de générosité». Armés de faits, nous devons défendre l’Europe contre ses détracteurs. »

Cela nous emmène sur un territoire vraiment explosif.

Une critique de la stratégie de Lockdown soulève inévitablement de sérieuses questions pointant vers une démolition contrôlée de l’économie mondiale. Ce qui est déjà en plein effet, ce sont les innombrables déclinaisons de la loi martiale, les sévères contrôles des médias sociaux en mode Ministère de la Vérité et le retour à des contrôles frontaliers stricts.

Ce sont des signes  ​​sans équivoque d’un vaste projet de réingénierie sociale, avec une surveillance complète intégrée, un contrôle de la population et une distanciation sociale promus comme la nouvelle norme.

Le  Covid-19 est presque l’occasion d’un exercice militaire en direct.

Alors que nous sommes confrontés à une nouvelle grande dépression, les étapes menant à un nouveau monde sont déjà perceptibles.

La Fed a les pleins pouvoirs . Et aucune question n’est autorisée sur qui reçoit l’argent, car le projet de loi annule simplement la Loi sur la liberté d’information (FOIA) pour la Fed.

L’entrepreneur privé privilégié par  la caisse noire de la Fed n’est autre que BlackRock.

Wall Street a transformé la Fed en un hedge fund. La Fed détiendra au moins les deux tiers de tous les bons du Trésor américain par ses achats sur le marché d’ici la fin de l’année.

Le Trésor américain achètera tous les titres de dettes tandis que la Fed sera le banquier – finançant l’ensemble du programme.

Il s’agit donc essentiellement d’une fusion Fed / Trésor. Un géant distribuant de l’argent par hélicoptère – avec BlackRock comme incontestable gagnant.

BlackRock est largement connu comme le plus grand gestionnaire de fonds  de la planète et il est mainteant chargé par les banques cnetrales de soutenir les marchés financiers en les monétisant.. Les tentacules de BlackRock sont partout. Ils détiennent 5% d’Apple, 5% d’Exxon Mobil, 6% de Google, deuxième actionnaire d’AT & T (Turner, HBO, CNN, Warner Brothers) – ce ne sont que quelques exemples.

Ils achèteront tous ces titres et géreront ces véhicules spéciaux opaques (SPV) pour le compte du Trésor.

BlackRock n’est pas seulement le premier investisseur chez  Goldman Sachs. Mieux encore: Blackrock est plus gros que Goldman Sachs, JP Morgan et Deutsche Bank réunis. BlackRock est un donateur sérieux de Trump. Il va etre l’opérateur le bras seculier du couple Fed/Trésor.

Cela représente la Wall Streetisation  définitive de la Fed, son absorption par la Bourse  – sans aucune preuve que cela conduira à une amélioration des conditions de vie de l’Américain moyen.

Les médias d’entreprise occidentaux, en masse, ont pratiquement ignoré la myriade de conséquences économiques dévastatrices du Lockdown. Leur  couverture ne mentionne guère l’étonnante destruction  économique  en cours , en particulier pour les masses qui survivaient deja à peine.

À toutes fins utiles , la guerre mondiale contre le terrorisme (GWOT) a été remplacée par la guerre mondiale contre le virus (GWOV).

Mais ce qui n’est pas sérieusement analysé, c’est l’ économie totalement brisée;  masquée par les trillions  d’hélicoptèr-money balancés  par la Fed et de la BCE; les dizaines de millions de chômeurs engendrés par la nouvelle grande dépression; les millions de petites entreprises qui disparaîtront tout simplement; une crise mondiale généralisée de la santé mentale. Sans parler des masses de personnes âgées, en particulier aux États-Unis, qui recevront un avis de « mort» tacite.

Au-delà de toute rhétorique sur le «découplage», l’économie mondiale est déjà, de facto, divisée en deux. D’un côté, nous avons l’Eurasie, l’Afrique et des pans d’Amérique latine – ce que la Chine va minutieusement connecter et reconnecter via les nouvelles routes de la soie. De l’autre côté, nous avons l’Amérique du Nord et ses vassaux occidentaux. Une Europe disloquée se trouve au milieu.

Une économie mondiale réduite par  cryogénisation facilite certainement un redémarrage.

Le Trumpisme est le Nouvel Exceptionalisme – cela signifie donc un MAGA isolationniste sur  stéroïdes.

En revanche, la Chine va minutieusement redémarrer sa base de marché le long des Nouvelles routes de la soie – Afrique et Amérique latine incluses – pour remplacer les 20% des  exportations qu’elle va  perdre vers les États-Unis.

Les maigres chèques de 1 200 $ promis aux Américains sont de facto un précurseur du revenu de base universel (UBI). Ils peuvent devenir permanents car des dizaines de millions de personnes seront sans emploi de façon durable . Cela facilitera la transition vers une économie totalement automatisée, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, gérée par l’IA – d’où l’importance de la 5G.

Et c’est là qu’ID2020 entre en jeu.

 AI et  ID2020

The European Commission is involved in a crucial but virtually unknown project, CREMA (Cloud Based Rapid Elastic Manufacturing) which aims to facilitate the widest possible implementation of AI in conjunction to the advent of a cashless One-World system.

The end of cash necessarily implies a One-World government capable of dispensing – and controlling – UBI; a de facto full accomplishment of Foucault’s studies on biopolitics. Anyone is liable to be erased from the system if an algorithm equals this individual with dissent.

It gets even sexier when absolute social control is promoted as an innocent vaccine.

ID2020 is self-described as a benign alliance of “public-private partners”. Essentially, it is an electronic ID platform based on generalized vaccination. And its starts at birth; newborns will be provided with a “portable and persistent biometrically-linked digital identity.”

GAVI, the Global Alliance for Vaccines and Immunization, pledges to “protect people’s health “ and provide “immunization for all”. Top partners and sponsors, apart from the WHO, include, predictably, Big Pharma.

At the ID2020 Alliance summit last September in New York, it was decided that the “Rising to the Good ID Challenge” program would be launched in 2020. That was confirmed by the World Economic Forum (WEF) this past January in Davos. The digital identity will be tested with the government of Bangladesh.

That poses a serious question: was ID2020 timed to coincide with what a crucial sponsor, the WHO, qualified as a pandemic? Or was a pandemic absolutely crucial to justify the launch of ID2020?

As game-changing trial runs go, nothing of course beats Event 201, which took place less than a month after ID2020.

The Johns Hopkins Center for Health Security in partnership with, once again, the WEF, as well as the Bill and Melinda Gates Foundation, described Event 201 as “a high-level pandemic exercise”. The exercise “illustrated areas where public/private partnerships will be necessary during the response to a severe pandemic in order to diminish large-scale economic and societal consequences.”

With Covid-19 in effect as a pandemic, the Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health was forced to issue a statement basically saying they just “modeled a fictional coronavirus pandemic, but we explicitly stated that it was not a prediction”.

There’s no question “a severe pandemic, which becomes ‘Event 201’ would require reliable cooperation among several industries, national governments, and key international institutions”, as spun by the sponsors. Covid-19 is eliciting exactly this kind of “cooperation”. Whether it’s “reliable” is open to endless debate.

The fact is that, all over Planet Lockdown, a groundswell of public opinion is leaning towards defining the current state of affairs as a global psyop: a deliberate global meltdown – the New Great Depression – imposed on unsuspecting citizens by design.

The powers that be, taking their cue from the tried and tested, decades-old CIA playbook, of course are breathlessly calling it a “conspiracy theory”. Yet what vast swathes of global public opinion observe is a – dangerous – virus being used as cover for the advent of a new, digital financial system, complete with a forced vaccine cum nanochip creating a full, individual, digital identity.

The most plausible scenario for our immediate future reads like clusters of smart cities linked by AI, with people monitored full time and duly micro-chipped doing what they need with a unified digital currency, in an atmosphere of Bentham’s and Foucault’s Panopticum on overdrive.

So if this is really our future, the existing world-system has to go. This is a test, this is only a test.

https://www.strategic-culture.org/news/2020/04/02/ground-control-planet-lockdown-only-test/

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s