Billet. Un pari cynique

Rédigé par
Bruno Bertez
16 avril 2020

La gestion par les bulles continue de plus belle – avec, à la clé, des gains colossaux pour ceux qui auront su parier sur la continuation de cette politique , qui auront eu les nerfs assez solides et les poches assez profondes..

Le flux des nouvelles reste négatif.

Les pouvoirs publics multiplient les discours pour pousser à une reprise prématurée du travail et de l’activité économique, à l’image de Donald Trump et Emmanuel Macron.

Ils sont persuadés que leur maintien au pouvoir dépend plus de la reprise économique que du nombre de morts. Ils ont certainement raison, hélas : la mort est un phénomène individuel, elle ne modifie pas l’opinion de ceux qui survivent, ils ont la mémoire courte. Et puis par définition la mort, c’est toujours les autres.

Pour l’instant, il n’y aucune voie de sortie du confinement qui soit crédible, on est dans le baratin creux, théorique. Aucun substrat concret. Dans ces conditions, une sortie de confinement n’est rien de plus qu’un pari.

Un jeu avec tiers payant : la vie des autres !

Marchés et prédation

Les marchés ont compris. Non seulement il y a des achats à bon compte, mais des achats nets de la part de gens qui sont persuadés que l’on va refranchir les plus hauts et inscrire de nouveaux records.

Sauf imprévu, ces gens n’ont pas tort de jouer la continuité et la compression. Mais, bien sûr, cela n’a rien à voir avec une démarche d’investissement, c’est de la prédation.

Je m’explique :

– Continuité car nous ne sommes pas sortis de « la gestion par les bulles » comme je l’ai expliqué et réexpliqué encore il y a eu peu. Le « tout en bulles » n’est pas crevé : il fonctionne, même – l’argent reste dans les marchés du papier, ce qui est la définition d‘un système bullaire.

– Compression car tout en pratiquant la même politique de continuité, on injecte beaucoup plus, le double de ce qui fut injecté en 2008/09, et beaucoup plus vite. Or l’injection, comme le problème à traiter, est globale, mondiale.

Il y a compression dans le temps, sur-réaction et universalisation.

Si tout fonctionne comme prévu, tout va sur-réagir… et les gains de ceux qui ont fait ce pari cynique mais logique vont être colossaux.

Mais face à la misère du peuple et surtout face au nouveau round de fragilisation en profondeur de notre système financier, économique, politique et social…

… Qui pourra servir d‘assureur de dernier ressort quand l’Assureur ultime, le couple maudit banque centrale-gouvernement, sautera ?

[NDLR : Retrouvez toutes les analyses de Bruno Bertez sur son blog en cliquant ici.]

Recevez la Chronique Agora directement dans votre boîte mail

S’INSCRIRE
 J’accepte de recevoir une sélection exclusive d’offres de la part de partenaires de La Chronique Agora
*En cliquant sur le bouton ci-dessus, j’accepte que mon e-mail saisi soit utilisé, traité et exploité pour que je reçoive la newsletter gratuite de La Chronique Agora et mon Guide Spécial.A tout moment, vous pourrez vous désinscrire de de La Chronique Agora.

Voir notre Politique de confidentialité.

2 réflexions sur “Billet. Un pari cynique

  1. La relique barbare ! Car comme le mentionne le Pr. Antal Fekete, seule l’or à la capacité d’éteindre la dette. Or depuis que les usa ont fait défaut sur la leur un certain mois d’août 71 via Mr Nixon, tout c’est mis à flotter exactement comme flottent les ballons dans ÇA de S. King ! Tous verrous est les points d’encrages qui servaient de base solide au système économique ont été dynamité progressivement façon « grenouille dans casserole d’eau graduellement portée à ébullition »

    Ils ont réussi à déconnecter les corps des ombres.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s