La vision hyperinflationniste de Von Greyerz

Traduction rapide BB
La dépression hyperinflationniste a toujours été la fin inévitable de la plus grande bulle financière de l’histoire. Et cette fois, ce sera mondial.
L’hyperinflation se propagera d’un pays à l’autre comme le coronavirus. Cela pourrait commencer n’importe où, mais les premiers pays les plus probables sont les États-Unis et l’UE ou ED (European Disunion).
Ces pays  seront rapidement suivis par beaucoup d’autres comme le Japon et la plupart des pays en développement.
Comme CV, elle passera rapidement d’un pays à l’autre et très peu seront épargnés.

Le dernier cycle d’intérêt a culminé en 1981, depuis , les taux américains et mondiaux ont baissé pendant  39 ans, passant de près de 20% à 0%. Étant donné que sur un marché libre, les taux d’intérêt sont fonction de la demande de crédit, cette longue tendance à la baisse indique une grave récession aux États-Unis et dans le reste du monde.

Les règles simples de l’offre et de la demande nous disent que lorsque le prix de l’argent est nul, cela veut dire que personne n’en  veut. Mais pourtant la dette a augmenté de façon exponentielle sans exercer de pression à la hausse sur les taux.

La raison est simple.

Les banques centrales et commerciales ont créé des quantités illimitées de crédit à partir de rien. Dans un système bancaire fractionné, les banques peuvent prêter le même argent 10 à 50 fois. Et les banques centrales peuvent tout simplement imprimer des quantités infinies.

La dette mondiale en 1981 était de 14 trillions de dollars. On aurait pu supposer qu’avec la chute des taux d’intérêt, il n’y aurait pas eu de forte demande de dette. Une demande élevée aurait entraîné des taux d’intérêt élevés. Mais si nous regardons la dette mondiale en 2020, cela représente un montant stupéfiant de 265 trillions de dollars. La dette a donc augmenté de 19 fois au cours des 39 dernières années et le coût de la dette est passé de 20% à 0% – Hmmm!

 

La crise que le monde traverse actuellement n’a pas été causée par le coronavirus.

Comme je l’ai souligné dans de nombreux articles récemment, CV n’est que le catalyseur, bien que ce soit le plus vicieux qui ait pu frapper le monde. La véritable cause de la plus grande crise financière de l’histoire ce sont  les banques centrales. Elles versent de l’huile  sur le feu depuis 50 ans en réduisant continuellement le coût de l’argent jusqu’à ce qu’il devienne gratuit; depuis  2008 lorsque les taux  ont été réduits à zéro. Depuis lors, nous avons même constaté des taux négatifs dans le monde entier.

Les taux négatifs ne sont pas seulement un paradoxe total mais aussi une folie absolue. Les nations souveraines en faillite du monde entier ont émis gratuitement de la dette ou ont même été payées pour le faire . L’intérêt normal est d’être payé pour couvrir le risque de prêter de l’argent. Comme les gouvernements du monde entier ont émis une dette pratiquement illimitée qui ne sera jamais remboursée, le risque de leur prêter a augmenté de façon exponentielle. Mais au lieu de taux beaucoup plus élevés, pour refléter l’augmentation massive de la dette et le risque fortement accru, les banques centrales se sont  débrouillées en défiant les lois de la nature en pratiquant des taux faux, entièrement  manipulés.

MARCHÉS FAUX SANS PRIX RÉELS

L’argent est une marchandise et le prix doit être une fonction de l’offre et de la demande. Ce prix dépend du risque. Mais comme nous avons actuellement un faux système financier avec de la fausse monnaie et de faux marchés, il n’y a pas de prix réels. Ainsi, grâce à une manipulation et une intervention constantes, les banques centrales ainsi que quelques complices peuvent totalement truquer la plupart des marchés et des prix.

Par conséquent, le coût de l’argent aujourd’hui ne reflète ni le risque ni la demande. Tout ce qu’il représente, c’est la manipulation malveillante au service des gouvernements et de leurs maîtres, les banquiers centraux. Mais comme tous les marchés faux, celui-ci se terminera non seulement mal, mais de façon catastrophique.

Comme je l’ai expliqué dans l’article de la semaine dernière, nous sommes  maintenant au milieu d’une tempête parfaite. Presque tous les gouvernements du monde engagent maintenant des milliards et des milliards de dollars, d’euros, etc. dans des tentatives infructueuses pour sauver une économie mondiale qui s’effondre.

Dans de nombreux pays, 50% ou plus de l’industrie est fermée. La plupart des industries de services sont totalement bloquées, tout comme l’aviation, les transports et la plupart des petites entreprises. Le chômage approche des taux jamais vus depuis la dépression des années 30. Toutes les entreprises ont besoin d’aide, des grandes entreprises aux petites entreprises. La majorité des individus n’ont pas d’épargne au dela  de deux semaines et pour ceux qui sont au chômage, la situation est désespérée.

De nombreuses grandes sociétés américaines ont besoin de l’aide du gouvernement. Très peu d’entre eux ont mis de côté leurs bénéfices en réserve pour les jours de pluie. Au lieu de cela, les directions ont été  généreusement récompensée ainsi que les actionnaires.

Depuis 2009, les sociétés du S&P 500 ont dépensé 5,4 trillions de dollars en rachats de leurs propres actions. Au lieu de demander de l’aide au gouvernement, les directions devraient rembourser les primes/bonus  et les actionnaires qui ont bénéficié  de paiements importants devraient recapitaliser les entreprises.

Mais cela ne se produira évidemment pas. Tout comme en 2006-2009, les bénéfices sont privatisés et les pertes socialisées.

Les entreprises perdent leur cash, tout comme les particuliers. Tout cela devient un cercle vicieux avec des factures non payées, y compris les loyers, les hypothèques et les taxes. Les estimations donnent une baisse de 40 à 50% du PIB du T2 2020 aux États-Unis. Le problème est qu’il ne s’agit pas d’une crise temporaire.  Le PIB connaîtra une érosion permanente d’une ampleur majeure dans la plupart des pays.

Nous vivons donc le début d’une récession séculaire qui va bientôt devenir une dépression hyperinflationniste. C’était depuis toujours la fin prévisible  de ce cycle comme j’en ai discuté dans de nombreux articles depuis plus de 20 ans.

Une crise de cette ampleur est toujours une crise de la dette. Très bientôt, la dette du monde entier subira d’énormes pressions alors que les emprunteurs commenceront à faire défaut. Cela entraînera un effondrement des prix des obligations et une flambée des taux. Les banques centrales perdront alors le contrôle des taux d’intérêt au fur et à mesure que les taux longs augmenteront, bientôt ce sera aussi le tour  des taux courts. Les taux peuvent facilement aller à 15 à 20%. De nombreuses obligations vaudront  zéro avec des taux à infinis.

J’ai expliqué que j’ai payé 21% sur ma première hypothèque au Royaume-Uni en 1974. J’ai  une expérience personnelle d’inflation élevée mais jamais d’hyperinflation.

Étant donné que la majorité du marché des dérivés de 1,5 quadrillion  de dollars est liée aux taux d’intérêts, ce marché explosera également. Tout cela conduira à une création monétaire  illimitée et à des monnaies qui chuteront rapidement à leur valeur intrinsèque de ZERO.

À ce stade, l’ensemble du système financier sera méconnaissable et certaines parties disparaitront purement et simplement. Tout cela pourrait se produire très rapidement, peut-être au cours des 6 à 18 prochains mois.

2006-9 A ÉTÉ UNE RÉPÉTITION

Ma prévision de Cassandre pourrait-elle être fausse?  Oui, bien sûr. Mais soyons clairs: la répétition de ce que je prédis a eu lieu en 2006-2009. Rien n’a été résolu à ce stade, tout a été juste temporairement différé.

Nous sommes maintenant dans la la vraie crise  et quelle que soit la monnaie imprimée par les banques centrales cette fois, cela n’aura aucun effet. Je doute donc beaucoup que nos «amis» banquiers puissent encore tirer un autre tour de leur  chapeau. La seule astuce qu’ils connaissent, c’est d’ imprimer plus d’argent, mais cela ne peut jamais résoudre un problème de dette.

Les marchés boursiers, dans leur première étape  baissière séculaire, ont subi une perte de 40% dans la plupart des pays et cela en moins de 4 semaines. Nous voyons maintenant une correction technique  qui peut aller un peu plus haut. Mais lorsque cela sera terminé, ce qui pourrait prendre de 1 à 3 semaines, la prochaine « downleg » jambe baissière dévastatrice  commencera. Quiconque essaie d’attraper ce couteau en train de tomber se coupera.

Les marchés obligataires pourraient tenir un peu plus longtemps avec la manipulation massive des banques centrales et l’impression monétaire. Les obligations de mauvaises qualité  chuteront en premeir  et les déclassements constants transformeront beaucoup de dettes en pourriture sans valeur . Une grande partie de la dette des entreprises subira  le même sort  et dans les 6 à 12 mois, la dette souveraine sera également attaquée.

Les marchés immobiliers sont une bulle majeure et commencent déjà à se désintégrer. Industriel, commercial, commercial et résidentiel, aucun secteur ne sera épargné. Il n’y aura pas d’acheteurs, pas de financement et beaucoup de vendeurs forcés. Une recette parfaite pour un effondrement.

Avant que la marché n’atteigne un plancher sur ces trois marchés, les prix auront chuté de 90 à 100% en termes réels. Et en termes réels, cela signifie en terme de  pouvoir d’achat par rapport à l’or.

Nous ne devons pas oublier que les marchés atteindront leur plus bas  bien avant l’économie réelle .

L’évolution probable est d’abord une dépression hyperinflationniste qui pourrait arriver  très rapidement au cours des deux prochaines années. Par la suite, nous verrons très probablement une implosion déflationniste de tous les actifs et un effondrement de la plupart du système financier.

Mais ce ne sera aps la fin du monde . Ce n’est une autre phase de l’économie mondiale nécessaire pour corriger les excès de 100 ou 300 ans, voire 2000 ans. Une fois que la dette aura implosé et que tous les prix des actifs auront baissé par rapport aux évaluations fantastiques actuelles, un nouveau système émergera, fondé sur des valeurs et des principes solides.

Et puis le cycle recommence.

Il existe actuellement de fortes pressions tant sur le marché de l’or-papier que sur le marché physique. Le Comex et le LBMA essaient de faire croire  que tout est sous contrôle. LBMA veut donner l’illusion qu’il a  beaucoup d’or dans ses coffres. Mais pratiquement tout cet or est déjà gagé. Comex, le marché à terme de l’or est soumis à une pression énorme, car il ne pourra pas livrer plus qu’une petite fraction en physique lorsque les détenteurs de papier d’or demanderont la livraison. Et ce jour n’est pas loin.

Les 3 plus grands raffineurs du monde basés au Tessin, en Suisse, sont fermés depuis 2 semaines 1/2, ce qui représente au moins 50% de la production mondiale. Les raffineurs viennent d’ouvrir cette semaine mais avec une capacité très réduite de 25 à 33%.

Si nous prenons l’exemple des ETF Gold, ils ont augmenté leurs avoirs de 93 tonnes au cours des 4 dernières semaines. Cela représente une valeur totale de 5 milliards de dollars

Il est aujourd’hui pratiquement impossible de se procurer de l’or physique, vous vous demandez donc où les FNB ont acheté leur or.

La réponse est bien sûr simple. Il leur a été prêté par les banques LBMA qui sont les dépositaires du plus grand ETF sur or GLD. Ces banques détiennent également de l’or pour compte des banques centrales et tout ce qu’elles ont à faire est de prêter le même or encore une fois aux ETF. Donc, si vous détenez un FNB d’or, ce que vous ne devez pas, vous savez qu’il est peu probable qu’il soit couvert  par de l’or au dela  d’une petite fraction  du total du fonds.

Dans un monde où les prix de la plupart des actifs sont sur le point d’imploser, l’or est l’assurance-vie et pratiquement le seul actif qui maintiendra sa valeur en termes réels. L’argent devrait également très bien se comporter et surperformera probablement l’or. Mais l’or est plus sûr et beaucoup moins volatil.

by Egon von Greyerz

Hyperinflationary Depression has always been the inevitable end to the biggest financial bubble in history. And this time it will be global. Hyperinflation will spread from country to country like Coronavirus. It could start anywhere but the most likely first countries are the US and the EU or ED (European Disunion). They will quickly be followed by many more like Japan and most developing countries. Like CV it will quickly jump from country to country with very few being spared.

CURRENT INTEREST RATES ARE A FALSE INDICATOR

Ever since the last interest cycle peaked in 1981, there has been a 39 year downtrend in US and global rates from almost 20% to 0%. Since in a free market interest rates are a function of the demand for credit, this long downtrend points to a severe recession in the US and the rest of the world. The simple rules of supply and demand tell us that when the price of money is zero, nobody wants it. But instead debt has grown exponentially without putting any upside pressure on rates. The reason is simple. Central and commercial banks have created limitless amounts of credit out of thin air. In a fractional banking system banks can lend the same money 10 to 50 times. And central banks can just print infinite amounts.

Global debt in 1981 was $14 trillion. One would have assumed that with interest rates crashing there would not have been a major demand for debt. High demand would have led to high interest rates. But if we look at global debt in 2020 it is a staggering $265 trillion. So debt has gone up 19X in the last 39 years and cost of debt has gone from 20% to 0% – Hmmm!

CORONAVIRUS IS THE CATALYST BUT NOT THE CAUSE

The crisis that the world is now encountering has not been caused by the Coronavirus. As I have stressed in many articles recently, CV is just the catalyst, albeit the most vicious one which could have hit the world. The real cause of the Greatest Financial Crisis in history is the Central Banks. They have been pouring fuel on the fire for 50 years by continuously reducing the cost of money until it became free in 2008 when rates were reduced to ZERO. Since then we have also seen negative rates around the world.

Negative rates are not just a total paradox but also absolute lunacy. Bankrupt sovereign nations around the world have been issuing debt at no cost or have even been paid for it. The whole purpose of interest is to be paid for the risk of lending money. As governments around the world have issued virtually unlimited debt which will never be repaid, the risk of lending to them has increased exponentially. But instead of much higher rates, to reflect the massive increase in debt plus severely elevated risk, central banks have got away with defying the laws of nature buy falsely manipulating rates..

FALSE MARKETS WITH NO REAL PRICES

Money is a commodity and the price should be a direct function of risk plus supply and demand. But since we currently have a false financial system with fake money and false markets, there are no real prices. So through constant manipulation and intervention central banks together with a few accomplices can totally rig most markets and prices.

Therefore, the cost of money today neither reflects the risk nor the demand. All it represents is malicious manipulation to serve governments and their masters the central bankers. But like all fake markets, also this one will end, not just badly but catastrophically.

THE SITUATION IS DESPERATE FOR BUSINESSES AND INDIVIDUALS

As I discussed in last week’s article, we now have the perfect storm. Virtually every government in the world is now committing billions and trillions of dollars, euros etc in fruitless attempts to save a collapsing world economy. In many countries, 50% or more of industry is shut. Most service industries are in a total lockdown and so is aviation, transport and most small businesses. Unemployment is approaching rates not seen since the 1930s depression. All businesses need assistance, from major corporations to small firms. The majority of individuals haven’t got savings for more than a couple of weeks living and for the ones who are now becoming unemployed, the situation is desperate.

Many major US corporations need assistance from the government. Very few of these have put aside profits to reserves for a rainy day. Instead management has been too generously rewarded as well as the shareholders. Since 2009, S&P 500 companies have spent $5.4 trillion in share buybacks. Instead of asking government for assistance, management should pay back their bonuses and shareholders who have received major payouts should recapitalise the companies. But this will obviously not happen. Just like in 2006-9, profits are privatised and losses are socialised.

Businesses are haemorrhaging cash and so are individuals. All that becomes a vicious circle with bills not being paid including rents, mortgages and taxes. Estimates predict a 40-50% fall in Q2 2020 GDP in the US. The problem is that this is not a temporary crisis. This means that GDP will see permanent erosion of a major magnitude in most countries.

SECULAR DOWNTURN LEADING TO HYPERINFLATIONARY DEPRESSION

So what we are experiencing is the start of a secular downturn which soon will become a hyperinflationary depression. This was always the inevitable end to this cycle as I have discussed in many articles for over 20 years.

A crisis of this magnitude is always a debt crisis. Very soon we will see debt around the world come under enormous pressure as borrowers start defaulting. This will lead to bonds crashing and rates surging. Central banks will then lose control of interest rates as long rates first go up and soon also pulling the shorter rates up. Rates can easily go to 15-20%. Many bonds will go to zero and rates to infinity. I have previously talked about paying 21% on my first mortgage in the UK in 1974. So I have personal experience of high inflation but never hyperinflation.

Since the majority of the $1.5 quadrillion derivatives market is interest related, this market will also blow up. All this will lead to unlimited money printing and currencies crashing fast to their intrinsic value of ZERO. At that point the entire financial system will be unrecognisable and parts of it nonexistent. All of this could happen very quickly, possibly within the next 6 -18 months.

2006-9 WAS A REHEARSAL

Could my Cassandra forecast be wrong. Yes, of course it could. But let’s be clear that the rehearsal of what I am predicting took place in 2006-9. Nothing was resolved at that point, just temporarily deferred. This is now the real thing and whatever money central banks print this time will have no effect. So I doubt very much that our banker “friends” can pull another trick out of the hat again. Because the only trick they know, to print more money, can never solve a debt problem.

MARKETS

Stock markets, in their first leg down of the new secular bear market, reached a 40% loss in most countries and that in less than 4 weeks. We are now seeing a typical correction that can go a bit higher. But when that is finished which could take 1-3 weeks, the next devastating downleg will start. Anyone trying to catch this falling knife will be slaughtered.

Bond markets might hold up for a bit longer with massive central bank manipulation and money printing. Junk bonds will first start crashing and constant downgrades will turn a lot of debt to junk. Much of corporate debt will go the same way and within 6-12 months also sovereign debt will come under attack.

Property markets are a major bubble and are already starting to disintegrate. Industrial, commercial, retail and residential, no sector will be spared. There will be no buyers, no financing and many forced sellers. A perfect recipe for a collapse.

Before the secular bear market has bottomed in these three markets, prices will be down 90-100% in real terms. And real terms means in constant purchasing power like gold.

We must remember that markets will bottom long before the economy. The likely development is first a hyperinflationary depression that could come and go very quickly within the next couple of years. Thereafter we will most probably see a deflationary implosion of all assets and a collapse of most of the financial system.

But we mustn’t believe that this is the end. It is just another phase in the world economy to correct excesses of the 100 or 300 years or even 2000 years. Once debt has imploded and all asset prices have come down from current fantasy valuations, a new system will emerge built on sound values and principles. And then the cycle starts all over again.

GOLD

There are currently severe pressures in both the paper gold market and the physical market. The Comex and LBMA are making noises that everything is under control. LBMA is giving the illusion that they have plenty of gold in their vaults. But virtually all of that gold is already committed. Comex, the gold futures exchange is under tremendous pressure since they can’t deliver more than a small fraction in physical when paper holders of gold demand delivery. And that day is not far away.

The 3 biggest refiners in the world based in Ticino, Switzerland have been closed for 2 1/2 weeks, representing at least 50% of world production. The refiners have just opened this week but at a very reduced capacity of 25-33%.

If we just take the Gold ETFs as an example, they increased their holdings by 93 tonnes in the last 4 weeks. That represents a total value of $5 billion

It is today virtually impossible to get hold of physical gold so you wonder where the ETFs have bought their gold.

The answer is of course simple. It was lent to them by LBMA banks which are custodians for the biggest gold ETF GLD. These banks also hold central bank gold and all they need to do is to lend the same gold yet one more time to the ETFs. So if you hold a gold ETF, which you mustn’t, you know that it is unlikely to be backed by gold for more than a small portion of the fund total.

In a world where prices of most assets are about to implode, gold is life insurance and virtually the only asset that will maintain its value in real terms. Silver is also likely to do very well and will most probably outperform gold. But gold is safer and much less volatile.

As the 20 year gold chart shows above, gold is in an extremely strong uptrend. In all currencies but US dollars, gold has surpassed the 2011 highs. The gold price in dollars has just broken out and is now likely to go to $1,700 on its way to the old high of $1,920 and thereafter much, much higher.

As I have expressed before, I have been standing on a soap box for 20 years in my attempt to inform investors of the critical importance of gold for wealth preservation purposes. Fortunately many investors have listened but they still represent less than 0.5% of world financial assets. Since we started 18 years ago, gold is up 6-7X depending on the currency. That rise is insignificant compared to what is coming next.

But remember you are not holding gold to measure the gains in debased paper money. Instead you are holding physical gold as insurance against a broken financial system that is unlikely to be repaired for a very long time.

Egon von Greyerz
Founder and Managing Partner
Matterhorn Asset Management
Zurich, Switzerland
Phone: +41 44 213 62 45

Matterhorn Asset Management’s global client base strategically stores an important part of their wealth in Switzerland in physical gold and silver outside the banking system. Matterhorn Asset Management is pleased to deliver a unique and exceptional service to our highly esteemed wealth preservation clientele in over 70 countries.

Articles may be republished if full credits are given with a link to GoldSwitzerland.com.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s