« Ne chantez pas la mort c’est un sujet morbide ». Si il faut oser chanter la mort!

J’ai tenté il y a quelques jours d’introduire la question de la mort dans  un de mes textes, je ne me souviens plus de quel texte il s’agit.

Peu importe.

La mort est une dimension essentielle de la vie récupérée par la politique, la Com  et donc les Maitres.

D’abord ils l’occultent, elle est rejetée hors du discours , hors de  la conscience transformée en statistique.

Ensuite ils suggèrent qu’ils sont tout puissants et qu’ils ont tous les pouvoirs prométhéens ceux du feu, ceux de la richesse et ceux qui sont faustiens de l’infinitude et de l’eternité.

Mais en cachette, ils s’en servent.

La mort rejetté hors d ela conscience fait encore plus peur, elle constitue selon moi un resort des pouvoirs , un formidbale levier sacré  pour multiplier et amplifier les soumissions.

Celui qui instrumentalise son ombre et joue du spectre de la mort dans l’inconscient celui là est un scélérat .

Le philosophe Cons Sponville la réintroduit dans sa reflexion sur l’épidémie. 

André compte -Sponville: « j’aime mieux attraper le Covid-19  dans un pays libre que d’y échapper dans un pays totalitaire ».

Comte Sponville répète ce qui a toujours guidé ma vie:  à quoi sert la philosophie?  La philosophie sert à penser sa vie et à vivre sa pensée. La philosophie c’est la vie quotidienne.

C’est c e que m’avait enseigné tout jeune mon premier professeur de philosophie, Jean Paul Dumont, un philosophe dualiste, spécialiste des Sceptiques et de Sextus Empiricus.

Note: c’est mon ami Michel Prigent , hélas disparu , directeur des PUF qui m’a fait apprécier Comte -Sponville, j’en profite pour saluer sa mémoire.

« Enfin une mise à l’écart de la mort, qui la rend, lorsqu’elle se rappelle à nous, encore plus inacceptable.

Notre rapport à la mort a-t-il changé? La mort est-elle devenue en quelque sorte inacceptable aujourd’hui?

Elle l’a toujours été, mais comme on y pense de moins en moins, on s’en effraie de plus en plus, lorsqu’elle s’approche. Tout se passe comme si les médias découvraient que nous sommes mortels! Vous parlez d’un scoop!

On nous fait tous les soirs, sur toutes les télés du monde, le décompte des morts du Covid-19. 14.000 en France, à l’heure actuelle, plus de 4.000 en Belgique… C’est beaucoup. C’est trop. C’est triste.

Mais enfin faut-il rappeler qu’il meurt 600.000 personnes par an en France? Que le cancer, par exemple, toujours en France, tue environ 150.000 personnes chaque année, dont plusieurs milliers d’enfants et d’adolescents?

Pourquoi devrais-je porter le deuil des 14.000 mors du Covid 19, dont la moyenne d’âge est de 81 ans, davantage que celui des 600.000 autres?

Encore ne vous parlais-je là que de la France. À l’échelle du monde, c’est bien pire. La malnutrition tue 9 millions d’êtres humains chaque année, dont 3 millions d’enfants.

Cela n’empêche pas que le Covid-19 soit une crise sanitaire majeure, qui justifie le confinement. Mais ce n’est pas une raison pour ne parler plus que de ça, comme font nos télévisions depuis un mois, ni pour avoir en permanence « la peur au ventre », comme je l’ai tant entendu répéter ces derniers jours.

Un journaliste m’a demandé – je vous jure que c’est vrai – si c’était la fin du monde! Vous vous rendez compte? Nous sommes confrontés à une maladie dont le taux de létalité est de 1 ou 2% (sans doute moins, si on tient compte des cas non diagnostiqués), et les gens vous parlent de fin du monde. »

——————————————-

https://www.lecho.be/dossiers/coronavirus/andre-comte-sponville-j-aime-mieux-attraper-le-covid-19-dans-un-pays-libre-qu-y-echapper-dans-un-etat-totalitaire/10221597.html?fbclid=IwAR3XXi-I7pyQjXjU8GOC7iV_XuX_A653GWPb5fVXc7BvuP6GhsLVQyTMvVE

2 réflexions sur “« Ne chantez pas la mort c’est un sujet morbide ». Si il faut oser chanter la mort!

  1. Le cirque que font les pouvoirs autour du virus, et qui devait leur permettre d’accroitre leur emprise sur les gens, provoque le résultat inverse. Le politique et les techno-scienteux ont prouvé leur impuissance et leur incapacité à maitriser et dominer la mort. La mort, le sacré ne sont pas accessibles aux pouvoirs profanes par définition, malgré le spectacle, la mise en scène. C’est le mythe d’oedipe qui recommence. Cela les gens le savent, sans que ce soit encore très clair. Le retour en force du religieux, surtout catholique, ne m’étonnerait pas. Car vers qui se tourner ?

    J'aime

  2. Il nous faudrait un Alexandre Vialatte pour chanter comme il faut la mort!
    « Après avoir chanté la femme, l’homme qui mange du lapin mort dans des assiettes en plastique bleu en haut des montagnes, je chanterai la mort »
    Cordialement

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s