Le plan de déconfinement jugé négativement ; Les Français éxigent systématiquement toujours plus de restrictions de leurs libertés».

Sans commentaire, ce serait trop affligeant!

Protéger les Français, sans immobiliser la France au point qu’elle s’effondrerait»Présenté mardi par Édouard Philippe, le plan de déconfinement censé «tenir» cette «ligne de crête délicate» a été approuvé par une majorité de députés.

Mais le chef du gouvernement n’a pas encore entraîné une majorité de Français dans sa stratégie de sortie de crise, selon notre sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour Le Figaro et France Info.

La plupart d’entre eux ne font  pas confiance à l’exécutif pour réussir le déconfinement (55%), même si la méfiance diminue (-7 points par rapport à la semaine dernière).

Défi de plus pour le gouvernement depuis le début d’épidémie, la défiance de la population touche en particulier trois promesses post-11 mai, formulées mardi à la tribune de l’Assemblée nationale.

Doutes et inquiétudes

-Quantité suffisante de masques pour répondre aux besoins de la population,

-sécurité sanitaire dans les établissements scolaires,

-fonctionnement des transports sans danger pour la santé des personnels et des usagers : sur ces sujets,

près de trois Français sur quatre (72%, 73% et 74%) estiment que le premier ministre ne pourra pas tenir parole.

«Les doutes demeurent», relève Céline Bracq, directrice générale d’Odoxa. «Mais à la décharge d’Édouard Philippe, ces trois sujets – masques, et surtout écoles et transports – n’impliquent pas que le gouvernement. Ils nécessitent la mobilisation de nombreux autres acteurs.»

La plupart des Français croient toutefois en la réalisation de deux engagements qui sont surtout du ressort de l’exécutif : l’offre de solutions d’hébergement aux malades demandeurs (58%) et l’accès aux tests de dépistage pour les personnes présentant des symptômes et leur entourage (54%). «Mais la confiance dans ces deux domaines pèse bien moins que la défiance massive en ce qui concerne les transports, les écoles et les masques», nuance Céline Bracq.

«Principe de précaution»

Preuve de l’inquiétude d’une grande partie de la population face à l’épidémie, 45% des Français jugent que le plan du gouvernement est «trop rapide»malgré le choix d’un déconfinement en plusieurs phases. Ils sont plus nombreux que ceux qui le trouvent adapté (40%) ou trop lent (15%). L’expression d’un surcroît de vigilance ? Le premier ministre a prévenu, mardi : «Trop de prudence, et c’est l’ensemble du pays qui s’enfonce» dans la crise économique. À l’inverse, «trop d’insouciance, et c’est l’épidémie qui repart».

Dans l’opinion, la tendance se confirme d’une enquête à l’autre, observe Céline Bracq : «Pour une forte proportion de Français, le principe de précaution prime. Ils exigent systématiquement toujours plus de restrictions de leurs libertés».

D’où le soutien d’une majorité d’entre eux (61%) à la décision prise sur les restaurants, les cafés et les bars : pas de réouverture avant la deuxième phase de déconfinement, le 2 juin, contrairement aux autres commerces. En la matière aussi, la «prudence» de la population l’emporte sur l’«insouciance».

À voir aussi – Déconfinement: ce qu’il faut retenir des annonces d’Édouard Philippe

9 réflexions sur “Le plan de déconfinement jugé négativement ; Les Français éxigent systématiquement toujours plus de restrictions de leurs libertés».

  1. Très juste Lerhoc! L expérience Suédoise nous prouve que la généralisation du confinement est plus que discutable du point de vue sanitaire (comme le dit également Raoult). Elle prouve également que les écoles ne sont pas du tout des bouillons de culture à covid malgré tout ce que l on veut nous faire croire. Ma fille de 6 ans devra apparemment porter un masque à la rentrée, pourquoi?? Pour un formatage en règle des parents a la méthode Greta?
    Le mensonge est devenu structurel, une France de planqués (majoritairement) ou la vérité dérange ou les gilets jaunes dérangent. Tous les mensonges seront prétextes à plus de distanciation sociale pour le pouvoir et à plus de confinement pour les planqués. Tout le monde y trouve son compte.

    J'aime

  2. Bonjour,

    Beaucoup de français ne sont pas du tout d’accord avec les « dérives » constatées au cours des 2 derniers mois (et déjà avant sur le traitement des gilets jaunes). Mais bien sur, ce ne sont pas que l’on voit sur les réseaux sociaux, à la télé ou dans les sondages bidons. Je pense qu’ils sont bien plus nombreux que ce que votre titre ou ce sondage indique.

    On va bien voir ce qu’il va se passer avec l’application proposée par le gouvernement, ce sera un bon thermomètre pour voir si les français veulent toujours plus de restrictions de leur libertés ou non. Je ne le pense pas.

    Et à mon avis les français n’oublierons pas ce qui vient de se passer. Bien sur ils ne manifesteront pas mais ils s’en souviendront pour les prochaines élections.

    MCA

    J'aime

  3. Bonjour.
    Je transgresse votre affliction pour signifier mon non-étonnement de cette adoration du confinement.
    Regardons la réalité sociologique française. Près de 25 % de la population active est fonctionnaire, sûrement plus de 60 % qui vivent de la commande publique, une éducation de fonctionnaires qui dévalorise le travail, la responsabilité, et la création de richesses par l’effort et l’engagement. Un pays dirigé totalement par des fonctionnaires, à l’Elysée, à l’Assemblée, au Senat, régions, départements, CC, mairie. Rève des jeunes: être fonctionnaire. Tout est fait pour interdire l’initiative, la création, la compétitivité, la concurrence, tout le système France est vérolé par les fonctios qui justifient leur parasitisme par le prosélitisme glandouilleur.
    Des problèmes insolubles comme l’immigration/invation, la pollution , la perte de liberté , les politiques spoliatrices et olligarchiques, le bourrage de crâne médiatique…….. On peut faire une liste à la Prévert des disfonctionnements de ce pays, donc ils saisissent une chance de s’extraire de ce simulacre de vie. Ils s’isolent pas du virus, mais de la vie de merde que les fonctios leur font vivre. La preuve en est que rien ni personne du secteur privé n’a osé appelé un chat , un chat. Les patrons se sont couché dépendant qu’ils sont de la commande publique et des combines type crédit d’impôt et autres CICE, et les salariés privés ont sauté sur l’occasion de tester la glandouille fonctionnarisée. Et figurez vous qu’ils y prennent goût,car dehors le paysage économique est dévasté.
    En avant pour l’ UERSS comme nous l’avait prédit Bukovsky.
    Si vous aimer la liberté, l’initiative, le risque et leurs corrolaires coûts positif ou négatif, fuiyez! Et revenez dans vingt ans quand tout sera effondré avec les fonctios à poil et certains en prison.

    J'aime

      1. Radio Paris ment… le gouverne-ment aussi.

        Je voyais déjà Macron comme un catalyseur de la haine anti-élites pour ses propos clivants sur « ceux qui ne sont rien » (Un président ne devrait pas dire ça…) , mais après deux mois d’une gestion à la « pieds nickelés » de cette pandémie on touche le fond de l’incompétence crasse.

        L’ambiance anxiogène est consciencieusement entretenue par les media car cela contribue à faciliter la gouvernance de citoyens décérébrés par la peur (expression du consensus des classes dirigeantes).

        Mais c’est aussi oublier qu’il sera de plus en plus difficile de manoeuvrer un peuple qui ne croit plus dans la moindre parole de ses représentants. Si la vérité ne revêt plus que les attraits d’un mensonge, gouverner devient impossible.

        Et si le gouvernement se radicalise comme dans le mouvement contre les GJ, la sécurité ne sera plus l’exigence première des français.

        Merci Macron d’ouvrir les yeux du plus grand nombre.

        « Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux. » Benjamin Franklin.

        J'aime

  4. C’est le contraire qui eût été étonnant : entre la peur savamment distillée, les injonctions contradictoires (repartez au travail mais débrouillez-vous avec vos enfants et les transports en commun en sous charge etc.), les revirements permanents (j’apprends ce matin que des masques chirurgicaux peuvent être distribués au grand public!), le Pouvoir a bien fait tourner la tête en bourrique aux Français.
    Et puis, il aura beau jeu de nouveau de défausser ses responsabilités sur les Français si l’épidémie repart : c’est parce que les consignes n’auront pas été suivies. Bref, c’est une magnifique opération de conditionnement collective et la leçon ne sera sûrement pas oubliée par ce pouvoir et ceux qui le suivront.
    Finalement, les plus libres d’entre nous sont les habitants des quartiers dits populaires qui n’en n’ont rien eu à faire de toutes ces privations successives de libertés.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s