Essai. Nous surendettons le coeur, le Centre du système. Le bout du rouleau.

Nos économies pour continuer à croitre ont besoin à la fois de pouvoir d’achat gagné et de produire des dettes. L’accroissement de la masse de dettes dans un système économique constitue ce que l’on appelle le « credit impulse ». Sans « credit impulse », pas de croissance.

Les dettes constituent un pouvoir d’achat à crédit. Elles servent à investir, à consommer et à acheter des actifs.

Le cycle du crédit est un cycle long.

Selon Ray Dalio c’est un cycle de 70 ans environ. Dalio pense que le cycle long a débuté en 1945 et je partage son avis. Ceci signifie que nous jouons les prolongations du cycle long du crédit depuis 2015.

Les signes de cet épuisement du cycle long du crédit sont mutiples mais je n’en veux citer qu’un car il est significatif; les crises d’excès de crédit se multiplient et pour prolonger ce cycle il est nécessaire de tricher, c’est la triche qui révèle le problème, comme je le dis souvent c’est le remède, la plaque mise sur le trou qui révèle le trou.

La triche consiste à

-multiplier les créations de fausse monnaie pour faire face aux besoins de liquidités

-démultiplier les assurances des banques centrales selon lesquelles elles seront toujours là

-baisser sans cesse les taux  pour rendre le crédit plus facile à honorer

-tricher sur les valeurs d’inventaire comptable pour comptabiliser les dettes qui sont à l’actif comme bonnes alors qu’elles sont irrecouvrables

-baisser les critères d’atribution de crédit et rogner les garanties

-enfin on en est à inflater les collatéraux pour faire semblant d’être solvables.

Baisser les taux pour gorger de credit:

Image

Quand le cycle du crédit tire à sa fin, le rendement de ce crédit en terme de croissance obtenue est faible, il faut plus de dollars de dettes pour créer un dollar de GDP, la qualité des crédits se détériore et pour continuer quand meme à produire le crédit nécessaire à la croissance ou pire nécessaire pour éviter l’effondrement de la pyramide, il faut sans cesse trouver de nouvelles entités à endetter.

Le rendement décroissant des dettes, la chute tendancielle de la croissance depuis 1945

Image

Dans le passé , l’inflation avait une fonction positive en ceci qu’elle allégeait le poids des dettes, les GDP croissaient nominalement ce qui rédusait les ratios de dettes, elles étaient plus supportables.

Hélas, la globalisation avec l’arbitrage mondial des salaires et les échanges ont fait que d’inflation il n’y a plus.  Donc la hausse des prix des GDP n’accomplit plus sa fonction d’érosion en continu du poids des dettts.

La concurrence mondiale et l’exacerbation de la lutte pour le profit ont accéléré les innovations technologiques ce qui encore précipité la déflation.

Nous n’avons plus les tricheries en continu de l’inflation et nous avons fait le tour des entités que l’on peut endetter plus.

Il ne reste que le couple Banque Centrale/Trésor Public que l’on puisse encore solliciter pour qu’il s’endette plus, c’est ce que l’on est exactement en train de faire depuis septembre 2019 et encore plus depuis Mars 2020. Nous surendettons le coeur, le Centre du système.

On a progressivement saturé les capacités d’endettement

-des ménages avec le crédit consommation et les dettes hypothécaires

-des entreprises deja parvenues au crédit junk, pourri

et on en est aux Banques Centrales et aux Gouvernements.

On est en train de faire exploser les bilans c’est dire les crédits Banque Centrales et les passifs des gouvernements.

Les discussions sur les capacité d’endettement supplémentaires des gouvernements se retrouvent sous une forme dissimulée dans les débats sur le chartalisme ou encore la MMT, qui ne sont que des formes de monétisation des dettes, c’est dire des formes de fabrication de fausse monnaie.

Regardez ci dessous; les dettes des gouvernements on commencé à prendre le relais en 2008 et ici elles deviennent stratosphériques, ligne rouge. Ce qui est vrai pour les USA est vrai de façon aggravée partout.

Si maintenant vous passez au graphique suivant, en dessous, vous voyez l’évolution du seul vrai critère non manipulable, non truqué  représentatif de la croissance économique, la consommation d ‘électricité.

Observez la cassure intervenue en 2008!

De plus en plus de dettes, de plus en plus de remontée des dettes sur les gouvernements et de moins en moins de production de richesse.

Hat Tip  graphiques : Peter Schmidt

3 réflexions sur “Essai. Nous surendettons le coeur, le Centre du système. Le bout du rouleau.

  1. Bonjour,

    Merci pour cet article éclairant.

    Cependant, le graphique de la conso électrique n’est plus disponible (erreur 410 « gone »).

    Peut être avez vous une source alternative pour cette donnée?

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s