Editorial: en route pour la catastrophe man-made. Nous seront victime une fois de plus de la complaisance. Votre confiance est mal placée.

Personne n’a osé cuisiner  Bernanke  et exigé qu’il réponse à la question: pourquoi n’avez vous  pas vu arriver la Grande Crise financière -GFC1-.

Ben Bernanke a par la suite  osé se vanter d’avoir sauvé le monde .

Lui et ses complices: « we saved the world! »

Bernanke avait écarté la notion même d’une panique monétaire mondiale.

Même après que la crise ait  commencé à montrer des signes évidents de gravité extrème, il les a ignorés en assénant  le maintenant célèbre:  « le  subprime est  contenu ». Peu avant il avait nié la possibilité d’une bulle immobilière.

Voici la réponse apportée par Bernanke seulement deux semaines avant l’effondrement des taux à la borne inférieure du zéro en décembre 2008:

« Moi et d’autres nous nous sommes trompés au début en disant que la crise des subprimes serait contenue. La relation de cause à effet entre le problème du logement et le vaste système financier était très complexe et difficile à prévoir« .

Ecoutons Ronald Coase, prix Nobel:

« Ces universitaires ne parlent que du charabia parce qu’ils ont renoncé depuis longtemps à essayer de comprendre l’économie réelle dans la poursuite de la quantification des licornes et des moulins à vent« .

***

Les responsables de la conduite des affaires ne cessent de se tromper et de nous tromper. Ils éludent leur responsabilité dans la survenue des évènements négatifs. Encore heureux quelquefois qu’ils ne nous les imputent pas!

Encore que… si on les écoute, on sent bien qu’en filigrane, à mots couverts ils suggérent que nous sommes en partie responsables de tout ce qui nous arrive.

Ainsi certains osent suggérer que nous ne consommerions pas assez, que nous aurions un excès d’épargne et que c’est pour ces raisons que nos économies ne tournent pas rond et que l’inflation n’est pas assez forte. Il ne leur vient pas à l’idée que si on a besoin de plus d’inflation c’est pour euthanasier/neutraliser  l’excès de dettes qu’ eux, créent, produisent à longueur de décennies.

Ah les braves gens. Bientot ils vont nous accuser de produire du Co2 en respirant!

Nous sommes gérés, commandés par des imposteurs. Ils se vantent de faux savoirs, de théories  non vérifiées, de signes mathématiques cabbalisitiques qui, lorsque vous y regardez de plus près sont des tautologies: on n’y retrouve que ce que l’on y met.

Mais ces gens bénéficient de l’ignorance des sôts et corrompus  qui constituent la population des médias, ils bénéficient de la complicité des gouvernements car ils  fournissent le pognon de leur largesses démagogiques et bien sur ils sont encensés par la communauté spéculative car ils la gavent de plus values sans risque tombées du ciel des printing press digitales.

On pourrait s’étonner de l’attitude des gens qui sont supposés être de gauche; comment peuvent-ils passer à côté de ces situations/gestions  scandaleuses  dans lesquelles une minorité déja riche s’enrichit encore plus sans rien faire, sans prendre de risque, sans miser de véritable argent, sans même  financer les investissements  productifs? Comment ne s’indignent ils pas de l’élargissement sans fin du gouffre des inégalités?

D’abord parce qu’il n’y a plus de vraie gauche depuis que la référence marxiste a été discréditée par le socialisme réel et ensuite parce que les gauches ont traditionnellemnt une position favorable à l’inflation, c’est leur alliée.

Les gauches  adorent l’inflation, c’est culturel et c’est hérité du passé.

Par construction les gauches dépensent plus qu’elles n’osent prélever, donc elles sont obligées toujours de recourir au déficits, aux dettes et donc à la dérive monétaire; les gauches aiment ce dont elles ne peuvent se passer; l’illusion du crédit et de la monnaie.

Les gauches , ou plutot les élus  de gauche  car il ne faut pas confondre les élus avec ceux qui les manipulent ou encore avec la base, les gauches  croient que les riches ont de l’argent et que l’inflation les pénalise: c’est faux les riches n’ont pas d’argent ils ont des dettes et des biens réels, ce sont les pauvres qui ont de la monnaie.

Quand on dit qu’il faut fabriquer de l’inflation on ne dit rien d ‘autre que ceci: il ne faut pas que les pauvres puissent maintenir la valeur de leur épargne; il faut que les riches voient en continu, leurs dettes s’alléger.

A notre époque toutes les gauches sont fabiennes, c’est à dire qu’elle sont ralliées aux idéologies imposées par les ultra-riches, celles qui favorisent  la mise en place de sociétés à deux vitesses, sans classes moyennes.

La gauche fabienne c’est celle qui, inspirée de la philosophie du grand conservateur qu’était  Keynes a mis en pratique ses découvertes pour, grace à des subterfuges permettent de dépasser les contradictions du capitalisme et en particulier  celle de la suraccumulation qui entraine l’érosion inéluctable du taux de profitabilité. Keynes permet par ses découvertes sur les moyens de lutter contre le chomage, de créer de la fausse demande et du faux profit ; voila sa découverte et elle permet en effet de lutter contre les crises.

Elle promet de reproduire et prolonger le système en le divisant en deux sous systèmes.

Deux sous systèmes coexistent:

-Le marché pseudo libéral qui met en concurrence les travailleurs entre eux afin  de faire baisser les salaires et hausser le taux d’exploitation ,

-mais le socialisme pour les riches et ultra-riches afin qu’ils fassent leur plein grace à la finance.

Le socialisme fabien, qui est en fait de plus en plus notre régime économico-social, repose sur la maitrise par les élites de l’outil monétaire et bancaire puisque c’est cet outil qui bonifie la plus value, économise le capital car on le complète par la dette, multiplie le profit par le levier et permet de prendre le maximum de risque puisque le risque  est couvert/assuré  par le couple Banque Centrale/Trésor Public, c’est à dire la collectivité.

Le « capitalisme monopolistique d’état crony de copains et coquins et de banque centrale réunis« , ce capitalisme c’est le capitalisme fabien.

C’est le capitalisme qui prétend réaliser la fin de l’Histoire.

Il est prométhéen car il prétend rivaliser avec les dieux, il prétend qu’il n’y a pas  de limite à son pouvoir, il fait croire que l’accumulation du capital peut-être infinie, sans limite et sans contradiction, que tous les conflits peuvent être résolus par la manipulation des signes qu’ils  soient de la monnaie ou de la Communciation.

C’est un système faustien, diabolique qui a vendu son âme au diable pour repousser les limites de l’humain… à son profit et sur le dos des autres.

C’est un système scélérat dans lequel les  uns se coltinent le poids du réel et les autres s’envoient en l’air, dans les nuages de l’imaginaire. Dans les bulles. Car je soutiens que le système des bulles dépasse très largement la sphère financière. En particuler il y a une bulle de crédibilité des élites, une bulle de confiance. Ils, les élites, et leurs alliés nous gouvernent et nous dominent d’un façon générale  par le système des bulles. Ce qui est une autre façon de dire ce que je dis habituellement, à savoir qu’ils nous font vivre dans un monde imaginaire.

Je propose une autre définition, un élargissement de la notion d’exploitation qui dépasse largement celle qui découlait des découvertes marxistes et qui faisaient des prolétaires les damnés de la terre. Ici dans ce  système radicalement faustien, les damnés de la terre, ce sont tous les autres, tous ceux qui n’en croquent pas, qui ne participent  pas à la grande fête des élites.

Ce n’est pas seulement le travail des damnés de la terre que l’on exploite mais leur vie même, le sens de  leur vie, sens dont on les dépossède, car ils sont utiles même quand ils ne produisent pas puisqu’ ils consomment et reproduisent la demande qui fait tourner la machine qui secrète le profit pour les ploutocrates, et valide leurs dettes.

Le sinistre Bruno Le Maire engageait les Français il y a quelques jours à consommer, à ne pas épargenr, vous comprenez  pourquoi?

Pour faire rouler la bicyclette ! Il faut que les masses consomment, se précarisent, acceptent de se démunir, tirent la charrue, fassent touner la roue du puits afin que le crédit dont vivent  les riches  et ultra riches ne se révèlent pas être ce qu’il est irrecouvrable.

Il ne faut pas qu’il soit révélé que ce capital des créanciers est un capital fictif. Ce qui en passant est la vraie raison , keynésienne pour laquelle un jour il y aura le revenu universel: pour valider les dettes des riches.

Les gouvernements et les banques centrales  nous vendent actuellement la salade de la reprise économique qui va résoudre tous les problèmes, y compris celui de la montagne de dettes qui s’est accumulé.

Surtout ne les croyez pas, la reprise  sera encore plus médiocre que celle qui a suivie la crise de 2008: tout est plus grave, au carré, au cube. Les obstacles à la reprise auto-entretenue sont colossaux.

Il n’y a qu’une hypothèse qui permettrait d’envisager une reprise forte, une reprise en « V », c’est l’hypothèse ou délibérément les autorités joueraient cyniquemement le dérapage de l’inflation, mais cette hypothèse qui certes est envisageable, est peu probable à ce stade, il est trop tôt pour qu’il soit déja trop tard.  Les autorités n’ont pas encore intérêt à jouer la politique du pire. Les autorités vont tenter  de refaire un tour du manège  enchanté .

Il ne peut y avoir de reprise en « V »; sauf à courir le risque du dérapage, mais il est trop tot pour cela.

Image

Personne ne  conteste la parole des autorités, personne ne leur porte la contradiction. C’est de cette absence de contradicution que viendra le drame. C’est parce qu’on les aura laissé faire que se produira le drame, je pèse  mes mots, je dis bien le drame. La catastrophe man-made.

Nous seront victimes de la complaisance, de la pensée de groupe. Comme en 2008, en magnifié!

 

 

Image

 

 

Une réflexion sur “Editorial: en route pour la catastrophe man-made. Nous seront victime une fois de plus de la complaisance. Votre confiance est mal placée.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s