Editorial. La dislocation du COVID sera avec nous pendant un certain temps. La destruction du système est forte, étendue, car tout le système est pourri et fragilisé

Hommage à Albert Camus:

« Le mal qui est dans le monde vient presque toujours de l’ignorance, et la bonne volonté peut faire autant de dégâts que la méchanceté si elle n’est pas éclairée. » Albert Camus

La dislocation du COVID sera avec nous pendant un certain temps.

La récupération tant vantée en forme de  «V» est improbable.

Pour simplifier, un scénario en forme de  «w» a une probabilité bien plus élevée. Après un effondrement aussi brutal et extraordinaire de l’activité économique, un rebond décent est pratiquement assuré. Et c’est ce que nous constations, mais il ne veut rien, absolument rien dire quand à ce qui va se passer à l’avenir, le rebond est mécanique.

Des millions de personnes retourneront au travail après des fermetures temporaires dans une partie substantielle de l’économie en particulier des services. Il y aurait une demande réprimée, latente, en particulier pour les gros achats  et pour l’automobiles.

Avec les quantités incroyables de liquidités déversées, et avec le potentiel de rachat  des ventes à découvert, on a assuré une puissance de feu plus que suffisante pour alimenter un rallye. La  reprise des actions  et la stabilisation obligataire évitent les enchainements cumulatifs, en boule de neige, négatifs, sur les marchés

Mais le réel est là et il est ce qu’il est: la destruction du système est forte, étendue, car tout le système a été pourri et fragilisé par le levier,  les endettements excessifs auxquels on a eu recours pour faire apparaître des profits fictifs tout au long de ces dernières années.

La chute de l’activité intervient sur un corps économique fragilisé par la décapitalisation. C’est un phénomène auquel les zozos des banques centrales n’ont pas porté attention alors qu’ils ont alimenté cette décapitalisation par l’appât de dettes gratuites.

Je suis quasi le seul à en parler, mais le capital de nos systèmes est usé! Il ne peut assurer sa fonction d’assurance face aux risques et cette assurance c’est la Banque Centrale et le Trésor qui doivent l’assumer!

Des dizaines et des dizaines d’entreprises ne survivront pas et des millions de pertes d’emplois se révéleront permanentes. Les consommateurs craintifs ont modifié durablement leurs habitudes de dépenses, et nombre de petites entreprises ont réduit leurs effectifs.

Des tonnes de mesures de relance budgétaire seront consumées avec une rapidité qui surprendra tout le monde. Elles vont masquer le besoin de destruction, mais celui-ci va s’enraciner en profondeur avec une ampleur et à une échelle bien au-delà de la dernière crise.

N’en déplaise à la Chouette Lagarde ou à Trump, la dislocation du COVID sera avec nous pendant un certain temps. Il est surprenant que nous n’ayons pas bénéficié  au moins d’un certain répit au cours de l’été. C’est inquietant pour la rentrée, en septembre et octobre.

Ce qui est également inquiétant, c’est la courte vue des gouvernants qui ne semblent pas avoir compris à quel point nos tissus sociaux, économiques et politiques étaient en mauvais état. La pandémie est socialement aggravée par la faiblesse de la situation bilantielle des entreprises, par le faible consensus  au sein de nos systèmes.

À ce stade, il est clair que beaucoup de nations n’ont pas abordé la pandémie et ses risques avec le sérieux, l’urgence et la résolution suffisantes. C’est clair aux USA, mais aussi en France où on se souvient qu’en pleine montée de la crise le Président a essayé d’inciter les citoyens à sortir,  à aller dans les espaces confinés, comme les théâtres, et a nié l’utilité du port du masque! Trump n’a pas fait mieux.

Mon idée est que tous les grands pays ont un problème de leadership.

Les chefs des grands pays industrialisés ne sont, en général, pas à la hauteur des défis terribles qui nous sont proposés, défis sanitaires, économiques, financiers et sociaux.

Les leaders sont dépassés par les besoins en compétence que réclamerait un système aussi complexe; c’est le developpement inégal.

Je crains que le succès apparent obtenu en matière financière et monétaire ne soit un piège, pire un poison. Certes par la débauche monétaire et les largesses budgétaires, l’hémorragie financière a été stoppée, mais le prix de ce succès va être très élevé.

Ces trillions  d’argent largués par les banques centrales  peuvent certainement faire « couler le jus spéculatif ». Cet argent n’est pas utilisé comme il le faudrait, au contraire!

Cet «argent» -argent bidon-  soutient les marchés et renfloue les spéculateurs au lieu d’être utilisé pour  la  réduction des risques et le désendettement. Les animal spirits sont à nouveau excités au maximum; les marchés mondiaux restent dominés par l’esprit de jeu.

Lorsque les marchés repartiront à la baisse, il y aura  un potentiel évident de panique, de déstabilisation et dislocation. A la puissance 2 ou 4!

Je m’attends à des choses pas très jolies sur  les produits dérivés.

Ce futur et inéluctable épisode de révulsion nécessitera bien sûr des mesures supplémentaires de soutien de la Fed et de ses consoeurs.

Comme je l’ai signalé, le Smart Money a perdu confiance et les gourous les plus réputés ne cachent plus leur réticence à participer à ces excès terminaux et ils se préparent, me semble-t-il, à ce que de nouveaux chapitres de notre histoire financière soient écrits.

Je vous livre ci-dessous le texte prémonitoire écrit samedi dernier alors que les élites, envers et contre toute évidence, criaient victoire pour vous influencer. Ce qui est décrit ci-dessous reste valable; il vous suffirait d’actualiser les chiffres… en pire.

La pandémie s’aggrave.

Les opinions publiques fabriquées par les Pouvoirs, par les milieux économiques, par les médias aux ordres dissimulent ce phénomène.

Je ne suis pas alarmiste, mais les informations objectives collectées vont dans le même sens: il y a une nette aggravation de la situation mondiale au moment même où les efforts de maîtrise de l’épidémie se réduisent.

Lisez ceci et ne faites pas comme Trump et les imbéciles plus ou moins complotistes qui doutent de tout et de son contraire: il y a aggravation, diffusion et élargissement de la pandémie.

Ensuite, vous pensez et faites ce que vous voulez, en fonction de vos choix personnels, mais, au moins, croyez les informations qui sont données et adaptez-vous.

Il y a plus que rechute, il y a diffusion.

Les pouvoirs mentent car ils sont affolés, tétanisés, à l’image de Trump ou Macron, ils voient leur soutien dans l’opinion s’évanouir au fur et à mesure que les économies se dégradent. Ils ont peur du jugement des électeurs et même peur des tribunaux qui pourraient les mettre en cause pour leur gestion défaillante.

Ces gens partagent l’idéologie des élites selon laquelle, le réel ne compte pas, «perception is all», seules les perceptions comptent, ce qui n’est pas perçu n’existe pas. Et donc si on ment, si on cache, alors il ne se passe rien!

Hélas, en de nombreuses matières, les perceptions sont secondaires et c’est le poids du réel qui compte et c’est le cas en matière de santé.

Lisez ceci, attentivement, et toute la suite bien sûr.

19 juin – New York Times: «L’Organisation mondiale de la santé a émis un avertissement brutal vendredi; elle affirme  que la pandémie de coronavirus s’accélère, et elle a noté que jeudi était une journée record de nouveaux cas – plus de 150 000 dans le monde.

« Le monde est dans une nouvelle phase dangereuse », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général du W.H.O.

«Beaucoup de gens en ont assez d’être à la maison. Les pays sont naturellement désireux d’ouvrir leurs sociétés et leurs économies. Mais le virus continue de se propager rapidement. Il est toujours mortel, et la plupart des gens sont toujours sensibles. »

Si l’épidémie a été définie très tôt par une série d’épicentres changeants – y compris Wuhan, Chine; L’Iran; Italie du Nord; Espagne; et New York – elle est maintenant caractérisée  par sa portée large et croissante.

Selon une base de données du Times, 81 pays ont vu une augmentation du nombre de nouveaux cas au cours des deux dernières semaines, tandis que 36 seulement ont enregistré une baisse.

Le Dr Tedros a déclaré que près de la moitié des nouveaux cas signalés jeudi provenaient des Amériques. De grands nombres de cas sont également signalés en Afrique, en Asie du Sud et au Moyen-Orient. »

 

12 juin – Reuters : «Un quartier de Pékin s’est mis sur le pied  de guerre.  La capitale a interdit le tourisme et les événements sportifs samedi après qu’un groupe de nouvelles infections au coronavirus centrées autour d’un marché de gros ait fait craindre une nouvelle vague de COVID-19… « Conformément au principe de mise en  sécurité des masses  nous avons adopté des mesures de verrouillage pour le marché de Xinfadi et les quartiers environnants », a déclaré Chu.  »

14 juin – Financial Times: «Au cours du week-end, les autorités ont fermé le marché de Xinfadi, un vaste complexe qui fournit la plupart des fruits de mer, des fruits et des légumes frais de Pékin. Plusieurs complexes résidentiels du côté ouest de la ville ont été fermés  et plus de 100 personnes ont été mises en quarantaine… La Chine a adopté une position de «tolérance zéro» à l’égard de nouveaux cas. Les zones qui présentent de nouveaux cas ont été rapidement verrouillées, piégeant souvent des millions de personnes. »

19 juin – CNN : «En quelques jours, la métropole de plus de 20 millions de personnes a été mise sous verrouillage partiel. Les autorités ont réintroduit les mesures restrictives utilisées plus tôt pour lutter contre la première vague d’infections, fermant les quartiers résidentiels, fermant les écoles et empêchant des centaines de milliers de personnes jugées à risque de quitter la ville. »

La Chine aurait mobilisé sa force de recherche des infections de 100 000 personnes. Plus de 1,1 million de tests ont été administrés à Pékin au cours de la semaine dernière.

UK Guardian : «Les autorités ont ordonné à tous les résidents d’éviter les voyages non essentiels en dehors de la capitale et ont suspendu des centaines de vols et tous les bus longue distance. D’autres villes et provinces ont commencé à imposer des mesures de quarantaine aux voyageurs en provenance de Pékin… «Tout le monde a peur. Personne ne veut que cela se produise », explique Zhang, attendant dans la file d’attente près du parc Chaoyang.»

19 juin – CNBC: «Le conseiller en santé de la Maison-Blanche, le Dr Anthony Fauci, a déclaré vendredi qu’il était frustré que les Américains ne suivent pas les recommandations de santé recommandées pour empêcher la propagation du coronavirus. « De toute évidence, nous n’avons pas réussi à amener le public dans son ensemble à répondre de manière uniforme et sensée  à une situation scientifique, sanitaire et médicale inquiétante « , a déclaré Fauci, directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses, à CBS News … «Et c’est malheureux. Et c’est frustrant. »»
Les cas positifs de COVID en Floride ont bondi à 3 822 vendredi, soit près de 20% de plus que le nombre record d’infections de la veille (3 207).

CNBC: «Plus tôt cette semaine, le gouverneur républicain Ron DeSantis a déclaré que l’État ne réintroduirait  pas les restrictions ou ne retarderait pas sa réouverture. «Nous ne fermons pas. Nous allons continuer. … Nous ne reculons pas », a déclaré mardi le gouverneur lors d’une conférence de presse. «Il faut que la société fonctionne.» »Cette semaine a marqué un bond notable du pourcentage de résultats positifs, entre 10 et 12% étant positifs mardi, mercredi et jeudi , contre moins de 5% en début de mois.

Les nouveaux cas en Californie ont bondi pendant  trois jours consécutifs pour atteindre 4 317, soit la plus forte augmentation enregistrée à ce jour, dépassant 4 000 pour la première fois . Les hospitalisations ont également atteint un nouveau sommet.

Politico: « Le gouverneur de la Californie, Gavin Newsom, a annoncé jeudi qu’il exigerait le port des masques dans la plupart des lieux publics de l’État dans le but de ralentir la propagation de Covid-19 alors que l’État atteint toujours des records quotidiens de nouvelles infections. »

L‘Arizona a annoncé 3 246 nouveaux cas vendredi – environ 30% de plus que le précédent record de 2 519 enregistré jeudi. Avant juin, l’Arizona n’a signalé que deux jours de nouvelles infections au-dessus de 500. Au début de ce mois, 1000 premiers jours d’infection ont été enregistrés.

KVOA: « Depuis le 2 juin, le pourcentage [de résultats positifs] est remonté de 5,7% à 7,8%. » Selon  l’épidémiologiste de Harvard Feigl-Ding : «L’Arizona est actuellement le pire territoire . En termes par habitant, en moyenne sur 7 jours, l’Arizona compte 212 cas par million d’habitants et l’Arizona se classe au premier rang. » Apparemment, 20% des tests COVID en Arizona sont revenus positifs jeudi.
Le Texas a signalé 3 516 nouvelles infections jeudi, 12% au-dessus du sommet précédent de mercredi (3 129). Le nombre total d’infections a dépassé 100 000, les hospitalisations ayant augmenté pendant huit jours consécutifs.

Community Impact: «Au cours des deux dernières semaines, les hôpitaux affiliés au Texas Medical Center ont vu leur nombre de patients COVID-19 augmenter à 883 au 18 juin, une augmentation de 41% en deux semaines… Le bond des hospitalisations au centre médical survient alors que  la région du Grand Houston a connu un afflux de nouveaux cas de COVID… »Les hospitalisations de Covid dans le comté de Dallas ont également augmenté de 40% en deux semaines.

Brownsville Herald: «À Austin et dans le comté de Travis, les autorités sanitaires ont déclaré plus tôt cette semaine que la transmission communautaire était désormais très répandue dans la région. Le défi est élevé car  de nombreuses personnes testées positives ont visité de nombreux endroits différents, ce qui rend le site d’infection précis  «  difficile à localiser   » a déclaré Mark Escott, directeur médical par intérim d’Austin Public Health et autorité sanitaire.

Vendredi, les nouveaux cas en Caroline du Sud ont dépassé le record de jeudi de 5% à 1 018. Le nombre total de cas a atteint 22 608. Jeudi, l’Oklahoma a signalé un record de 450 nouvelles infections positives.

19 juin – Bloomberg: «Le Brésil a dépassé le million d’infections à coronavirus, c’est le deuxième pays à atteindre ce niveau,  la maladie ne montre aucun signe de ralentissement dans le plus grand pays d’Amérique latine des mois après l’enregistrement des premiers cas. Vendredi, le pays a enregistré un record de 54 771 cas, portant le total à 1 032 913. Les données compilées par les États brésiliens ont également fait état de 1 206 morts, portant le bilan à 48 954. Dans les deux cas, le Brésil suit les États-Unis, qui en comptaient 2 206 333 vendredi.

L’Inde a signalé un record de 14 574 nouveaux cas vendredi.

Pékin déclare  la «guerre» avec une épidémie de 100 cas.

Vendredi, les États-Unis ont signalé 33 000 nouvelles infections, c’est la plus forte augmentation en semaines. Les espoirs  que l’ épidémie suivrait la voie de l’Italie, de l’Espagne et de l’Allemagne étaient beaucoup trop optimistes. La « courbe » américaine n’a non seulement pas diminué comme prévu, mais  elle est en train de monter.

L’ancien commissaire de la FDA, le Dr Scott Gottlieb, a posé la question jeudi sur CNBC: «Pouvons-nous empêcher que cela ne devienne incontrôlable. C’est un virus qui tend à  infecter une très grande partie de la population. »

La pandémie s’aggrave et surtout les risques progressent.

Quelle que soit l’attitude des politiciens, les conséquences vont être lourdes.

Partout le retour à la normale va être  reporté. Les consommateurs vont hésiter à s’aventurer loin de chez eux. La reprise des entreprises sera retardée. Le chomage va rester stratosphérique.  Les problèmes du crédit vont se multiplier en chaîne.

En clair, cela signifie que les prévisions actuelles sont trop optimistes. Que les mesures de soutien sont insuffisantes et que les séquelles seront bien plus lourdes.

La faiblesse mondiale garantit que la Fed, la BOJ, la BCE, et beaucoup d’autres continuent d’inonder les marchés mondiaux de liquidités. Ce sera la  répétition du début de l’année: un COVID renaissant garantit  une période prolongée de relance budgétaire et monétaire massive.

De nouveaux déséquilibres entre la sphère financière et la sphère réelle vont se creuser, déséquilibres qui vont s’ajouter aux précédents. Nos sociétés vont continuer de se fracturer, de s’émietter.

Le coût de retour à la normale sera tel que bien entendu, il sera inenvisageable. Cela n’empêchera pas les élites, inconscientes et à courte vue, de tenter de refaire un tour, de prolonger aux prix de fractures/factures de plus en plus lourdes et profondes… nous sommes dans la Grande Aventure.

Ce sont les fondements de nos sociétés que l’incurie des élites va mettre en jeu.

Leurs faux remèdes vont dynamiter notre ordre/ (des)ordre social.

 

 

 

2 réflexions sur “Editorial. La dislocation du COVID sera avec nous pendant un certain temps. La destruction du système est forte, étendue, car tout le système est pourri et fragilisé

    1. Ordo ab chao.
      Il est bien évident que le coronavirus est un déclencheur des transformations futures.
      Ils testent votre docilité :
      – Vous portez bien le masque dehors et restez à un mètre les uns des autres !
      Tu vois les gens au journal du 20H faire des randonnées en montagne avec leurs masques.
      Vous êtes de merveilleux cobayes pour le transhumanise de demain.
      Pendant ce temps là, ils laminent votre petit capital durement gagné !
      Bah oui !
      Une bonne dictature c’est de la pauvreté sur de la dette avec un bon LBD si ça bouge.
      Et puis si vous êtes récalcitrants, on va vous mettre en quarantaine car il ne faut pas contaminer les autres.
       » Personne n’entreras dans le nouveau monde s’il ne subit pas une initiation luciférienne. »
      David Spangler, responsable des initiatives planétaires aux nations unies.
      Et n’oubliez pas de bien mettre les deux élastiques du masque derrière les deux oreilles !

      Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s