Humeur : La question de la légitimité des politiques monétaires se pose. Ce n’est que le début.

Powell vient de declarer que la politique monétaire j’aggrave pas els inégalités.

C’est un menteur, un triste menteur et ceci n’améliore pas sa crédibilité.

Les élus américains le cuisinent régulièrement sur les effets nocifs des politiques monétaires; les élus ne sont pas très intelligents mais derrière eux il y a des intellectuels, des économistes, des statisticiens qui alimentent leurs questions et ceci Powell l’oublie. Il n’évitera pas le débat par des réponses dilatoires. Sheila Blair, personnalité de haut niveau a lancé ce thème il y a quelques jours et je suis persuadé qu’il va prendre de l’ampleur.

Derrière les élus, il y a des non pas de médiocres assistants , mais des gens de très haut niveau!

Par exemple des gens comme Hussman étudient et mettent en forme des des études, des questions, des arguments pour les élus et beaucoup  d’autres encore. On ne les leurre pas puisqu’ils sont beaucoup plus compétents et désintéresés que la Fed, l’Adminsitration et les politiciens.

Les politiques monétaires ne sont pas neutres. Ce sont des politiques que je qualifie de « classe » , elles profitent aux catégories sociales qui sont déja les plus riches puisque ce sont elles qui détiennent l’essentiel des portefeuilles boursiers.

Par ailleurs quand la Fed achète des dettes pourries au gens qui les détiennent et ainsi les empêche de perdre en capital,  elle leur fait des cadeaux tombés du ciel avec l’argent des contribuables, c’est la négation du capitalisme: certains prenent des risques et achètent de la pourriture pour gagner plus, mais quand le risque se présente au lieu de les laisser perdre on leur fait un cadeau.

Cadeau d’ailleurs illégal, mais c’est une autre affaire!

Les politiques monétaires  octroient aux deja riches « un enrichissement tombé du ciel » qui les enrichit considérablement depuis 11 ans. C’est un enrichissement qui n’a rien à voir avec leur travail, innovation  ou compétence , il n’a à voir qu’avec la guerre contre la crise. Donc c’est un profit de guerre et à ce titre il est « profit sans cause », il doit revenir en partie significative à la collectivité. C’est ce que l’on fait lors des guerres , les vraies.

Donner un pouvoir d’achat tombé du ciel à quelqu’un, c’est lui donner un pouvoir de prélever sur la richesse et sur la production mondiale sans contrepartie. Ce  qui dilue le pouvoir de prélèvement des autres. La quantité de richesse dans le monde étant limitée, l’enrichissement indu des uns réduit la part des autres.

C’est l’effet Cantillon de dilution  appliqué aux quasi monnaies et aux actifs fianciers. Quand la masse des actifs financiers se valorise, elle dilue le pouvoir d’achat de ceux qui n’ont pas d’actifs financiers.

Regardez cette remarque du meilleur journaliste specialiste des marchés chez Die Welt, il voit juste!

Bonjour de d’Allemagne, où l’inflation n’est pas dans les prix des biens et services, mais dans les prix des actifs. L’employé moyen (avec un salaire horaire de 21,92 €) doit actuellement travailler en moyenne 562 heures pour s’offrir 1 part de Dax, presque 3 fois plus qu’il y a 20 ans.

 

 

Hussman:

A) 80% des titres sont détenus par les 10% les plus riches.
B) Des mesures d’évaluation fiables (y compris la capitalisation boursière / PIB) sont aux niveaux les plus extrêmes de l’histoire.
C) Des évaluations de titres élevées confèrent aux riches un pouvoir d’achat dont ces 10% ne bénéficieraient pas autrement.

A) 80% of securities are held by the wealthiest 10%. B) Reliable valuation measures (including market cap/GDP) are at the most extreme levels in history. C) Elevated security valuations confer purchasing power that the 10% would not otherwise enjoy.

Non ce ne sont pas les politiques dites libérales qui produisent les inégalités pour la bonne raison que nous ne sommes pas en régime libéral, nous sommes dans un régime de » capitalisme monopolistique d’état de copains et coquins et de banques centrales réunies! »

Rien à voir avec le libéralisme, rien à voir avec le capitalisme productif, nous sommes dans une forme de socialisme pour les riches.

Image

La Fed ne finance pas les entreprises, elle ne favorise pas l’emploi,, non, elle achète des titres sur le marché secondaire qui ne sont même pas dépréciés,  sans garantie ou collatéral ce qui est interdit, et ainsi elle les propulse sur de nouveaux records afin d ‘augemnter encore la fortune de ceux qui les détiennent.

La Fed est désormais le troisième détenteur du plus grand ETF d’obligations de sociétés au monde.

Seuls Bank of America et Fisher Asset Management en possèdent plus.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s