Comment la droite libertarienne entend profiter de la pandémie.

Traduction BB de Quinn Slobodian

Lorsque le coronavirus s’est propagé à travers le monde au début de février,  les différentes nations ont mis en place des dispositifs différents pour traiter la pandémie. Une sorte de compétition s’est installée, en fonction de la capacité de l’etat à faire face a la crise.

Quel pays avait l’autorité, les fournitures et l’expertise pour «aplatir  la courbe»?

Le bilan de la compétition  a été  marqué  en nombre de cas et en chiffres de décès.

Bien que l’accent ait été mis ces derniers mois sur les organismes centraux fournissant des prévisions et des mesures de quarantaine, les autorités locales ont  joué un rôle de premier plan pendant la pandémie.

Les maires chinois, les gouverneurs américains et les ministres en chef indiens ont coordonné les réponses locales, prenant leur responsabilité face aux  populations et même supplantant  les politiciens nationaux.

La plupart des gens interpreteraient  la pandémie comme un signe que les populations et les États-nations devraient se regrouper, et pour que les gens «en tête de cordée» tirent encore plus fort et entrainent l’ensemble , pour utiliser la métaphore de Macron.

Mais il y en a d’autres qui voient les choses différemment.

Ils analyse les  opportunités de la crise comme une possibilité de surfer sur la vague de la pandémie vers  un nouvel avenir, où le virus au lieu d’unifier et de mondialiser briserait  la carte du monde – et saperait le pouvoir des États-nations démocratiques.

Bien que l’économie de l’Amérique du Nord rouvre progressivement, le virus continue de sévir dans sa population. À quoi ressemblera la reprise économique au milieu d’une pandémie?

Les conseillers économiques du président ont quelques idées.

Dans une analyse publiée fin avril, Arthur Laffer et Stephen Moore, deux des plus proches confidents économiques de Trump et auteurs du livre sur «Trumponomics», ont prédit que les États démocratiques «bleus» seraient plus lents que les États «rouges» à récupérer, à cause de ce qu’ils considéraient comme leurs excés de réglementations et de taxes.

Leur analyse divise la carte des États-Unis en États «retardataires anti-croissance» et États «dynamique de croissance».

Les premiers ont un salaire minimum, des lois pro-syndicales et l’impôt sur le revenu de l’État.

Les derniers sont exempts de telles réglementations.

Dans le mode du capitalisme de catastrophe, l’analyse de Laffer et Moore semble voir dans la pandémie  un moyen d’obliger les États «anti-croissance» à adopter des taux d’imposition toujours plus bas afin d’attirer le capital mobile et la main-d’œuvre. Ils suggèrent que ceux qui résistent ne seront pas renfloués par la redistribution du gouvernement central, il les laissera  végéter  dans une dépression économique méritée.

L’effet rappelle le darwinisme social, appliqué comme philosophie du gouvernement.

« Nous entrons dans un environnement fractal », a récemment déclaré Srinivasan lors d’un sommet virtuel organisé par la Startup Societies Foundation, « dans lequel le virus brise les états centralisés ».

Le virus ne s’arrête pas à la frontière, le processus de fragmentation non plus. Alors que les régions se ferment pour empêcher la contagion, «vous pouvez vous déplacer  au niveau de l’État, voire de la ville ou du comté», a observé Srinivasan. Il note que tout État ou le virus n’a pas été mis  sous contrôle «devra faire  face à des défections» La  compétition sera intensifiée pour les talents et le capital.

Une fois la pandémie passée, «les nations vont devenir des vendeurs et des entrepreneurs efficaces et les individus  relativement mobiles seront candidats pour déménager », a-t-il prédit. Une compétition pour attirer les gens se developera.

Il est facile d’imaginer qu’une une race particulière d’investisseurs pourra voir cette pandémie comme une opportunité qui va accélérer les tendances existantes.

Les attachements lâches que les investisseurs ressentent envers telle ou telle nation vont devenir encore plus lâches au fur et à mesure que le capital devient plus mobile, et un processus de tri va séparera les quelques nations productives des nombreuses autres.

Les États qui ne correspondent pas aux exigences de cette classe d’investisseurs seront affamés par l’expatriation volontaire des riches, avec leurs atouts et leurs capacités d’entrainement.

Si vous supposez que ce n’est qu’une vision pessimiste, vous vous trompez.

En fait, elle s’accorde avec une idéologie de longue date que Srinivasan partage avec un groupe de capital-risqueurs et d’entrepreneurs dont les  vues sont similaires.

Ils souscrivent à des variantes de la philosophie libertaire radicale connue sous le nom d ‘«anarcho-capitalisme». L’idée à la base est qu’une classe riche d’investisseurs et d’entrepreneurs devrait être libre de quitter les États-nations et de former de nouvelles communautés dont les membres peuvent choisir les règles (et les lois fiscales) qui les régissent – comme si ces règles étaient des produits sur un étagère de magasin.

Pour les libertaires qui partageant ces idées, les zones codées par couleur utilisées en santé publique pour contrôler le virus sont le modèle d’une nouvelle économie politique.

Depuis que Srinivasan a commencé à discuter du cadre, des zones à code couleur ont été déployées pour contrôler le virus en Malaisie, en Indonésie, en Italie du Nord et en France.

la stratégie a également été considérée comme un modèle de confinement biologique à la Maison Blanche début avril.

Début mai, l’Inde a divisé ses 1,3 milliard d’habitants en un patchwork de zones vertes, jaunes et rouges, avec des libertés et des restrictions différentes en fonction de chacune.

Le schéma en  zones rouge/vert a déjà été retenu par  les stratéges des investisseurs mondiaux.

En avril, Henley & Partners, le courtier de la citoyenneté mondiale, a publié son classement annuel des passeports nationaux pour les investisseurs mobiles et a prédit que le coronavirus déclencherait un changement radical dans la mobilité mondiale.

Sa principale source prévoit que «à mesure que le rideau se lèvera, les gens chercheront à passer de« zones rouges »mal gouvernées et mal préparées à des« zones vertes », ou à des endroits offrant de meilleurs soins médicaux».

Début mai, il a signalé une augmentation de 42% des demandes de nouvelles nationalités par rapport à l’année précédente.

Personne ne peut dire à quoi ressemblera le monde après la pandémie.

Mais ce dont nous pouvons être sûrs, c’est que certains investisseurs semblent déjà placer leurs paris sur une vision de l’avenir où les riches seront libérés des contraintes fiscales.

Les nantis pourraient suivre la récente menace d’Elon Musk de déménager de la Californie pour aller au Texas, votant avec leurs pieds pour des emplacements qui échappent à la fiscalité redistributive.

Dans notre avenir post-pandémique, la fuite vers la sécurité, loin des «zones rouges» contagieuses, pourrait être une sorte de fuite de l’État-nation tel que nous le connaissons.

• Quinn Slobodian est professeur agrégé d’histoire au Wellesley College, États-Unis


https://www.theguardian.com/commentisfree/2020/jun/01/coronavirus-libertarian-right-profit-coronavirus-pandemic

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s