Conseils aux petits entrepreneurs . Le maître mot: fragilisation. Le vrai choc est à venir. Diffusez.

Les PME, TPE exploitations individuelles, artisans, auto entrepreneurs sont dans le trou. Un beau trou bien profond qui a été creusé par l’incurie du pouvoir lequel a décidé le confinement.

Ce pouvoir ne cherche pas votre bien ou votre survie, ce qu’il cherche c’est à publier des chiffres macro-économiques qui vont masquer la réalité de la situation.

Pour cela bien sur comme d’habitude il va vouloir que vous augmentiez vos dettes c’est à dire que vous creusiez un trou plus profond.

Ce qui les intéresse, c’est le global, leur intérêt. Pas le votre. Et leur intéret c’est que cela continue, fut-ce au prix de votre fragilisation actuelle et de votre ruine future.

Leur intérêt aussi c’est la concentration , ils veulent que les gros mangent les petits.

Ils veulent que vous creusiez un trou  plus profond qui vous rendra dependants et ficelés pour l’avenir; les banques ont le même objectif, personne ne pense à  votre bien et à celui de votre famille.

Que faut il faire dans une logique de survie bien comprise?

L’idée de base c’est de ne pas se faire d’illusion et de ne pas parier sur un redressement, encore moins sur la croissance. Il n’y aura pas de reprise en « V », le plus probable est une reprise en « L » en Europe.

Non il faut réequilibrer votre entreprise sur les bases actuelles, il faut la rendre viable sur la base de ce que vous savez et que vous constatez.

Ne faites pas comme Bruno Le Maire qui fait le pari que la croissanc paiera , elle ne paie jamais, mais lui  il a la planche à billets  pour payer, vous, vous ne l’avez pas.

Il faut d’abord survivre en tant que unité économique c’est à dire penser que c’est votre vie sociale qui est en péril.

Ne donnez pas vos biens personnels en gage ou en garantie, surtout pas.

Licenciez le personnel excédentaire, faites ce que vous pouvez faire vous même ou en famille  repliez les voiles, vous les redeploierez plus tard si nécessaire.

Réduisez votre train de vie familial  à l’essentiel pour pouvoir faire le gros dos.

Ne faites pas la bêtise de tricher avec l’Administration ou le fisc, vous serez pendu haut et court sans pitié. Ils ont tous les moyens vous n’en avez aucun.

Utilisez les aides publiques à minima, car ensuite viennent les contrôles.

Coupez tous les investissements, investir c’est un pari sur le futur or on ne parie pas sur un futur incertain ou sur des promesses.

La première des choses est de conserver sa trésorerie

Retenez ceci le pire est à venir. L’addition de la crise sanitaire et financière reste à payer et c’est vous qui la paierez.

Le tissus est devenu tres tres fragile. 

Le nombre de défaillances d’entreprises en France a atteint un niveau historiquement bas au deuxième trimestre grâce aux mesures de soutien mises en place par les pouvoirs publics , mais cette résistance apparente s’accompagne d’une fragilisation préoccupante des PME et ETI de plus de 50 salariés, selon une étude publiée jeudi par le cabinet d’études Altares.

Sur la période avril-juin, 5.766 entreprises ont été placées en redressement ou liquidation judiciaires ou ont fait l’objet d’une procédure de sauvegarde, soit un plongeon global de 53,3% par rapport au printemps 2019, « probablement jamais vu depuis le début des années 1980 », souligne Altares dans un communiqué.

Au total, 10.000 entreprises ont ainsi échappé à la défaillance en comparaison du premier semestre 2019 et « ces chiffres paraissent (…) invraisemblables au regard de la force de la crise » liée au nouveau coronavirus, observe Thierry Millon, directeur des études chez Altares, cité dans le communiqué.

« En réalité, c’est l’aménagement des textes règlementaires qui a permis cette étonnante résistance des entreprises. Sans cette adaptation du droit et l’aide des pouvoirs publics, des dizaines de milliers d’entreprises seraient tombées dès ce deuxième trimestre, beaucoup disposant de moins de trente jours de liquidité pour faire face aux dépenses immédiates », ajoute-t-il.

La tendance globale en trompe-l’oeil ne doit donc pas faire ignorer la situation inquiétante des entreprises de plus de 50 salariés dont le niveau de défaillances croît de 15,7%, souligne Altares en précisant qu’à l’inverse de la réduction de moitié du nombre de défaillances par rapport au printemps 2019, le nombre d’emplois menacés a dans le même temps nettement progressé pour atteindre 43.400 (+ 2.400).

Ce bon du compteur des emplois menacés a notamment été alimenté par les procédures ouvertes au cours des dernières semaines pour des entreprises de taille intermédiaires (ETI), par exemple La Halle, Camaïeu, Celio, Orchestra, ou encore Naf Naf dans le secteur de l’habillement.

Avec une moindre représentation des très petites entreprises (TPE) dans les défaillances au cours des derniers mois par rapport à la situation habituelle, le ratio moyen d’emplois menacés par défaillance est ainsi passé de 3,3 à 7,5 au deuxième trimestre, note Altares.

 

 

Une réflexion sur “Conseils aux petits entrepreneurs . Le maître mot: fragilisation. Le vrai choc est à venir. Diffusez.

  1. Monsieur Bertez,

    ce que vous dites semble juste, mais en contradiction avec les communications mêmes de la banque de france, donc je fais partie de la masse de ceux qui sont perdus, qui travaillent, payent et ne savent plus à quel sein se vouer.

    La TPE qui m’emploie est en train d’acquérir quasi cash avec sa trésorerie un bureau de 80 m² entre Rouen et Paris plutôt que de continuer de payer des loyers.

    Je me demande si ce ne serait pas plus prudent de rester locataires et revoir leur investissement immobilier. ? car risques pour règler charges et salaires ensuite…. ? A mois que ce soit une bonne idée d’investir leur tréso dans de l’immobilier… Pensez-vous que le cash est plus important que l’immo ou le contraire de prime abord ?

    Merci pour vos articles.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s