Billet: Powell est dans la seringue, Powell ment.

Powell ment, non le Covid ne provoque pas de déflation ou désinflation. Il invente une désinflation pour pouvoir continuer à entretenir le Ponzi. Et cela se sait, simplement ce n’est pas encore devenu ce que l’on appelle common knowledge, c’est à dire une connaissance dont tout le monde sait que tout le monde la connait. 

Powell répond maintenant quasi directement aux critiques qui fusent aux Etats Unis sur sa politique. Powell fait de la politique et cela va nuire à sa crédibilité et à celle de l’institution.

La lecture de la presse montre que celle ci est de plus en plus réticente à suivre Powell dans ses délires mensongers. Elle donne de plus en plus souvent la parole aux gourous qui critqiuent la Fed et qui crient au loup sur la mise en  danger du dollar.

Pour se défendre,  Powell  est obligé de s’aventurer loin des bases d’une banque centrale, il a du, il y a quelque temps nier l’évidence à savoir que la politique monétaire est responssable de la formation de bulles, il a du nier l’évidence que la politique monétaire gonfle les inégalités, il  doit maintenant nier l’évidence que la véritable inflation accélère au lieu de baisser. 

Le plus grave c’est que la Fed est obligée de nier une autre évidence importante: si la crise du Covid est aussi dramatique et catastrophique c’est parce qu’elle intervient dans un monde de sur-endettement  à taux bas, à solvabilité pourrie, tout  en levier. Le tout chapeauté par une bourse en folie.

Le monde était au bord du gouffre en Septembre dernier; il avait fallu le remettre sous perfusion monétaire, voila ce que Powell cache. Mais il a tort dans une optique d’efficacité, car seul un bon diagnostic peut être efficace; le charlatanisme est contre productif. Si le diagnosctic n’est pas correct, les actions entreprises  sont inadaptées et au lieu de curer le mal on l’aggrave.

Et c’est ce qu’il fait. Nous étions au bord du gouffre et nous faisont encore quelques pas de plus.

La hausse boursière est une veritable catastrophe sous l’angle de la stabilité financière. Elle rend le système non manoeuvrable.

La statégie de communication de Powell s’articule de la façon suivante:

-dramatiser pour justifier son Ponzi délirant

-faire des appels à la classe politqie pour obtenir un relais d’action budgétaire

-dissimuler les risques provoqués non par le virus mais par les remèdes administrés.

-faire croire qu’il a encore des munitions alors que sa boite à outils est vide 

La Réserve Fédérale a laissé les taux d’intérêt proches de zéro, pariant sur sa stratégie actuelle pour aider à mettre fin à la crise économique américaine, que le président Jerome Powell qualifie de plus grave «de notre vie».

Powell a déclaré mercredi lors d’une conférence de presse que le plus grand ennemi de la reprise américaine était la montée en flèche du taux d’infection à coronavirus dans le pays et les restrictions que de nombreux États sont forcés de réimposer. «Nous avons vu certains signes ces dernières semaines que l’augmentation des cas de virus et les mesures renouvelées pour le contrôler commencent à peser sur l’activité économique», a-t-il déclaré.

Ce Jeudi, les marchés auront un aperçu des dommages économiques causés par la première vague de fermetures.

Les données devraient montrer que le produit intérieur brut des États-Unis a chuté de 34,8% en rythme annualisé au deuxième trimestre, le plus grand nombre de records remontant à 1940.

 

image.png




Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s