Editorial: les gouvernants, les idées, les marchés n’expriment plus que le passé qui se meurt.

Les capacités intellectuelles boursières sont limitées.

Les marchés ne peuvent macher du chewing gum et marcher en même temps, ils ne sont capables que de prendre en compte une chose et une seule à un moment donné.

Ils sont plus que court-termistes, ils sont instantanéistes; soumis aux titres de dépêches. Ces titres des dépêches n’éclairent pas l’avenir. Et en ce moment ils sont braqués sur le Covid et  son vaccin. C’est là que cela se passe, c’est là que se trouve l’argent facile .

Les plaques tectoniques bougent sous l’écorce des apparences et le monde entre dans une nouvelle ère, l’ère de la déglobalisation conflictuelle .

Le mouvement a commencé dès 2013 lorsque les grandes messes spectacles en « G » , les G 7 et autres ont tourné en spectacles lamentables et en trompe-l’oeil et faux semblants. 

Le multilatéralisme de carton pate s’est effondré, la concertation est devenue une mascarade vide de tout dialogue, la coopération s’est réduite au sauve qui peut monétaire. Car la seule solidarité qui existait encore était celle des banques centrales,  ainsi on a sauvé le Reminbi en 2015/2016 pour éviter le chaos mondial. 

En passant il est un peu triste de voir qu »un  président  francais doté d’un bagage intellectuel  supérieur à la moyenne puisse être aussi aveugle et continuer de mener une politique d’adaptation de la France à la globalisation alors que celle ci se termine.

Macron se révèle tout au long de ces derniers mois, incapable de prospective, incapable de vision, tout empêtré  qu’il est dans ses promesses au Capital et dans ses démélés narcissques avec lui même.

Macron gère la France d’hier, et il la gère en regardant dans le rétroviseur d’une part et au travers du prisme du capital d’autre part. Lamentable. Il est sclérosé comme un Vieux, comme un mort! Il tue le vif de la France pour satisfaire le mort, le zombi

Et vous ne voyez aucun parti, aucun syndicat, aucun intellectuel, aucune plume des médias  lui expliquer que ce qu’il fait est inadapté, qu’il faut maintenant anticiper autre chose et inventer au lieu de copier … l’échec d’un modèle qui a fait son temps, le modèle allemand .

La règle du jeu mondial change, les appareils vont se réaménager, les flux financiers aussi, les règles du jeu boursier vont changer également. 

Le court terme, c’est le Covid

le moyen terme c’est l’économie et Trump 

Le long terme c’est le mouvement du monde; c’est le réaménagement du système mondial. 

L’ordre du monde ne peut se reproduire; on a buté en 2008, on  a buté en 2013 et 2016 et on bute à nouveau depuis 2018. Tout s’accélère, tout se rapproche.

Et au fil des difficultés , tous les mythes qui ont jalonné la phase historique de globalisation vont  se disloquer. La pensée, la verbalisation, la mise en mots sont toujours en retard par rapport au réel. C’est le fameux développement inégal des évènemenst, des structures, des surperstructures et des infrastructures.

On pense encore le présent avec les concepts d’hier! On ressent une volonté forcénée de faire en sorte que cela dure encore un peu et pour s’en convaincre il suffit de voir les gouvernements et leurs banques centrales produire  à jets continus des assurances, de  la fausse monnaie et du crédit pour bétonner ce qui se fissure, et pour écoper l’eau qui envahit le paquebot Titanic mondial.

Le monde de demain va peu à peu émerger , et il va faire apparaitre l’ancien  pour ce qu’il  a  toujours été, une construction de l’esprit, une illusion entretenue par des David Copperfield télévisés.

Les scénarios produits par l’imaginaire des extrapolations vont se fracasser. Toutes les fausses valeurs créées pendant cette phase vont se trouver ramenées à leur stricte valeurs d’utilité et même peut-etre en dessous car on exagère toujours dans les deux sens.

Les taux d’intérêt et l’actualisation qui sont censés exprimer le rapport entre le présent et le futur et ramener la valeur du futur à une valeur actuelle, ces taux sont faux et archi faux car ils ne peuvent tenir compte des dévalorisations et des destructions qui vont intervenir. Ils ne peuvent tenir compte des défauts et faillites en chaine qui sont à venir. Le serpent va muer! Personne ne peut apprécier les destructions qui vont se reveler inéluctables. Les sinistres vont exploser car l’insolvabilité va aller de pair  avec la correction des valeurs et la mise aux nouvelles normes . On commet la folie de tirer des traites sur un avenir dont on ignore tout.

Le monde va produire une nouvelle logique, un nouveau principe autour duquel il va devoir s’ordonner, des produits anciens vont donc être détruits, des fausses valeurs vont être mises à la poubelle, des institutions vont péricliter dans la douleur et bien sur tout cela va fabriquer de nouvelles théories. De nouvelles visions du monde. Les théories sont toujours en retard sur l’ordre du monde.

Tout va se passer différemment et on va penser différemment 

C’est, entre autres, pour cela que l’avenir ne se devine pas: l’avenir ne se pense pas comme le présent, il se met en concepts, en mots et en phrases différentes avec de nouvelles grammaires  ; si vous en doutez pensez à la façon dont on voit maintenant la colonisation! 

Cela fait  près de vingt ans, que le mythe de la «Chine montante» et du «siècle chinois» prennent  de l’ampleur

La Chine était prisée à la fois par les fabricants américains pour sa main-d’œuvre bon marché et par les consommateurs américains pour ses prix imbattables. Véritable usine du monde, elle a mis sa population au travail acquis les savoirs faire et accumulé un trésor de guerre économique considérable.

Les mondialistes ont salué l’avènement de chaînes d’approvisionnement hautement intégrées et d’une logistique « juste à temps » qui lieraient les économies mondiales et ouvriraient la voie à la gouvernance, à la fiscalité et à l’argent d’un seul monde.

Il n’y avait qu’un seul problème avec ce récit. Il était complètement faux.

Pourquoi? Parce l’Histoire n’est pas linéaire, par ce que l’Histoire n’est pas dérivable, elle se fait de ruptures et ruptures en « effets de tout ou rien. »

Il  y a des effets d’accumulation, des effets de stocks et les fétus de paille sont capables de briser le dos des chameaux , les gouttes font déborder les vases;  hier on était vivant, aujourd’hui on  est mort.

Le monde est discontinu, on va de rupture d’invariant en rupture d’invariant, et la pensée moderne n’en veut rien savoir, elle a banni le mouvement de l’Histoire. Elle  a proclamé la fin de l’Histoire, l’éternité de sa civilisation, la toute puissance de ses élites et les pouvoirs magiques de ses banques . La modernité est fondée sur le dérivable, la non finitude, bref elle est fondée sur la toute puissance des Maîtres. 

C’est cela la pensée bourgeoise, c’est le tonitruant: « ô temps supsend ton vol ».

La pensée bourgeosie est mécaniste, positive, rigoureusement non-dialectique, elle prolonge, elle extrapole, c’est une pensée de l’équilibre alors que le monde avance, comme vous marchez,  de déséquilibres en déséquilibres et que c’est la succession des déséquilibre qui fait le mouvement.

Voila l’indigence suprême, la pensée, le savoir, l’idéologie qui font que le mouvement lui échappe. Le mouvement   ne peut , pour la bourgeoisie  qu’être un cygne noir.

Tout ce qui est important échappe à la pensée moderne, aux modèles et donc aux marchés . Ce que l’intelligence humaine et surtout celle  de nos PHD ont du mal à assimiler c’est  la rupture de l’invariant chinois.

 

 

2 réflexions sur “Editorial: les gouvernants, les idées, les marchés n’expriment plus que le passé qui se meurt.

  1. Superbe article visionnaire. Pourriez vous expliquer dans un prochain article comment concrètement l’argent déversé par les banques centrales, la fausse monnaie, va dans les marchés boursiers ? Quel est le parcours de cette masse monétaire ? Merci.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s