L’édito le plus court et le plus simple. A lire et conserver.

Nul ne peut prédire l’avenir mais on peut voir le présent avec les yeux de demain.

Ici je ne prédis rien, je ne fait que lire ce que je vois , je ne fais que déchiffrer une évidence et  la formuler d’une façon qui fait apparaitre  tout son sens:

Les technocrates et leurs complices des gouvernements ne font rien d’autre que tenter de s’opposer à la baisse du prix des dettes.

Les remèdes qui sont administrés depuis la Grande Crise Financière de 2009 et la Grande Dépression Economique qui a suivi et suit encore sont en dernière analyse des tentatives de repousser les échéances. 

Aucune action correctrice n’a été entreprise.

Tout ce que l’on a fait c’est :

-acheter des dettes anciennes en les monétisant ,

-faire baisser les taux d’intérêt pour que les nouvelles coûtent moins cher

-faire baisser les taux pour révaloriser mathématiquement et mécaniquement le prix des anciennes dettes sur les marcehs;

-créer une soif de rendement et donc un appétit pour le jeu

-promettre que tout cela continuera

Rien de tout ceci n’a fonctionné au niveau du réel, d’une part la masse de dettes n’a pas été reduite et d ‘autre part la croissance économique n’a pas été accélérée, au contraire on est entré en stagnation séculaire.
« Nous avons été amenés à croire, en grande majorité, je le crains, qu’il n’y a pas de pouvoir plus grand que celui d’un technocrate déterminé. En charge de la presse à imprimer « .

Les banques centrales ne font rien d’autre qu’essayer de soutenir à bout de bras la valeur des dettes -comme les gouvernements l’ont fait en 1930 pour les prix du blé et du coton ce qui  a entrainé surproduction de blé et de coton- et ici cela entrainera surproduction de dettes ! Leur masse galope en accéléré.

Sur un marché , lorsque les prix d’une commodity sont soutenus: on en crée trop. C’est le BA Ba de l’économie, la vraie pas celle des livres et des PHD! 

L’issue sera la même que celle des années 30 ; on ne pourra soutenir indéfinement, ce sera un jour l’effondrement de la valeur des dettes comme ce fut en son temps l’effondrement des prix du blé et du coton.

Un prix soutenu finit toujours pas tomber!

Pour soutenir le prix des dettes on fragilise le prêteur de dernier ressort, la banque centrale et on fragilise progressivement le Trésor Public dont on détruit et épuise  la solvabilité. 

Les monnaies seront détruites. 

Quand « ILS », les banques centrales et les gouvernements,  chuteront, ils chuteront tous les deux, c’est un couple maudit. 

Une réflexion sur “L’édito le plus court et le plus simple. A lire et conserver.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s