La synthèse. Folie chinoise. Doutes aux USA.

Le marché américain a lourdement chuté cette semaine sous la conduite du secteur technologique et du Nasdaq.

Curieusement, les actions européennes ont surperformé cette semaine malgré les propos alarmistes concernant le Brexit.

La faiblesse baisse de la livre en baisse de 3,6% a stimulé l’indice FTSE du Royaume-Uni qui a bondi de 4,0%. Le DAX allemand a bondi de 2,8%, le MIB italien de 2,2% et le CAC40 de 1,4%.

Le S & P500 a chuté de 2,5% (en hausse de 3,4% en glissement annuel) et le Dow a fini en baisse de 1,7% (en baisse de 3,1%).

Les services publics ont reculé de 0,5% (en baisse de 7,7%).

Les banques ont chuté de 3,6% (en baisse de 32,7%) et les courtiers ont chuté de 4,1% (en baisse de 2,4%).

Les Transports ont monté 0,5% (+ 3,5%).

Le S&P 400 Midcaps a reculé de 2,3% (en baisse de 10,1%) et les small cap du Russell 2000 de 2,5% (en baisse de 10,3%).

Le Nasdaq100 a plongé de 4,6% (+ 27,0%).

Les semi-conducteurs ont reculé de 3,5% (en hausse de 15,5%).

Les Biotechs ont reculé de 1,7% (+ 1,7%).

Avec un lingot en hausse de 7 $, l’indice des mines d’or HUI a ajouté 0,5% (en hausse de 41,1%).

Une fenêtre de vulnérabilité s’était ouverte sur le marché américain:

L’inquiétude gagne sur les futures élections, on craint le chaos.

5 septembre – Wall Street Journal :

«Dans une année d’incertitudes, une chose semble certaine: les élections générales de novembre s’annoncent comme l’une des plus compliquées de l’histoire des États-Unis.

Les États s’empressent de modifier les procédures de vote en réponse à la pandémie de coronavirus. On s’attend à ce que les électeurs déposent un nombre sans précédent de bulletins de vote par correspondance.

Le président Trump a mis en doute l’intégrité du vote par correspondance généralisé et l’équité du processus électoral – et entretient le doute sur la questionde savoir si il acceptera les résultats.

Son rival démocrate, l’ancien vice-président Joe Biden, a accusé M. Trump d’avoir tenté de voler l’élection en alléguant que le vote par correspondance invitait à la fraude. Des gouvernements étrangers tels que la Russie mènent à nouveau des campagnes de désinformation en ligne pour influencer le résultat, selon les agences de renseignement américaines.

Même après le vote, le résultat de l’élection présidentielle pourrait ne pas être connu pendant des jours ou des semaines. »

Trump agite le thème du découplage avec la Chine:

9 septembre – CNBC :

«Le coût d’un« découplage »américano-chinois serait élevé, mais cela ne veut pas dire que Pékin ne choisira pas de créer des systèmes« mutuellement exclusifs »du reste du monde, a déclaré un expert sur CNBC cette semaine. «  Il y a un réel danger que la Chine et … une grande partie du reste du monde développent des systèmes financiers séparés pour les paiements de dettes internationales et les paiements pour le commerce  », a déclaré Robert Daly, directeur du Wilson Center’s Kissinger Institute on China et les États Unis. La Chine pourrait également développer différents systèmes technologiques… »

La trappe s’est ouverte sous les pieds des boursiers.

La bourse était fragile, malsaine avec beaucoup d’écume spéculative , une fenêtre de vulnérabilité s’était ouverte.

JP Hussman l’avait discernée et fort bien expliquée, juste la veille du jour ou on a dévissé.

Voici la conclusion de sa dernière note. Il explique comme à son accoutumée l’importance des valorisations pour l’investissement sérieux à long terme et consacre une longue étude « aux internals ».

Les internals c’est ce qui se passe sous la surface du marché, derrière les apparences . L’examen de ce qui se passe en profondeur dans le marché permet de mesurer sa force ou sa faiblesse.

Les internals permettent de mesurer les divergences, l’absence d’unanimité au sein du marché, l’affaiblissement de l’appétit spéculatif, et donc sa vulnérabilité à un trou d’air.

Ici Hussman avait très bien vu et ce n’est pas un hasard si il a sorti cette note juste avant le trou .

Lisez cette remarquable analyse des divergences.

Traduction de l’essentiel.

À l’heure actuelle, l’un des aspects frappants du comportement du marché est le manque de confirmation qui a accompagné les récents sommets du marché.

Alors que le S&P 500 et le Nasdaq Composite ont atteint des sommets records, ni le large NYSE Composite, ni les indices à petite capitalisation Russell 2000, Dow Industrials, Dow Utilities ou Value Line n’ont dépassé leurs sommets de février.

De même, l’action quotidienne du marché présente de plus en plus de divergences, avec plus d’actions en baisse que d’actions en progression, même les jours où le S&P 500 monte, avec une volatilité implicite croissante des options sur indices boursiers, même en cas de progression du marché.

De même, près de la moitié de toutes les actions américaines restent inférieures à leurs moyennes mobiles respectives sur 200 jours.

Dans l’ensemble, nous avons un marché hypervalué que nous associons aux pires rendements potentiels sur 10-12 ans de l’histoire des marchés financiers américains, ainsi qu’à un sentiment haussier extrême, à une participation tiède, à l’ampleur et au leadership, ainsi qu’à une volatilité implicite divergente.

La bascule risk-on /risk-off a fonctionné, les taux ont baissé

Les taux des bons du Trésor à trois mois ont terminé la semaine à 0,1075%.

Les rendements des gouvernements à deux ans ont baissé de deux points de base à 0,13% (en baisse de 144 points de base en glissement annuel).

Les rendements des bons du Trésor à cinq ans ont chuté de cinq points de base à 0,25% (en baisse de 144 points de base).

Les rendements des bons du Trésor à dix ans ont chuté de cinq points de base à 0,67% (en baisse de 125 points de base).

Les rendements des obligations longues ont chuté de six points de base à 1,41% (en baisse de 98 points de base).

Les rendements de l’indice de référence Fannie Mae MBS sont restés inchangés à 1,36% (en baisse de 135 pb).

Les rendements des Bunds allemands ont glissé d’un point de base à -0,48% (en baisse de 30 points de base). Les taux français ont reculé de 2 pb à -0,19% (baisse de 31 pb). Le spread obligataire franco-allemand à 10 ans s’est rétréci de 1 à 39 pb.

Les taux grecs à 10 ans ont chuté de deux points de base à 1,11% (en baisse de 32 points de base en glissement annuel).

Les taux portugais à dix ans ont chuté de quatre pb à 0,33% (en baisse de 11 pb). Les rendements italiens à 10 ans ont reculé de trois points de base à 0,98% (en baisse de 43 points de base). Les rendements à 10 ans de l’Espagne ont reculé de 4 pb à 0,31% (en baisse de 16 pb).

Les rendements des gilts à 10 ans du Royaume-Uni ont chuté de huit pb à 0,18% (en baisse de 64 pb).

L’indice FTSE actions du Royaume-Uni a bondi de 4,0% (en baisse de 20,0%).

Ailleurs , irrégularité

L’indice japonais Nikkei Equities a augmenté de 0,9% (en baisse de 1,1% d’une année à l’autre). Les rendements japonais «JGB» à 10 ans ont baissé d’un point de base à 0,03% (en hausse de 4 points de base y-t-j).

Le CAC40 français a progressé de 1,4% (-15,8%).

L’indice boursier allemand DAX a bondi de 2,8% (en baisse de 0,3%). Il apparait en effet que le système allemand résiste bien à la tourmente aussi bien du coté du marché du travail que du cote des profits des entreprises.

L’indice boursier espagnol IBEX 35 a reculé de 0,7% (en baisse de 27,3%).

L’indice italien FTSE MIB a augmenté de 2,2% (en baisse de 15,7%).

Les actions des marchés émergents étaient mitigées.

L’indice Bovespa du Brésil a chuté de 2,8% (en baisse de 14,9%) et le Bolsa du Mexique de 0,3% (en baisse de 16,6%).

L’indice Kospi de la Corée du Sud a gagné 1,2% (+ 9,1%).

L’indice boursier indien Sensex a progressé de 1,3% (en baisse de 5,8%). La bourse chinoise de Shanghai a chuté de 2,8% (+ 6,9%).

L’indice turc Borsa Istanbul National 100 a augmenté de 1,5% (en baisse de 3,6%).

L’indice boursier russe MICEX a reculé de 0,4% (en baisse de 4,4%).

Les autorités chinoises jouent le tout pour le tout!

L’indice composite de Shanghai a chuté de 2,8% cette semaine, s’échangeant au plus bas depuis juillet. L’indice ChiNext, orienté vers la croissance, a chuté de 7,2%, s’échangeant vendredi à un plus bas depuis deux mois. Le CSI Small & Midcap 700 a chuté de 4,7%. Les actions chinoises digèrent après la fusion spéculative de juillet.

Les données publiées vendredi confirment la poursuite des excès historiques du crédit chinois. Le financement global total a augmenté de 524 milliards de dollars en août à 40,5 Trillions , doublant la croissance de juillet et dépassant les estimations de près de 40%.

Il s’agit du gain mensuel le plus important depuis le record de 759 milliards de dollars en mars. Cela a poussé la croissance annualisée sur 12 mois à 3,828 $ Trillions , en hausse de 45% par rapport à 2019 et de 67% sur 2018 . Il convient de noter que le financement total a bondi d’un incroyable 2,960 $ Trillions au cours des six derniers mois.

Avec des estimations du PIB pour 2020 comprises entre 2,0 et 3,0%, l’écart entre la production de crédit et la croissance économique en Chine est sans précédent.

Les obligations gouvernementales ont bondi de 202 milliards de dollars au cours du mois à 6,362 dollars Trillions , la plus forte augmentation mensuelle d’une série de données remontant à 2017. À 837 milliards de dollars, la croissance depuis le début de l’année était de 59% supérieure à celle de 2019 . Les obligations gouvernementales ont augmenté de 18,7% par rapport à l’année dernière, 38% sur deux et 66% sur trois ans

La masse monétaire M2 de la Chine a augmenté de 166 milliards de dollars en août, après la contraction de 139 milliards de dollars en juillet. Cela a mis la croissance de M2 depuis le début de l’année à 2,200 $ Trillions , soit 38% d’avance sur 2019 en comparable (1,592 $ TN). M2 a bondi de 2,947 $ TN, ou 10,4%, au cours de la dernière année. M2 a augmenté de 20% sur deux ans, 30% sur trois et 58% sur cinq ans .

Elles devancent même la Fed!

Le crédit de la Fed a progressé la semaine dernière de 6,6 milliards de dollars à 6,968 Trillions . Au cours de la dernière année, le crédit de la Fed a augmenté de 3,242 $ Trillions , soit 87%.

La masse «monétaire» M2 (étroite) a bondi de 78,3 milliards de dollars la semaine dernière à 18,464 Trillions , avec un gain sans précédent de 27 semaines de 2,957 dollars Trillions . La «monnaie étroite» a bondi de 3,493 $ Trillions , soit 23,3%, au cours de la dernière année.

Nuages sur la crédibilité monétaire.

6 septembre – Reuters

«Le passage historique de la Réserve fédérale américaine à une position plus tolérante sur l’inflation sera un frein pour le dollar pendant des années; il soulèvera des questions difficiles sur le rôle de la banque centrale, mettant au défi les décideurs politiques. De Francfort à Tokyo.

À première vue, l’ajustement de la politique de la Fed… semble conçu pour donner un coup de pouce à l’économie américaine.

Un changement vers une cible d’inflation moyenne permet à la Fed de dépasser son objectif après des ralentissements, indiquant que les hausses de taux viendront plus tard…

Mais cela crée deux maux de tête pour les banques centrales mondiales. Une telle réinterprétation du mandat de la Fed pourrait être considérée comme une incursion dans la politique sociale, un précédent vital pour d’autres alors qu’ils réexaminent leur propre rôle après des années de mouvements non conventionnels qui ont déjà un impact sur la répartition de la richesse et des revenus.

La deuxième préoccupation, plus immédiate, sera la faiblesse du dollar, qui nuit aux exportateurs d’Europe vers l’Asie. »

Le budget US explose

8 septembre – The Hill:

«Le déficit budgétaire fédéral a atteint un niveau sans précédent de 3 trillions de dollars en août, un mois avant la fin de l’année fiscale, selon les estimations du Congressional Budget Office (CBO). Ce chiffre représente 1,9 trillion de dollars de plus que la même période l’année dernière, et plus du double du plus grand déficit d’une année jamais enregistré … Les États-Unis ont jusqu’à présent consacré 6 trillions de dollars de dépenses de secours à la crise des coronavirus, dont seulement la moitié était couverte par les recettes fiscales et autres reçus. »

Les sinistres coutent cher.

10 septembre – Reuters

: «Les incendies de forêt dans l’Ouest américain font partie des étincelles du changement climatique qui pourraient déclencher une crise financière aux États-Unis en endommageant les valeurs des maisons, le tourisme national et les budgets des gouvernements locaux, a constaté un comité consultatif auprès d’un régulateur américain des marchés. . Ces effets pourraient déclencher une cascade d’événements, notamment des défaillances et des perturbations du marché, saper l’économie américaine et déclencher une crise.

Le dollar poursuit sa reprise :

Sur la semaine, l’indice DXY du dollar américain a augmenté de 0,3% à 93,271 (en baisse de 3,3% d’une année à l’autre).

Pour la semaine à la hausse, le peso mexicain a augmenté de 1,3%, le franc suisse de 0,5%, le sud-coréen a gagné 0,2%, le yen japonais 0,1% et l’euro 0,1%.

Pour la semaine la livre britannique a baissé de 3,6%, la couronne norvégienne de 1,2%, le dollar canadien de 0,9%, le dollar néo-zélandais de 0,8%, le rand sud-africain de 0,8%, la couronne suédoise de 0,4%, le real brésilien de 0,3 % et le dollar de Singapour 0,2%.

Le renminbi chinois a augmenté de 0,12% par rapport au dollar cette semaine (en hausse de 1,88%).

Recul des matières premières

L’indice Bloomberg Commodities a reculé de 1,2% (en baisse de 11,5% d’une année à l’autre).

L’or au comptant a ajouté 0,3% à 1941 $ (en hausse de 27,8%). L’argent a augmenté de 0,5% à 26,857 $ (en hausse de 50%).

Le brut WTI a plongé de 2,44 $ à 37,33 $ (en baisse de 39%). L’essence a chuté de 7,0% (en baisse de 35%) et le gaz naturel de 12,3% (en hausse de 4%).

Le cuivre a reculé de 0,7% (+ 9%).

Le blé a reculé de 1,5% (en baisse de 3%). Le maïs a bondi de 2,9% (en baisse de 5%).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s