Billet. Les Bourses ont besoin d’une pause d’acclimatation.

La BRI est certainement l’institution la plus compétente en matière financière, monétaire et bancaire.

Bien qu’elle utilise des théories idéologiques, elle pense généralement bien et de façon adaptée. Ses chercheurs sont capables de trouver ce qu’il y a derrière les mots et les chiffres, ils visent souvent juste. Ce sont de vraies éminences grises, pas des gnomes comme on le dit stupidement.

Les banquiers centraux comme Powell ou Lagarde ne discutent pas publiquement des études de la BRI, mais il est évident qu’ils en tiennent compte.

Dans sa dernière note, la BRI attire l’attention sur la déconnection entre les perspectives économiques et les prix des actifs dits à risques.

En clair elle attire l’attention sur l’existence d’une bulle d’actifs et les dangers que cela fait courir à la stabilité financière.

Powell nie à la fois l’existence d’une bulle d’actifs, l’existence d’un risque pour la stabilité financière et tout lien entre les achats de titres par les banques centrales -les QE- et le gonflement excessif des prix des actifs.

Comme par hasard, depuis trois semaines nous assistons à une vigoureuse correction sur les marchés financiers américains.

Par ailleurs les pertes sont importantes sur les marchés européens.

Ce n’est nullement l’effet du hasard ou la conséquence des nouvelles sanitaires car la correction a debuté avant les mauvaises nouvelles.

L’or a été précurseur: il a toppé lors de la première quinzaine d’aout.

Image

Pourquoi les marchés se sont-ils retournés début septembre?

Il y a trois semaines, le marché n’était pas confronté à une agitation de la Cour suprême.

Et l’or ne devrait-il pas monter sur le flot de nouvelles négatives qui arrive actuellement?

Pourtant, il plonge avec la bourse à marée descendante.

Ainsi se pose la question:

Pourquoi l’eau a-t-elle cessé de monter début septembre?

Après tout, la Réserve fédérale est toujours aux affaires avec son assouplissement quantitatif. Elle continue d’acheter 120 milliards de dollars d’actifs par mois.

Simplement comme le rappelle Lance Roberts, ses achats récents de valeurs du Trésor ont simplement remplacé les bons du Trésor arrivant à échéance.

Un remplacement n’est pas une augmentation. Or ce qui compte c’est le net, l’augmentation nette.

Le bilan de la Réserve fédérale s’est simplement maintenu depuis juin… après son bond en avant printanier. La mer de liquidités a cessé de monter, elle stagne .

IMG 2

Comme nous l’avons expliqué ces derniers jours, les marchés ont épuisé le carburant qui a été injecté depuis mars et en sens inverse, les besoins du Trésor pompent.

« Maintenant, le marché demande plus d’inondations pour soulever tous les navires ».

L’engagement de la Réserve fédérale d’ancrer les taux à zéro n’est «pas suffisant», avons nous analysé car il n’apporte rien de neuf: tous les spécialistes savent que la Fed ne pourra plus jamais monter les taux, quels que soient les chiffres de hausse des prix. Elle a les mains liées par le niveau astronomique des indices boursiers et l’épée de Damoclés des risques pour la stabilité financière.

La promesse du maintien des largesses ne suffit plus, à ce stade, il faut promettre plus. Le stock ne suffit plus, il faut maintenir des flux positifs. Ce n’est pas assez. Les marchés ont besoin de plus. La bulle est tellement plus grosse que celle que nous avions à l’époque de 2008 qu’elle nécessite beaucoup plus d’air chaud venant de la Fed pour l’empêcher de se dégonfler.

Mon idée est que la pause actuelle est plutot bienvenue tant qu’elle reste ordonnée.

Elle redonne une marge de manoeuvre aux autorités. en même temps qu’elle assainit les marchés et/ou surtout permet aux opérateurs de le croire! Les opérateurs avaient un peu le vertige face à la hauteur des indices fin Aout , maintenant ils ont de points de reference plus élévés et cela va les habituer aux niveaux des cours. C’est le phénomène peu étudié de l’anchoring. En quelque sorte je soutiens l’idée que la pause des bourses constitue une sorte de pallier d’acclimatation.

Car il faudra aller beaucoup plus haut et plus loin. Il faut donc faire une pause pour s’y préparer.

Donc, nous avons besoin de plus. La Fed doit bientot aborder la question des taux d’intérêt négatifs. La Fed doit s’engager dans un assouplissement quantitatif plus important.

Le mois de septembre est bien choisi pour une pause.

IMG 1

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s