Le quotidien suisse Le Temps va être repris par la fondation Aventinus

Le quotidien suisse Le Temps va être repris par la fondation suisse Aventinus, qui va racheter les parts du groupe de presse Ringier Axel Springer Suisse, a-t-elle annoncé mardi sans divulguer le montant de la transaction.À LIRE AUSSI : «Paris Normandie» attend son repreneur

Ce rachat, qui prendra effet à compter du 1er janvier 2021, doit permettre «d’assurer la pérennité à long terme du journal et de sauvegarder ses emplois», a indiqué la fondation dans un communiqué, alors que le groupe Ringier procède à «un recentrage stratégique de son portefeuille», a-t-elle précisé.

«Dans cette période de turbulence que traverse actuellement le monde des médias, nous allons pouvoir aider l’équipe de rédaction du quotidien à assurer à ce titre un avenir économique à long terme», a déclaré François Longchamp, le président de cette fondation, cité dans le communiqué.

La rédaction de ce quotidien, qui emploie une centaine de personnes, déménagera de Lausanne pour se réinstaller à Genève. Son actuel rédacteur en chef, Stéphane Benoit-Godet, quittera son poste pour rester au sein du groupe Ringier où il reprendra la tête du magazine hebdomadaire L’Illustré.

Objectif: soutenir les médias de qualité

«Le Temps est un quotidien de grande valeur», a fait valoir le directeur général de Ringier Axel Springer Suisse, Alexander Theobald, mais «nous ne sommes pas en mesure de lui garantir à l’avenir la sécurité qu’il mérite», a-t-il ajouté, invoquant les synergies limitées avec le reste du groupe qui publie principalement des magazines.

Créée en octobre 2019, la fondation basée à Carouge, dans le canton de Genève, s’est fixée pour objectif de soutenir les médias et projets journalistiques de qualité face aux mutations économiques et aux effets de la transition numérique qui menacent la qualité et la diversité, «voire l’existence même» de certains titres.

«La Fondation Aventinus et ses fondateurs attachent une grande importance à l’indépendance», a-t-elle insisté. «Pour cette raison, les fondations donatrices renoncent à se faire représenter au comité directeur», a-t-elle ajouté. «Indépendante financièrement», elle doit pouvoir fournir «des bases solides» au journal, a-t-elle également souligné.

Pour préparer l’acquisition du Temps, la fondation avait constitué il y a quelques mois un groupe de travail, qui inclut notamment Eric Hoesli, le premier rédacteur en chef du journal. Ce groupe est désormais chargé d’assurer la transition opérationnelle.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s