Editorial. La situation de blocage politique US va produire, si elle se réalise, une nouvelle bulle mondiale.

Comme je l’ai expliqué dans mon article intitulé »chez Dupont tout est bon, » les marches gorgés de liquidités oisives, assurés de l’impunité, confortés par les résuatats du scrutin, s’orientent à nouveau à la hausse. C’e sera à nouveau une hausse cynique, ce que j’appelle un hausse de misère.

Hausse de misère car elle reposera sur le constat que le gouvernement sera incapable de faire ce qu’il faut pour compléter l’action de la Fed, il n’augmentera pas assez les dépenses pour transformer le crédit en dépenses et en revenus.

Le blocage politique fait anticiper une poursuite du gonflement de la hernie financière; voila le fond de la situation.

La communauté spéculative apprécie les résulats d’un scrutin qui paralysera Biden; elle fait confiance à Powell pour créer la monnaie qu’il faudra afin de compenser la modicité des stimulis fiscaux.

Comme je l’avais anticipé on peut envisager que les projets fiscaux de Biden seront largement amputées voire divisés par deux.

La bipolarisation a en effet peu de chance de se réduire.

La Fed va être mise à contribution, cela semble évident pour la communauté spéculative mondiale. La communauté spéculative mondiale joue sur du velours, elle tient les autorites monétaires et fiscales en otage et elle les cornaquent en leur disant: « c’est marche ou crève! « 

Le mois d ‘octobre va dans le sens d’un net ralentissement du rebond économique et le regain du Covid ne peut qu’accentuer la tendance à la morosité. Un nouveau sutimulus est nécessaire.

C’est la raison pour laquelle les gouverneurs de la Fed sont en campagne depuis plusieurs semaines pour forcer la main des politiciens et obtenir un plan budgétaire.

La Reserve Fédérale a peur .

Elle a peur de devoir aller plus loin dans sa poltique monétaire et de devoir franchir une nouvelle étape dans la constitution d’un risque systémique sur le marché financier. Et peut être sur le dollar.

La Fed a le vertige boursier. Elle a appelé les politiciens au secours et le résultat du scrutin , hélas ne va pas dans le sens d’un accord bipartisan sur un plan fiscal puissant et surtout efficace.

La Fed a peur de la Bulle la preuve en est qu’elle ne cesse de repéter non pas qu’il n’y a pas de bulle mais que l’on peut y faire face par de mesures prudentielles , réglementaires au niveau des agents économiques et financiers. Elle reconnait le risque de bulle mais elle tient à tout prix à nier le fait que si bulle il y a elle va devoir y faire face par des mesures de resserrement monétaire.

Nous sommes au coeur du problème.

Selon le Financial Times du 18 octobre 2020, de hauts responsables de la Réserve fédérale appellent à une réglementation financière plus stricte pour éviter que les politiques de taux d’intérêt bas de la banque centrale américaine ne donnent lieu à une prise de risque excessive et à des bulles d’actifs sur les marchés.

Eric Rosengren, président de la Federal Reserve Bank de Boston, a déclaré au Financial Times que la Fed manquait d’outils suffisants pour «empêcher les entreprises et les ménages» de prendre un «endettement excessif» et a appelé à «repenser» les questions de «stabilité financière» aux Etats Unis.

Si vous menez une politique monétaire de taux d’intérêt bas pendant une longue période, vous avez besoin d’ une autorité de surveillance financière solide afin de pouvoir limiter le niveau de prise de risque excessif qui en découle », a-t-il déclaré en substance. Vous noterez en souriant que Rosengreen pratique la langue de bois et désigne la vulgaire spéculation actuelle sous le nom pompeux et noble de « prise de risque excessif! »

Tout en reconnaissant maintenant que la politique de taux d’intérêt bas peut encourager les bulles sur les prix des actifs, les responsables de la Federal Reserve Bank sont néanmoins d’avis que pour éviter que les bulles d’actifs ne deviennent une menace pour la stabilité financière puis pour l’économie, il est nécessaire d’imposer des réglementations plus strictes aux consommateurs et aux entreprises.

Dans la manière de penser des décideurs politiques de la Fed, ce sont les entreprises et les consommateurs qui sont responsables des effets néfastes des bulles et que c’est donc eux qui faut controler et surveiller!

La Fed pense faux.

Il est étonnant que les responsables de la Fed mettent en garde contre la conduite des ménages et des entreprises en ce qui concerne les politiques de taux d’intérêt bas de la banque centrale américaine. La Fed met en garde contre … ce qu’elle cause!

Il ne leur est pas venu à l’esprit que la cause principale des bulles réside dans les politiques monétaires trop souples de la banque centrale américaine et non dans les réactions des consommateurs et des entreprises.

En affirmant qu’une politique réglementaire prudentielle peut empêcher la formation de bulles, ou y parer, la Fed non seulement pense faux, mais elle ment: elle sait très bien que ce n’est pas à ce niveau que les choses se passent. Elles se passent non pas en aval de la politique monétaire, mais en amont!

La production de bulles n’est pas une conséquence non voulue contrairement à ce que l’on veut faire croire au public naif et aux médias simplets, non, la production de bulles est deliberée dans le nouveau système mis en place par Greenspan: la régulation par les bulles est le prolongement de la regulation ancienne par le cycle du crédit.

Simplement comme la regulation par le crédit est dépassée depuis longtemps, comme on a dépassé ses limites intrinsèques, les autorites monétaires sont obligées d’aller plus loin, plus loin jusqu’au risque qu’elles évitaient dans le passé: l’inflation délibérée des prix des actifs.

L’inflation des prix des actifs est le moyen de repousser les limites du crédit, les limites de la solvabilité par les cash flows, les limites de la solvabilité par les collatéraux.

Face à l’insolvabilité en regard des flux financiers on a mis en place une pompe qui gonfle la valeur des actifs qui servent des repondants, de garanties des dettes.

Avant, la solcavbilité était garantie par les cash flows, maintenant dans le nouveau système , alors que les cash flows sont insuffisants , la solvabilité est garantie par les patrimoines, les actifs, les bijoux de famille, l’immobilier ou les espoirs sur leurs valorisations futures.

Comprenez une fois pour toutes que baisser les taux d’intéret c’est essayer d’imposer un monde ou on se contente de cash flows insuffisants. La baisse des taux sans risque produit la baisse des taux avec risque et donc impose que l’on se contente de cash flows de plus en plus faibles.

On est passé d’un système de crédit et de solvabilité fondé sur le profit à un système fondé sur l’inflation du prix des actifs, ce qui est exactement la réplique du système, du Système de john Law!

Quand les taux d’interet sont à zero on n’a plus besoin de profit pour honorer et servir les dettes, on a simplement besoin que la valeur des actifs au bilan ne cesse de monter.

On ne peut vouloir une chose sous un aspect et ne pas la voloir sous un autre aspect qui lui en est indissociable.

Vouloir que les gens se contentent de rentabilité très faible et de plus en plus faible signifie la même chose que de dire le prix des actifs anciens doit sans cesse devenir de plus en plus élevé.

La politique de régulation monétaire consiste dans son cycle entier a pousser le cycle du crédit à ses limites extrèmes, à utiliser au maximum le credit impulse et l’effet de levier, à gonfler le prix des actifs afin de créer des collatéraux qui solvabilisent la masse de dettes et il suffit de compléter en alimentant en liquidités pléthoriques afin de masquer la réalité de l’insolvabilité par l’illusion de liquidité. l

La politique monétaire a fondementalement pour objectif et effet de soutenir à bout de bras l’édifice des faussses valeurs du crédit, des dettes privées et publiques et des actions.

Pourquoi ? Tout simplement parce que les bulles sont , ne sont rien d ‘autre que de la monnaie sous une autre forme, de la monnaie qui a glissé le long de la pente de la recherche de rendement.

Les bulles ce sont des avatars de la monnaie mise en circulation , avatars qui se developpent/mutent tout au long de la pente de la recherche du plus grand profit , du moindre risque et de la jouissance la plus rapide.

Bulle =égale Monnaie.

Une bulle c’est de la monnaie qui a glissé le long de la pente du plus grand profit facile, c’est ce que la Fed utilise à l’aller de sa politique monétaire mais qu’elle récuse au retour de cette politique. Elle utilise cette relation monnaie=bulle mais elle la recuse dans le sens bulle =monnaie. C’est un mensonge prométhéen car la substance qui fait la Bulle, les Bulles, c’est la monnaie.

Et j’ajoute cette vérité: une bulle ne se définit pas par un prix excessif en regard des fondamentaux, non une bulle ce n’est pas un prix mais une masse multipliée par un prix.

Ainsi en Europe il y a une bulle colossale de masse monétaire et pourtant cette masse monétaire n’a pas grossi en prix , elle a grossi en quantité émise.

C’est la même chose avec les emprunts d’etat dans le monde: ils font bulle non pas en raison de leur prix boursier mais en raison de la masse colossale qui en est émise et qui est disproportionnée en regard des capacités de remboursement et de service de ces dettes par les états.

Une bulle ne c’est pas seulement un prix c’est un prix que multiplie une masse.

En fait c’est encore plus compliqué que cela car il faut non seulement introduire l’aspect volume/quantitatif comme je viens de le faire mais aussi l’aspect qualitatif: l’émergence d’une bulle n’a pas besoin d’être toujours associée à une hausse des prix – par exemple, si le taux de croissance des biens correspond au taux de croissance de la masse monétaire, aucun changement de prix n’aura lieu. L’important n’est pas de savoir si l’émergence d’une bulle est associée à des hausses de prix mais plutôt de tenir compte du fait que l’émergence d’une bulle donne lieu à des activités non productives qui détournent la richesse réelle des veritables invetissements générateurs de richesse. Mais ceci est une autre histoire pour un autre jour!

Pour les consommateurs et les entreprises, les achats dits spéculatifs ne sont que des comportements normaux/rationnels qui visent à les protéger contre l’issue future possible des politiques monétaires d’argent facile de la Fed.

En règle générale, plus la Fed pompe d’argent, plus grandes sont les chances de hausse générale des prix des actifs au-dessus de leur moyenne historique. De plus, contrairement aux affirmations délirantes des responsables de la Fed, il n’est pas possible d’abaisser artificiellement les taux d’intérêt sans entrainer les effets secondaires néfastes d’une telle baisse.

Toute tentative de supprimer ces effets secondaires au moyen de politiques réglementaires va générer des résultats beaucoup plus douloureux.

En Prime:

Le point de vue d’un simplet de renommée mondiale sur les bulles, et dire qu’il est Prix Nobel!

Au Forum économique mondial de Davos, en Suisse, le 27 janvier 2010, le lauréat du prix Nobel d’économie Robert Shiller a fait valoir que les bulles pouvaient être diagnostiquées en utilisant la même méthodologie que les psychologues utilisent pour diagnostiquer la maladie mentale.

Shiller est d’avis qu’une bulle est une forme de dysfonctionnement psychologique. Par conséquent, la solution pourrait être de préparer une liste de contrôle similaire à ce que font les psychologues pour déterminer si une personne souffre, par exemple, de dépression. Les points clés d’identification d’une bulle typique selon Shiller sont:

-Forte augmentation du prix d’un actif.
-Grand enthousiasme du public face à ces augmentations de prix.
-Une frénésie médiatique qui l’accompagne.
-Des histoires de gens qui gagnent beaucoup d’argent et qui suscitent l’envie
-Intérêt croissant pour une classe d’actifs auprès du grand public.
-De nouvelles «théories» pour justifier des hausses de prix sans précédent.
-Une baisse des critères d’attribution de prêt.


La pensée de Schiller reflète celle des élites, c’est une pensée de surface, positive, mécanique qui s’interdit la compréhension en profondeur d’un phenomène. Décrire une chose n’est pas suffisant pour en comprendre les articulations et les principales causes. Hélas.

2 réflexions sur “Editorial. La situation de blocage politique US va produire, si elle se réalise, une nouvelle bulle mondiale.

    1. Le système financier moderne est solvable en lui même et sur lui même, si on n’en sort pas; puisqu’il suffit de créer de la monnaie de base pour le solvabiliser.

      Tous les actifs financiers émis doivent être detenu par quelqu’un jusqu’à ce qu’ils soient retirés de la circualtion par le remboursement, la faillite, les buy backs etc

      Le système ne peut que se vendre les actifs financiers à lui meme, les martiens n’achètent pas encore.

      Vendre un actif financier c’est toujours demander de la monnaie de base et offrir de la monnaie de base les banques centrales peuvent toujours le faire,… tant qu’elle est acceptée.

      Ce qui est est insolvable c’est à dire qui ne peut honorer les promesses contenues dans le système financier et ses valeurs, c’est le Réel.
      L’insolvabilité c’est la rareté relative du Réel face à l’illimité du système financier.

      Le système financier moderne est un ourobourios, il se mord la queue.

      C’est ce que j’explique depuis 1982!

      Le système tiendra tant que les porteurs d’actifs et de promesses financières n’en demanderont pas la contre partie dans le Réel: or, immobilier, marchandises etc

      Le maintien des peuples dans la peur a pôur finalité systemique de leur faire preférer le papier, la liquidité, les actifs de précaution au réel par précaution de peur de manquer.

      C’est pour moi la plus grande decouverte de Keynes que celle ci : tant que les gens ont peur ils accumulent des actifs plus ou moins liquides de précaution. Donc ils acceptent la monnaie de la banque centrale et son équivalent, la dette de l’état. Car monnaie banque centrale et dette de l’état sont équivalents.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s