La France victime des charlatans et des politiques

« – Il ne sera pas mauvais de vous faire quelque petite saignée aimable, de vous faire quelque petit clystère dulcifiant.

– Mais, Monsieur, voici une mode que je ne comprends point.

– Il n’importe, la mode en est salutaire; il faut se faire aussi saigner pour la maladie à venir.

– Ma fi! Je m’en moque et je ne veux point faire de mon corps une boutique d’apothicaire.

– Vous êtes rétives aux remèdes; mais nous saurons vous soumettre à la raison! »

(Molière, le médecin malgré lui, scène IV)

Ainsi Sganarelle parle à Jacqueline, comme nos médecins médiatisés parlent à la France: « Vous êtes rétives aux remèdes; mais nous saurons vous soumettre à la raison! »

Le mélange des genres conduit à une monstrueuse impasse: une nation doit être gouvernée, pas soignée comme un malade.

Ainsi, l’esprit étroit, réduit, incapables de toute remise en cause, comme les pires médecins, ils ont dramatiquement amplifié la catastrophe sanitaire avec leurs confinements généraux et forcés, contraires à tout bon sens.

L’épidémie se transmet avant tout par voie domestique à l’intérieur des familles. Pour la combattre, il faut ouvrir les portes et les fenêtres pas les fermer.

Il faut vivre, bouger, briser les chaînes et non croupir et dépérir derrière des barreaux.

Ils ont détruit l’économie française (-15% de PIB après le premier confinement), condamné une classe d’âge (18-30 ans) au chômage, au désœuvrement, au désespoir, jusqu’au suicide,  humilié le pays en détruisant, saccageant sa liberté, ridiculisé la France avec l’invention bureaucratique des petits laisser-passer nécessaires pour sortir de chez soi.

Pire, l’interdiction des livres, tellement emblématique du despotisme de la bêtise.

Pour vaincre l’épidémie, il fallait faire tout le contraire de leurs saignées de Molière : parler à la France le langage de la sagesse et de la confiance, en expliquant plutôt qu’en contraignant, adapter les réponses à chacun, se donner les moyens de tester et soigner (voilà quel était leur rôle), aérer le pays, respecter l’honneur et la dignité des Français, leur intelligence, leurs libertés et leur proposer de grands horizons d’espérance, les laisser sortir et vivre, marcher dans la forêt ou sur les plages, acheter des livres en librairies, pour leur donner la force – et l’envie – d’affronter la maladie car le grand large, l’air pur de la liberté qui circule, la passion des livres, protègent mieux de la maladie que l’espace moisi et confiné d’une prison à domicile.

La France est victime des charlatans – faux médecins – et de la lâcheté des politiques qui leur ont abandonné le pouvoir.

Maxime TANDONNET

Une réflexion sur “La France victime des charlatans et des politiques

  1. Je parlais le même language avec mon fils il y a quelque temps: « Relis  » le medecin malgrè lui » et Molière pour voir nos dirigeants sous la bonne lumière. Je constate que notre culture nous est utile.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s