Nous sommes à la veille ou à l’avant-veille d’une violente explosion! Comment cela tient-il encore?

Je partage l’analyse de Tandonnet: « nous sommes à la veille ou l’avant-veille d’une violente explosion et d’une crise politique d’une exceptionnelle gravité« .

Surtout avec sa prudence puisqu’il parle de veille ou d’avant-veille pour bien insister sur le fait que le calendrier est incertain.

Les dégats dans la société française sont profonds. Elle est ingérable, tout dysfonctionne. Les coupures, les dislocations , les lignes de fracture sont visibles partout dans la société.

Mais les agitations sont anarchiques, il n’y a pas polarisation.

Ce trouble des consciences vibrionne; il dégage de la chaleur mais pas de mouvement. Il y a une énergie considérable qui est emmagasinée et qui se consume en récriminations sans mise en forme utile . Il manque d’une part un catalyseur et d’autre part une canalisation.

Nous sommes au bord de l’explosion, j’y souscris mais ma tendance intellectuelle consite toujours à regarder le réel d’abord et a admettre que cela tient. L’objectivité impose de reconnaitre que tout se délite, mais que cela tient.

Si nous sommes au bord de l’explosion et que cela n’explose pas comment l’expliquer? Quelles sont les forces, les digues qui empêchent cette crise politique?

Je n’ai pas le temps de mettre ma pensée en ordre mais je dirais que le pouvoir peut retarder le nécessaire, l’inéluctable pour les raisons suivantes:

-la mémoire de l’échec des Gilets Jaunes est un formidable frein à l’action dans la rue et même à toute action tant la défaite a été humiliante.

-le pouvoir cette fois est différent des pouvoirs pécédents, il ne respecte pas les mêmes règles que ses prédecesseurs, il a une philosophie post-démocratique et post-republicaine. Son guide c’est la gouvernance.

-il a compris que la Constitution, l’échiquier politique concret , l’état des forces sociales en présence faisaient que le pays etait gouvernable sans légitimité, par défaut, grace aux béquilles de l’état, de la police, de la justice, des médias.

-Il a assimilé ce que ses prédecesseurs n’avaient qu’entrevu; le peuple est perdu, paumé, il est dans une crise d’identité, de personnalité , il doute de lui et de ce qu’il est, et que pendant ce temps , il est un tigre de papier .

Le fait que ce peuple vieillisse est aussi une donnée à considérer. Ce peuple est usé et il y a longtemps qu’il n’a pas été nommé, sommé de se réveiller. Ceci débouche sur le constat terrible qui est que ce peuple n’a pas, depuis longtemps, eu de chef.

Le pouvoir benéfice de la monnaie tombée du ciel ce qui lui permet d’arroser de fausse monnaie et de tromper sur la situation réelle du pays

-Il n’a pas d ‘opposition politique puisque les LR sont en attente de se rallier avec Sarkozy en tete et que Marine , la patronne de la petite boutique se confine elle meme et se contente de gérer son petit tiroir caisse sans stratégie

Les médias sont tous aux ordres des sponsors du pouvoir et la communication a remplacé le journalisme. Le chomage fait taire les déontologies journalistiques et les appréciations/opinions individuelles

-Les intellectuels qui ont une vitrine sont soit ceux qui jouent le jeu du pouvoir soit ceux qui divisent la masse pour permettre au pouvoir de régner par défaut

-Les réseaux sociaux sont de gigantesques dispositifis pornographiques masturbatoires qui permettent aux gens de se défouler dans l’imaginaire sans faire l’amour c’est à dire sans projection de leurs désirs de révolte dans une véritable action. Avec les réseaux sociaux , on tire à blanc.

Il faudrait avoir le temps de mettre tout cela en forme, de hierarchiser les faits et les causalités , de les articuler organiquement, mais à mon sens avec cette énumération , on a fait quasiment le tour des raisons pour lesquelles « cela tient ».

Mon seul espoir personnel c’est non pas le peuple, les hommes, non mon seul espoir c’est la sanction du réel. Le système va ou pourrir ou éclater tout seul. Il peut aussi se fracasser sur le monde extérieur et là je pense sur les contradictions européennes.

C’est le réel lui même qui se chargera par sa fracture de « Les » mettre à la porte. La crise sera le résulat de forces objectives contenues dans la situation et non pas le résulat des actions volontaires, subjectives des Français.

Maxime Tandonnet:

Chacun sent bien que le deuxième confinement ne passe pas dans le pays.

Les sondages globaux sont faussés par le climat de peur. Sous l’effet de la crainte de la mort, les sondés répondent qu’ils sont prêts à tout accepter pour sauver leur peau.

Mais dans les profondeurs de la nation, les mesures autoritaristes et liberticides du pouvoir ne sont pas acceptées.

Cette fois-ci, les Français vivent comme une humiliation collective les laisser-passer obligatoires pour sortir de chez soi.

Ils ne supportent pas que le pouvoir leur impose, comme à des enfants immatures,  sa vision des produits « essentiels » et non « essentiels ».

Ils ne comprennent pas le choix arbitraire – et tellement emblématique – d’autoriser la vente de tabac mais de leur interdire d’acheter des livres en librairie.

Ils n’acceptent pas le chantage permanent, puéril, du pouvoir sur « les fêtes de Noël et de fin d’année ».

Ils jugent inadmissible les restrictions apportées à leur liberté de circulation et les interdictions de voir la famille.

Ils ressentent comme inepte l’ordre moral imposé d’en haut par un pouvoir jupitérien et ses ingérences dans la vie privée voire intime, quant au nombre de personnes admises à table.

Les contrôles et la répression envers les passants paisibles sont vécus comme abusifs et inacceptables alors que la violence se déchaîne dans l’impunité habituelle au cœur des zones de non droit.

Les croyants sont indignés de l’interdiction de célébrer leur culte.

Ces mesures ne passent absolument pas dans les profondeurs du pays: elles sont ressenties par la France comme inutiles, inefficaces et illégitimes. L’impression d’arrogance obtuse qui tombe de là-haut suscite un profond malaise tout comme la morgue de dirigeants incapables d’admettre leurs fautes et prompts à se défausser de leur responsabilité sur la population.

La défiance touche à son paroxysme. Un grondement sourd remonte des entrailles du pays, ce grondement qu’un pouvoir déconnecté, aveuglé par des sondages mensongers, ne saurait entendre.

Ne l’entendez-vous pas ce grondement? L’aveuglement, l’autoritarisme, un comportement obtus, sourd à tous les arguments de bon sens sont les signes d’un pouvoir faible, en perdition, déboussolé.

La révolte commence à prendre le pas sur la peur: dans un contexte économique et social épouvantable, nous sommes à la veille ou l’avant-veille d’une violente explosion et d’une crise politique d’une exceptionnelle gravité.

Maxime TANDONNET

8 réflexions sur “Nous sommes à la veille ou à l’avant-veille d’une violente explosion! Comment cela tient-il encore?

  1. Bonjour,
    Je pense que les évènements imminents aux USA vont avoir pour conséquence l’effondrement du versant Européen de la ploutocratie globaliste.
    Le peuple Danois vient de bloquer les tentatives oligarchiques d’imposition en force d’un vaccin, et ce n’est très probablement que le premier domino d’une longue série à tomber.

    Aimé par 2 personnes

  2. Bonsoir,
    Si je puis apporter mon petit grain de sel: le corps enseignant évolue, lentement peut-être, mais surement, en termes de prise de conscience.
    Le système éducatif est dans un état si lamentable qu’il devient difficile de ne pas le voir de l’intérieur.
    Le dernier verrou, ce sont les syndicats, qui bloquent (s’en rendent-ils compte?) l’expression d’une monstrueuse colère…
    Cordialement,

    Aimé par 1 personne

    1. Etant du métier, je confirme vos propos. A la fois sur les syndicats, dont le discours semble n’avoir pas changé depuis 40 ans, et sur l’évolution, pour ne pas dire la droitisation de bon nombre d’enseignants (surtout hommes, d’ailleurs).
      Pardon pour l’expression, mais « trop bon, trop con ». Le statut, social et financier, du métier s’est effondré depuis 20 ans ; contrairement à la charge de travail et aux responsabilités.
      Beaucoup, moi le premier, en ont par-dessus la tête.
      Même constat, hélas, par contre sur la lenteur du processus.

      J'aime

  3. M. Bertez,
    Il me semble que l’absence de vraie polarisation politique vient du fait qu’aujourd’hui, en France, un grand nombre de personnes (retraités aisés, cadres, fonctionnaires et de nombreux enseignants) n’ont pas pris conscience des changements qui sont survenus sur le plan économique et qui n’ont pas vu – et ne verront jamais car incapables de voir par manque d’intelligence et aussi par lâcheté – qu’Emmanuel Macron est un Bertrand de Jouvenel et que son régime est une resucée de celui de Vichy (dirigé, faut-il le rappeler, par une synarchie de technocrates) sous d’autres oripeaux (plus cool, plus adaptés à l’époque bobo que nous connaissons).
    Cordialement

    B. Adrie

    Aimé par 1 personne

    1. Je partage cette analyse et même si je ne la développe pas sur ce service, je l’assène sur TWITTER .

      Macron a renoué le fil avec l’inconsicent collectif pétainiste et vichyiste des Français.

      Il est aidé en cela par le MEDEF qui a chaussé les patins de la CGPF, par les polytechniciens toujours tentés par la Cagoule et les Enanistes qui sont un corps qui vit de son alliance avec le Grand Capital et en partage les résidus de l’exploitation. .

      La forme de fascisme a évolué, mais l’essence en reste totalement.

      Les Français jouissent de devoir se sacrifier pour des idées: l’économie, la planète, la construction européenne, la compétitivité etc .

      Le ressort c’est le sacrifice.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s