L’or fait partie intégrante du portefeuille des banques centrales.

This feature forms part of the Central Banking focus report, Gold for central banking 2020

https://www.centralbanking.com/gold-for-central-banking-2020

Extrait

Rachael King.

Tout au long de l’histoire, l’or a joué un rôle important par sa valeur réelle et symbolique.

Pour de nombreuses civilisations anciennes, telles que les Incas et les Égyptiens, la possession d’or était limitée aux membres des familles royales, car ils étaient les seuls à avoir accès aux dieux.

Au fil du temps, le rôle de l’or a changé de sorte qu’à la fin du 19e siècle, de nombreux pays ont fixé la valeur de leurs monnaies en termes d’une quantité d’or spécifiée – ce qui est devenu plus tard l’étalon-or.

Après la Seconde Guerre mondiale, les pays ont adopté le système de gestion monétaire de Bretton Woods – un régime de taux de change fixes lié au prix de l’or.

Mais si le rôle de l’or a changé au sein du système monétaire, il reste important pour les investisseurs.

Covid-19 a-t-il rendu l’or plus brillant?

Cette année, la pandémie de Covid-19 et la réaction des banques centrales ont eu un impact significatif sur le prix de l’or.

Au cours des dernières décennies, les banques centrales ont considéré l’or comme un «actif refuge» – comme un investissement qui peut être utilisé pour éviter l’impact des rendements négatifs des obligations souveraines et servir de protection contre l’inflation.

Dans le contexte de la pandémie, l’or est rarement apparu plus attractif.

Cependant, en août, les banques centrales sont devenues des vendeurs nets d’or pour la première fois depuis 18 mois, mettant en évidence les demandes concurrentes sur les stratégies d’investissement.

L’enquête de cette année a révélé que les banques centrales prévoient une augmentation des avoirs en or au cours des 12 prochains mois.

Environ 75% des personnes interrogées ont déclaré que l’épidémie de Covid-19 ne changerait pas la façon dont leurs institutions percevaient l’or, beaucoup notant que l’or faisait partie intégrante de leur portefeuille.

La diversification semble être le principal moteur de l’intérêt des banques centrales pour l’or.

En termes réels et nominaux, il a surperformé de nombreux autres actifs dans tous les régimes macroéconomiques qui ont prévalu depuis la fin de Bretton Woods.

Plus récemment, les gestionnaires d’actifs ont commencé à proposer des investissements en or sous la forme de fonds négociés en bourse (ETF).

L’enquête a révélé que, si les banques centrales sont favorables aux ETF sur l’or, l’intérêt actif est l’apanage de la minorité. Les répondants ont noté que la combinaison de la qualité de l’or comme couverture contre le dollar américain et de la rentabilité des ETF était les principaux avantages d’investir dans l’or de cette manière.

Cependant, beaucoup étaient préoccupés par le risque de liquidité associé à la détention d’ ETF.

Comme l’affirme ce rapport, 2020 a été une année difficile pour les investisseurs en or – seul le temps nous dira quel rôle il jouera lorsque nous nous remettrons de la pandémie.

———————————————

Throughout history, gold has played an important role in both its actual and symbolic value. For many ancient civilisations, such as the Incas and Egyptians, gold ownership was limited to members of the royal families, as only they had access to the gods.  Over time, the role of gold changed so that, by the end of the 19th century, many countries fixed the value of their currencies in terms of a specified amount of gold – this later became known as the gold standard. After World War II, countries adopted the Bretton Woods system of monetary management – a regime of fixed exchange rates linked to the price of gold.  But, while the role of gold has changed within the monetary system, it remains important for investors.

Has Covid-19 made gold shine brighter? This year, the Covid-19 pandemic and the reaction from central banks had a significant impact on the price of gold. Over the past few decades, central banks have viewed gold as a ‘safe-haven asset’ – an investment that can be used to dodge the impact of negative sovereign bond yields and act as a safeguard against inflation. Against the backdrop of the pandemic, gold has rarely appeared more attractive. However, in August, central banks became net gold sellers for the first time in approximately 18 months, highlighting the competing demands on investment strategies.  This year’s survey revealed central banks expect gold holdings to increase over the next 12 months. Around 75% of respondents reported that the Covid-19 outbreak would not change how their institutions viewed gold, with many noting the commodity was an elemental part of their portfolios.  Diversification appears to be the biggest driver of central banks’ interest in gold. In real and nominal terms, it has outperformed many other assets in all macroeconomic regimes that have prevailed since the end of Bretton Woods.  More recently, asset managers have begun offering gold investments in the form of exchange-traded funds (ETFs). The survey revealed that, while central banks are positively disposed towards gold ETFs, active interest is the preserve of the minority. Respondents noted that a combination of gold’s quality as a hedge against the US dollar and ETFs’ cost-effectiveness were the main benefits of investing in gold in this way. However, many were concerned with the liquidity risk associated with ETFs.  As this report affirms, 2020 has been a challenging year for gold investors – only time will tell what role it will take as we recover from the pandemic.  

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s