Editorial tellement scandaleux que vous ne pourrez peut être pas lire jusqu’au bout.

L’avenir de nos sociétés c’est le terrorisme. Bruno Bertez

******

La politique monétaire des banques centrales est productrice d ‘inégalités de patrimoine par trillions, je dis bien par trillions: ceux qui ont deja la richesse voient leur fortune progresser de façon exponentielle, ceux qui n’ont pas de patrimoine s’appauvrissent , sont mis au chômage et survivent soit de restos du coeurs-soupe populaire, soit de repartition de subsides gouvernementaux.

Aux uns l’insolente l’opulence, aux autres la misère honteuse et la précarité destructrice .

Le cynisme bat son comble. La très forte dégradation du marché du travail la semaine dernière aux USA a provoqué une envolée boursière sans précédent;

L’emploi salarial non agricole de novembre aux USA n’a augmenté que de 245 000, soit la moitié seulement des prévisions moyennes. C’est une baisse par rapport aux 610 000 d’octobre. C’est la plus faible croissance de l’emploi depuis la débâcle de l’emploi en avril.

Une reprise de l’emploi ? On est loin du compte!

Image

Des millions d’americains savent qu’il n’y a pas de travail pour eux, ils cessent de chercher du travail decouragés, la participation à la force de travail recule-civilian labor force participation est en baisse

Image

Les actions américaines se sont envolées suite à cette nouvelle affligeante .

Quelques gros titres de Bloomberg ont capturé le phénomène :

«Les actions gagnent à mesure que les emplois manqués stimulent les paris sur stimulation;»;

«Les arguments de la Fed pour une nouvelle action de stimulation monétaire se renforcent grâce au rapport sur l’emploi doux aux États-Unis;» et

« Les données sur l ’emplois ont été un » échec parfait « pour la Fed » .

La communauté spéculative mondiale adore les échecs de la Fed: plus les banques centrales échouent à relancer l’activité économique et à rétablir les revenus du travail, et plus elles distribuent l’argent gratuitement et sans risque aux ultra riches!

Novembre 2020 doit être chroniqué pour la postérité.

Les futurs historiens seront sûrement confondus. C’est le mois de novembre le plus fort, le plus booming, le plus enrichissant de tous les temps pour les détenteurs d’actions.

En hausse de 12% pour le mois, le Dow Jones a affiché sa plus grande avance d’un mois depuis janvier 1987.

Le S & P500 a rapporté 10,9%, une énorme aubaine.

L’indice arithmétique de la valeur de l’ «action moyenne» a affiché une progression de 18,3% en novembre.

Le Russell 2000 des petites capitalisations a bondi de 18,3% et le S & P 400 Midcaps de 14,1%.

La dynamique de mise en fusion boursière est un phénomène mondial :marchés «développés» comme marchés émergents.

Les principaux indices boursiers ont augmenté de:

25,2% en Espagne,

23,0% en Italie,

20,1% en France,

15,0% en Allemagne,

15,0% au Japon,

10,3% au Canada

10% en Australie.

19,5% en Pologne,

15,5% en Russie,

15,4% en Turquie,

14,3% en Corée du Sud,

11,5% en Inde,

15,9% au Brésil,

13,0% au Mexique et

20,5% en Argentine.

Et maintenant si vous êtes en mesure d’apprécier I’ ironie sans claquer votre ordinateur par terre:

l’ancienne présidente de la Fed, Janet Yellen, archi responsable de ces politiques monétaires scandaleuses qui fracassent nos societés, cette Yellen ose déclarer à Reuters:

«Il est vraiment temps de reconnaitre que nous avons maintenant une société où le capitalisme commence à se déchaîner ; il doit être réajusté afin de garantir que ce que nous faisons est durable et que les avantages de la croissance sont plus largement partagés qu’ ils ne l’ont été.»

Candeur? Non cynisme absolu des banques centrales et des élites du système. Ces gens sont des pompiers pyromanes.

Comment ne pas devenir terroriste face autant de cynisme, autant de mauvaise foi?

La politique de la Fed et de ses consoeurs est à elle seule la plus grande force dans la propagation des inégalités, avec ces neuf derniers mois qui nous offrent le plus grand épisode de répartition inéquitable de la richesse que l’on puisse imaginer.

La mauvaise gestion monétaire et les excès financiers sont une des principales causes de la folie du capitalisme.

Comment peut-on s’attendre à ce que des mesures de relance monétaire destinées à produire de l’inflation des prix puisse promouvoir une répartition plus équitable et plus morale de la richesse dans nos société?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s