En quelques lignes plus un graphique, vous comprenez tout!

Voila le seul graphique qui explique tout; je dis bien tout le système, ses dérives, sa financiarisation , son évolution perverse vers la spéculation universelle.

Je vous rappelle pour commencer que le système est une forme de système capitaliste, c’est à dire qu’il produit pour le profit.

Ce système fonctionne correctement quand le profit est suffisant.

Le profit est suffisant quand les détenteurs du capital bénéficient d’une rentabilité satisfaisante, rentabilité mesurée par le ratio du profit, c’est à dire du surplus, divisé par la masse de capital qu’ils ont engagée.

Le meilleur critère de la santé du système est donc fourni par la mesure et l’évolution du ratio surplus bénéficiaire/Capital réellement engagé.

C’est une forme de ce ratio qui vous est proposé ci-dessous.

C’est même un très bon ratio très significatif. Il est opérationnel dans la mesure où il colle à la réalité économique telle que la voient et la ressentent les capitalistes, lesquels sont synthétiquement représentés par ce que l’on appelle le marché boursier.

Vous constatez sur le graphique ci-dessous la tendance incontestatble à l’érosion du ratio de profitabilité. Ceci se symbolise par la baisse du ratio profit/GDP.

Vous percevez tout de suite qu’il y a un rapport entre d’un côté notre ratio profit/gdp qui ne cesse de baisser et le taux d’intérêt.

Le taux d’intérêt c’est la part de profit que l’on peut consacrer à la rémunération du capital que constitue la dette.

Je reconstitue le schéma historique:

  • baisse du taux de profit tendantiel
  • hausse des taux d’endettement pour compenser la baisse des taux de profit
  • obligation de baisse des taux d’intérêt au fur et à mesure que l’endettement s’accroit et qu’il est de plus en plus difficile à honorer
  • Cercle vicieux de l’endettement sans fin

Entretemps, les capitalistes ont du essayer de défendre leur profitabilté en augmentant le taux d’exploitation de la maison d’oeuvre c’est à dire en pesant sur les salaires, en investissant pour remplacer les salariés par les machines , en rognant sur les retraites, les soins de santé, bref sur tout ce que l’on appelle la répartition.

A partir du moment où tout cela été tenté et où le système continue d’être en crise comme il l’est maintenant il n’y a plus d’autre solution que de tout masquer par la création monétaire en espérant qu’à partir d’un certain niveau elle déclenchera l’inflation des prix des biens, des services et du GDP et ainsi accomplira son travail de nettoyage c’est à dire de remise à zéro.

Une terrible tendance à l’érosion.

Image

Une réflexion sur “En quelques lignes plus un graphique, vous comprenez tout!

  1. Pour traduire autrement la baisse du niveau de profit :
    Il y a, en proportion, de moins de moins de travailleurs, pour de plus de plus de rentiers.
    Le travailleur doit être pris en sens d’un producteur, tandis que le rentier doit être pris au sens d’un préleveur de la production, ou plus familièrement d’un consommateur.

    Le système ne tenait que lorsqu’il y avait des marchés à conquérir et de la main-d’oeuvre de réserve à recruter. (Au XIXe siècle et début du XXe avec le système coloniale d’une part et l’exode rurale d’autre part). La mondialisation dans les années 1990-2000 a donné un certain répit avec l’émergence de la réserve des travailleurs chinois, pour servir les « rentiers » occidentaux.

    Aujourd’hui, en Occident et en France, la population n’est composée que par des « rentiers » et les campagnes avec de la main d’oeuvre qualifiée et laborieuse sont vides.

    La crise n’est donc pas prêt de s’arrêter, quand on voit le niveau de rémunération des « producteurs ». Exemple : Un paysan en France gagne moins que le SMIC pour des semaines de 70 heures. Il arrive un moment où le producteur jette l’éponge et se transforme en rentier… en touchant le RSA par exemple.

    Pour inverser la tendance et pour que les rentiers, redeviennent producteurs, il n’y a pas d’autre solution que de passer par une crise monumentale. C’est à dire, une baisse drastique des revenus associée à une perspective de famine, pour faire changer les cmportements.

    J'aime

Répondre à m68kppc Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s