Editorial. Du mirage de l’inflation au mythe de la toute puissance des banques centrales.

L’inflation dont se gargarisent les médias et la communauté spéculative mondiale est un mirage, un mirage qui ne durea pas au dela de quelques mois, mettons 6 à 18 mois.

Je prends le risque de l’écrire. Mais notez aussi que j’inclus la possibilité d’un regain inflationniste temporaire .

Fondamentalement les conditions mondiales restent déflationnistes.

Je ne vois qu’une possibilité de retour à une inflation digne de ce nom, c’est à dire à une inflation-course entre les prix et les salaires que si et seulement si le rapport des forces sociales bascule, si les peuples se révoltent.

Notre modèle c’est le Japon.

C’est ce que démontre Snider, c’est ce qui ressort de l’analyse historique et c’est ce qui s’impose quand on ouvre les yeux et cesse de croire les balivernes des banquiers centraux occidentaux.

[Reuters] Japan’s consumer prices fall at fastest pace in decade, stoke deflation fears

Le Japon n’a jamais réussi à recréer de l’inflation des prix des biens, des services et des revenus.

C’est un échec complet .

Snider démontre que toutes ces politiques monétaires sont bidons, elles ne créent pas de vraie monnaie, elles ne sont monétaires que dans l’imaginaire puisquelle ne peuvent inflater.

La politique monétaire a échappé aux banques centrales parce qu’elles sont nationales et que pour qu’il y ait une vraie politique monétaire il faudrait que les banque centrales soient mondiales .

Snider soutient à juste titre que les banques centrales ne peuvent mener une vraie politique monétaire parce qu’elles ne savent plus ce qu’est la monnaie, elles pensent la monnaie avec des théories fausses et archi fausses, ce que je ne cesse d’affirmer. Les réserves bancaires qu’elles créent ne sont pas de la monnaie. On ne peut mener une politique monétaire si on ne sait pas ce qui fait office ou non de monnaie.

C’est ce que Marx et ses épigones appellent le développement inégal: le monde réel a évolué plus vite que le prétendu Savoir sur ce monde et les Theories qui croient le rendre intelligible.

La vraie monnaie, la monnaie vivante qui catalyse les échanges et la production est ailleurs, elle est ailleurs; les banquiers ne poussent pas sur une corde, non ils poussent à coté de la corde, ils poussent sur une mauvaise ficelle.

Il n’ y a pas d’inflation , c’est une croyance qui se réalise d’être crue un peu, de temps à autres, par exemple à la faveur d’un rebond du pétrole comme ce fut le cas en 2017 ou tous les observateurs se sont trompés!

L’action monétaire se passe ailleurs, ailleurs que dans la zone d’influence des zozos autistes banquiers centraux. On croit que cela marche de temps en temps sur une annonce mais en réalité ce n’est qu’un effet d ‘annonce fugitif, un effet de croyance, pas un effet réel.

En clair les anticipations inflationnistes c’est de l’intox, c’est un mirage collectif.

Et c’est ce qui se passe en ce moment ou on voit les indicateurs d’opinion sur l’inflation se redresser alors que les données « hard », dures comme par exemple les salaires et le marché du travail vont dans le sens de la déflation.

Les conditions dures d’une reprise de l’inflation ne sont pas réunies et ce que l’on voit c’est le résultat simplement de la croyance collective, au mythe de la toute puissance des banques centrales.

je partage l’analyse de Snider mais je la complète.

Mon analyse de l’inflation n’est pas seulement monétaire, le monétaire est permissif ou non mais il n’est pas cause principale. La monnaie on peut s’en servir ou ne pas s’en servir.

Mon analyse repose sur l’humeur des peuples, le sentiment de la masse qui se partage entre optimisme et/ou morosité.

Tant que la peur, la morosité seront dominantes je ne vois pas comment on pourra retrouver le chemin de la croissance, de la frontière à déplacer, la foi en l’homme. Je ne vois pas comment on pourra modifier les préférences entre la jouissance des biens et services et la jouissance de détenir de la monnaie.

Les élites qui nous gouvernent cassent la confiance en l’homme, elles sont malthusiennes en diable et ce pour des raisons organiques, matérielles: elles savent que pour reprendre sa marche en avant l’humanité a besoin de changer d’ordre social, de modifier les règles du jeu. Or de vrai changement de l’ordre social ces gens ne veulent pas, ils veulent conserver leurs positions, leurs privilèges, donc ils mettent le couvercle sur le bouillonnement des forces vives.

Leur façon culpabilisante d’aborder la question du climat illustre à l’évidence mon propos.

Ils ne veulent pas que nous retrouvions l’audace, la capacité à anticiper un avenir meilleur, à regarder devant nous, non ce qu’ils veulent c’est que nous vivions frileux, peureux , tremblant de perdre ce que nous avons.

Ils veulent que nous vivions les yeux rivés au rétroviseur, souffreteux, accrochés à nos fauteuils, pas devant nous. Ils nous veulent morts-vivants, zombis.

2 réflexions sur “Editorial. Du mirage de l’inflation au mythe de la toute puissance des banques centrales.

  1. La Revolte, les Forces de Vie, c’ etait Trump et le Brexit, les manifestations de masse dans de multiples pays sur tous les continents, a un point culminant en 2019.
    A cette epoque, vous l’ aviez, la vraie inflation. Sur les salaires US, sur le prix de la vie au Bresil, etc….

    Fin 2020, qu’ en reste-t’il ?

    Une immense prosternation de peur devant une gripette insignifiante, et l’ election aux USA du parfait symbole de l’ etat profond. Le Brexit en negociations depuis 3 ans, peut tres bien durer 3 ans de plus. Et pourquoi pas 10.

    C’ est reparti pour un tour de non-revolte, ILS ont trouve l’ arme absolue pour calmer les peuples.
    Dans la premiere decennie des annees 2000, c’ etait le terrorisme. Maintenant c’ est l’ « urgence » naturelle, climatique, sanitaire, imposee par des « scientifiques » dont le savoir ne doit souffrir aucune contestation, et ca marche.

    Pour le moment.

    J'aime

  2. Commentaire de néophyte :
    Mr Bertez, je suis une artiste passionnée de littérature, mais également curieuse de tout, d’où mes abonnements à des news letter traitant de finances ( chronique Agora, etc…)
    Tout ceci pour vous dire que vous êtes le seul journaliste économique qui me donne l’impression de tout comprendre à l’économie mondiale, telle qu’elle régit nos vies.
    Conclusion: un grand merci!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s