Les dépêches, dollar au plus bas, bitcoin au plus haut!

Je n’ai rien contre le Bitcoin j’en ai regulierment conseillé l’achat pour els plus riches , pour uen fraction de leur patrimoine; 5%.

Du vent pour du vent, pas de problème si on se situe dans le cadre conventionnel de la monnaie pur jeton -token- sans backing, dont l’attrait est régulé par la seule rareté. Le bitcoin n’est pas l’antifote aux FIAT monnaies, au contraire il esn est l’axacerbation, ils e donne cyniquement pour c equ’il est, capriciaux, volatil suspendu dasn els airs apr le jeu de l’offre et de la demande!

Il ne se targue pas d’un ancrage dans le travail , il se targe d’un pouvoir de prelevement croissant pour ses détenteurs sur les richesses réelles parce qu’ils sont plus « malins ». C’est la derniere demande qui fixe son prix et il suffit de toujours trouver une nouvelle demande pour faire monter le prix, c’est dire si la publicité donnée à la hausse du Bitcoin est importante, il faut monter les gagnants du gros lots pour susciter l’envie des joueurs et les inciter à acheter plus.

On comprend l’empressement des banques centrales et des gouvernements a s’attribuer/récupérer cette manne qui renouvelle cyniquement la demande pour les pseudo monnaies et leur donne une nouvelle jeunesse, donc une nouvelle possibilité de gruger ses porteurs.

Le pouvoir est toujours en dernière analyse, le pouvoir d’imposer des équivalences , et d’attirer à soi les richesses réelles; ici nous sommes dans l’équivalence supreme celle qui consiste à échanger des biens et services réels contre une promesse … de rareté! Contre une croyance, contre une confiance.

Le Bitcoin est non un remede a la fausse moanie, il en est la caricature dans la mesure ou il ne retient de la monnaie que ce qui fait son attrait dans le cadre du marginalisme ; la rareté relative. La nous somes vraiment dans la definitiond ela Valeur pour les ultra liberaux ; la valeur ce n’est que dans la tete des gens, beauty is in the eye of the beholder.

Nos sociétés s’écartent névrotiquement de plus en plus de la valeur d’usage car ce sont encore pour un temps de sociéts de profusion, des sociétés d’abondance, des sociétés de surproduction. Elles ont même dépassé le stade de sociétés dominées par les valeurs d’échanges, elle sont sociétés de désir du fêtiche qui représente tous les biens et services: la monnaie.

[Yahoo/Bloomberg] Dollar at 2 1/2 Year Low; Most Asian Stocks Gain: Markets Wrap

[Reuters] Asian shares set to finish 2020 at record high, riskier currencies in favor

[Yahoo/Bloomberg] Gold Heads for Best Year in a Decade With Dollar on the Ropes

[Reuters] Dollar sucked into downward spiral by U.S. twin deficits

[Reuters] Fauci sees U.S. gaining control over pandemic by next autumn

[Reuters] Cyber attack on U.S. government may have started earlier than initially thought – U.S. senator

[Yahoo/Bloomberg] China’s Strong Recovery Shows Signs of Peaking as PMIs Ease

[Reuters] China’s factory recovery moderates as higher costs slow business

[Reuters] China’s services activity growth slows in December – official PMI

[Yahoo/Bloomberg] China Averts Cash Squeeze That Was Wreaking Havoc on Bonds

[Reuters] U.S. warships transit Taiwan Strait, China denounces ‘provocation’

[Bloomberg] Sluggish Vaccine Campaign Raises Specter of U.S. Dysfunction

[Bloomberg] Homebuyers in U.S. Face Worst Affordability Squeeze in 12 Years

[FT] Corporate debt sales to shrivel in 2021 after record boom

2 réflexions sur “Les dépêches, dollar au plus bas, bitcoin au plus haut!

  1. L’avenir des cryptos monnaies est déjà écrit. Et on a un exemple sous les yeux de cette histoire (tellement évident qu’on ne le voit pas).
    Il s’agit d’Internet. Internet était, par construction, et par les choix techniques d’infrastructure, un système décentralisé, libre, ouvert, non commercial, transnational, autorégulé, neutre, résilient, résistant à la censure…
    Comme les cryptomonnaies.
    Et qu’est devenu Internet ? Les gouvernements et les grandes entreprises privées, de connivence car ils avaient des intérêts communs à ce que ca ne reste pas un délire de libertaires, l’on transformé en système ultra centralisé, contenu discriminé, censuré, fermé, propriétaire, fragile, surveillé, soumis à des règlementations à n’en plus finir. Cf la notion de « Minitel 2.0 » de B. Bayart.

    – Centralisé : coupez Google et Amazon et la moitié des sites web ne fonctionneront plus. Internet a été conçu pour que chacun puisse rester propriétaire et détenteur de ses données. Elles sont maintenant
    hébergées par les GAFAMs nous n’en sommes plus légalement propriétaires.
    – Propriétaire : mettez en ligne un site web qui ne satisfait pas les règles arbitraires édictées par Google et il sera relégué en fond de classement par leur moteur de recherche…
    – Contenu discriminé : fin de la neutralité du réseau
    – Censuré : est ce la peine de détailler ?
    – Surveillé : cf Snowden
    – Soumis à des réglementations : RGPD, lois sécuritaires dans le monde, tentatives de règlementation extraterritoriale…

    Internet a été conçu avec un esprit libertarien, anarchique (dans le sens originel : « qui fonctionne de façon autonome sans autorité supérieure »). Il a été complètement dévoyé, tordu pour fonctionner exactement à l’opposé. Un peu comme la carte à puce qui permettait d’imaginer un système de paiement électronique équivalent en terme de liberté au paiement cash, et qui est devenu l’inverse : un système ultra centralisé, traçable, blocable à l’envie.

    Que reste t il de l’Internet tel qu’il a été conçu, et tel que le grand public l’a découvert en 1995-2000 ? Aujourd’hui, à peu près rien… Les dernières traces qu’on peut en trouver sont sur le « Dark Web » , via Tor… Mais c’est totalement marginalisé et tout est fait pour que ca sente le soufre pour en tenir le grand public à l’écart.

    Les cryptos ont 20 ans de retard sur Internet. Elles sont en train de vivre leur « bulle internet » de 2000. Ca part dans tous les sens, tout le monde spécule dessus sans trop comprendre de peur de rater le train. Avec les abus qui vont avec (ah les ICOs à la chaine d’il y a 2 ans…)
    Mais la suite est toute tracée. Les états vont réglementer, interdire, les BCs vont créer leur propre cryptomonnaies, et les cryptomonnaies ‘historiques’ seront marginalisées.
    Et les premiers indices le confirment : Le Venezuela a créé sa crypto d’état, la BCE en parle, les gouvernements commencent à y mettre leur nez (Affaire récente de la SEC et l’XRP), on commence à entendre les politiques de parler de terrorisme financé par le BTC (classique pour commencer à discréditer et interdire), diminution du nombre de masternodes bitcoin et concentration des mineurs via des pools qui centralisent et fragilisent le protocole, etc…

    Bref, l’histoire est écrite, et l’incertitude n’est que dans les modalités. Les cryptomonnaies vont être confisquées, transformées ironiquement en instrument de contrôle. Les BCs et les états vont imposer leur propres cryptomonnaies « canada dry » (idéal pour accélérer la disparition du cash et avoir la main sur les actifs des citoyens et imposer des taxes internationales ou des taux négatifs), marginaliser les cryptomonnaies « historiques » et non gouvernementales voire les interdire directement ou indirectement. Les acteurs privés vont recentraliser tout cela, prélever leur dime, limiter l’interopérabilité, tracer encore plus facilement les utilisateurs (la barrière actuellement étanche entre le commerce et les paiements en ligne pourra sauter)…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s