Ce ne sont pas les actifs financiers qui sont surévalués, c’est la monnaie présente en quoi les prix s’expriment qui est surévaluée

Ne manquez pas : les bulles sont rationnelles à condition de lire correctement les équivalences entre les actifs financiers et la monnaie. Les prix des actifs financiers nous donnent une indication sur ce que vaudra la monnaie à long terme.

Ce ne sont pas les actifs financiers qui sont surévalués, c’est la monnaie présente en quoi les prix s’expriment qui est surévaluée en regard des prix des biens et des services; elle sera dépréciée quand les politiques monétaires non conventionnelles ne pourront plus être poursuivies.

Ce que je vous propose c’est de renverser la lecture des équivalences financières qui disent qu’un S&P 500 vaut 3500.

Je vous propose de remettre le système sur ses pieds et l’églisee au milieu du village à savoir que la richesse financière n’est pas une richesse mais une créance, une promesse de droit à prelever sur les richesses réelles futures , biens et services.

Si vous vous avez compris cela vous comprenez mon raisonnement qui dit que l’inflation des prix des actifs financiers, inflation des promesses, implique que plus tard les prix de tous les biens et services montent c’est à dire que la monnaie se déprécie.

le système est menteur par construction, il est conçu pour tromper/illusionner le maximum de gens. Quand les banquiers centraux vous parlent d’un « effet de richesse » il faut comprendre un effet réel de dilution de la richesse réelle présente et future. Emettre des masses de droits sur le meme stock de biens n’enrichit pas, cela ne fait que réduire la part qui revient à chaque signe, à chaque unité de richesse fictive.

Bien sur il y a toujours la possibilité que la masse des richesses futures s’accroisse, mais cela c’était avant, dans les temps anciens. Depuis des décennies la croissance réelle est faible et depuis 2008 la croissance réelle potentielle est considérée comme fortement ralentie. On a baissé toutes les estimations de la croissance potenetielle dans le monde. En passant c’est la raison pour laquelle quand un escroc intellectuel comme le prix noble Shiller ou Powell vous dit que les taux bas justifient des évaluations élevées des actions il se fout de vous; les taux bas ne font que traduire la disparition de la croissance en dessous des normes anciennes et on démontre mathématiquement que les valorisations des actions ne méritent aucune prime pour les taux bas puisqu’en contrepartie la croissance des bénéfices futurs est réduite.

Digression:

L’idée que l’univers monétaire du dollar est fragmenté est une idée que je propose depuis longtemps; je la tiens de l’experience allemande qui dans les années 30 manquait de devises et avait créé un système de monnaies complexe . L’Allemagne manquait de devises et avait mis en place uns sytème ingénieux pour y parer. Il y avait donc plusieurs Marks.

Dans la sitaution présente d’insolvabilité réelle du système je me dis que l’on fait même chose; un dollar de la sphère financiers n’éaquivaut ps vraiment à un dollar de la sphère réelle et on le verra un jour, ainsi par exemple avec leurs dollars accumulés , les chinois ne peuvent pas acheter n’importe quoi aux USA.

De meme je dis qu’un dollar de dettes extérieure US ne vaut pas un dollar intérieur, on le verra quand la dette extérieure sera soit repudiée soit convertie . Un dollar extérieur, eurodollar n’est pas un dollar etc, de nombreux dollars coexistent et dans l’inéluctbale crise de réconciliation, , soit certaines formes du dollar seront détruites, soit elles seront réunifiées.

Les prix des actifs financiers nous disent quelque chose sur la valeur de la monnaie à long terme.

La monnaie est duelle, il y a une monnaie pour les biens et services et une monnaie pour la sphère financiere.

La monnaie de Powell est financière, ce n’est pas une vraie monnaie c’est un jeton de Monopoly.

Rapporter la masse monétaire produite par Powell au GDP est une idiotie car cette monnaie ne va pas, n’est pas destinée au champ des biens et services , elle est destinée au champ financier.

S’en servir pour calculer un ratio de vélocité de la monnaie est une absurdité.

Mais les prix des actifs financiers ne peuvent rester cantonnés, isolés de ceux de l’économie réelle car les cash flows qui doivent soutenir les prix financiers doivent, in fine venir de la sphère réelle. Le lien entre la sphère financière et la sphère réelle, ce sont les cash flows gagnés qui servent à honorer les promesses financières.

La réconcialition est inéluctable car comme l’a exprimé Greenspan; les cash flows futurs sont « embedded » , integrés dans les prix des actifs.

Ceci implique que les GDP futurs nominaux doivent être en mesure de faire face aux besoins d’honorer les prix des actifs.

Le GDP nominal doit monter de façon considérable.

Si on pense comme cela semble raisonnable que l’on ne peut accélérer la croissance réeelle, il ne reste que la croissance nominale c’est à dire l’inflation forte des prix du GDP. pour honorer le prix des actifs.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s