Editorial: dislocations de fin de cycle, les mines menacent d’exploser de partout.


Les choses deviennent folles en fin de cycle du crédit. Les comportements deviennent chaotiques, la spéculation ne rencontre plus aucune limite.

Ces derniers jours nous avons atteint un sommet dans l’échelle de la folie.

La foule des petits spéculateurs à découvert le jeu du « short squeeze ». Ce jeu consiste à étrangler les opérateurs qui ont vendu des titres qu’ils n’avaient pas parce qu’ils considéraient qu’ils étaient trop chers. Ils espéraient donc les racheter moins cher. En achetant en masse ces titres, les petits speculateurs ont fait rendre gorge aux grosses institutions.

Le jeu du short squeeze consiste à faire courir ces vendeurs à découvert et à les forcer à recheter les titres qu’ils n’ont pas à des cours de plus en plus élevés.

Ce fut une semaine pour les livres d’histoire. Pour la postérité: GameStop a gagné 400%, AMC Entertainment 278%, Express 235%, Siebert Financial 122%, Cel-Sci 75%, Novavax 74%, Vaxart 68%, Fulgent Genetics 60%, Vir Biotechnology 59%, National Beverage 54% et Fossil 47%.

De façon extrement inquiétante, l’indice VIX a grimpé à près de 38.

Le jeu du short squeeze, si on consulte l’histoire, c’est la spéculation ultime. C’est un phénomène de fin de cycle évident. Les cours qui sont atteints sur des valeurs de qualité pourrie atteignent des sommets rien que sur des déséquilibres techniques entre l’offre et la demande, ce qui révèle à l’évidence le caractère dysfonctionnel du marché financier.

C’est la réponse sans précédent à la crise sanitaire qui a déclenché le phénomène.

La Réserve fédérale américaine et toutes les banques centrales mondiales ont déclenché une puissante dynamique speculative sur des marches deja chauffés à blanc par des années d’argent et de crédit gratuits.

Tesla, l’enfant chéri de la spéculation , a bondi de 700%, infligeant les pertes les plus importantes jamais réalisées sur des positions vendeurs individuelles.

L’indice Goldman Sachs Most Short, c’est à dire des valeurs les plus vendues à découvert, s’est envolé de plus de 200% par rapport au plus bas de mars, terminant 2020 en hausse de plus de 50%.

La communauté des opérateurs, je n’ose dire investisseurs, spécialisés dans le short est entrée en 2021 considérablement affaiblie et vulnérable.

A l’opposé, la communauté des petits spéculateurs en ligne de type «Robinhood» s’est enrichie joyeusement, à la faveur de l’effet de nombre.

La presse salue ce coup de bourse des petits contre les gros comme en témoigne les titres des médais.

Commerce de détail vs fonds spéculatifs. David contre Goliath. Main Street battant Wall Street. La démocratisation de la finance pour tous.

Un titre de Bloomberg retient mon attention : «Robinhood ne joue pas sur les marchés. Il les démocratise. ».«Les médias sociaux orchestrant une attaque éclair sanglante contre les hedge funds».

Le premier mois de la nouvelle année commence donc par le chaos, c’est la manifestation du désordre monétaire aigu créé par l’activisme des banques centrales .

La Fed truque depuis des années, et encore l’an dernier, le jeu de «l’investissement» pour assurer des gains maximums aux participants à la Loterie boursière, il n’y a pas de raison que cela soit réservé aux gros de l’establishment, les petits aussi ont droit de s’amuser à la fête. Telle est un peu la réaction du sens commun. Il n’y a pas de moyen plus rapide d’enregistrer des gains importants qu’en étant du bon côté du marché et ici le bon coté c’était l’achat de tout ce qui est pourri.

Le public et les médias se rejouissent car ils y voient une sorte de revanche des petits contre les gros profiteurs.

La vente à decouvert, le short a mauvaise presse, et depuis des siècles ont s’acharne à entretenir l’idée qu’ils sont contre nature, voire incivils . Ils seraient le contraire de l’investissement puisqu’ils consistent à vendre ce que l’on n’a pas. En fait c’est plus complexe et on peut soutenir que le vendeur short a une fonction essentielle dans les processus de découverte des vrais prix sur un marché. Il contribue à un fonctionnement sain des marchés face à une foule qui a tendance à s’emballer et à être moutonnière.

Allez faire comprendre cela. Allez faire comprendre qu’il est sain et intelligent qu’un paysan vende sa récolte à terme, récolte qu’il n’a pas encore, afin de sécuriser ses recettes et regulariser les prix qu’il sait être aberrants..

Que la communauté des petits spéculateurs en ligne profite de positions courtes imprudentes des hedge funds est une merveille du capitalisme dit la presse; j’en doute .

En tant que groupe, ils n’ont aucune idée du feu avec lequel ils jouent. Il y aura des exceptions, mais globalement cette communauté va se bruler, « se cramer » même. Les phénomènes de foule sont rarement gagnants en Bourse et ici ce ne sera pas l’exception. Beaucoup sont inexpérimentés dans une telle guerre contre le marché, ils ne comprennent certainement pas leur risque. Bien peu pourront se vanter d’avoir joué The Great 2021 Squeeze.

La plupart seront perdants. On n’est gagnant au Casino que si on sait quitter le jeu sur un gain et ne plus jamais y revenir. En Bourse c’est encore pire. Beaucoup feront exploser leurs comptes de trading et quitteront le casino ruinés ou pire avec dettes .

Le Big Squeeze de 2021 n’est pas statistiquement réparti, il a une composante pyramidale , une composante Ponzi, une composante chaine du bonheur qui garantissent la ruine future des participants en tant que groupe. Ce sont des jeux de chaises musicales, et vous serez étonnés de la vitesse à laquelle les actions de short squeeze finissent par s’effondrer. Ce sera un choc terrible pour beaucoup. Il y aura du sang sur les murs et dans Main Street, croyez en mon experience.

J’ai émis ces derniers jours et a plusieurs reprises des avis de prudence sur les marchés, j’ai été jusquà écrire: les marchés puent! Je maintiens.

Un important mouvement de désendettement est possible tant la spéculation sur le «sans risque» est devenue colossale. Le VIX est vulnérable à la spéculation et à une vague de désendettement.. La dislocation de l’univers des shorts a infligé de graves pertes aux hedge funds. Les stratégies long / short et certaines stratégies quantitatives factorielles sont en difficulté. L’explosion des volumes sur les options ne nous dit rien qui vaille, l’opacité est grande, des phenomenes bizarres de boucles de détresse sont possibles.

La communauté Reddit a provoqué une dislocation qui a fait perdre 3,7 trillions au portfeuille des actions globales

Image

La reponsabilité des banquiers centraux sera terrible le jour ou la dislocation se produira. Le nez sur leurs modèles, coupés du monde, intoxiqués par leurs théories fausses ils n’ont aucune idée des mines qu’ils sèment , ils ont couvert le monde de capital fictif et ce capital fictif n’attend qu’un choc pour exploser et rejoindre l’enfer de la monnaie perdue.

Au cours de l’année du COVID, la production, l’investissement et l’emploi dans presque toutes les économies du monde se sont effondrés; les verrouillages, l’isolement social et l’effondrement du commerce international ont réduit la production, la distribution de revenus et les dépenses.

Pour les marchés boursiers et obligataires des principales économies ce fut une aubaine.

Les indices boursiers américains et beaucoup d’autres ont terminé 2020 sur des sommets historiques. Après le choc initial du COVID et les verrouillages qui ont suivi, les indices boursiers américains ont plongé de 40%, ils ont ensuite fait une reprise spectaculaire, dépassant finalement les niveaux pré-pandémique.

Cela s’est produit en raison de l’injection d’argent et de crédit dans les économies dans des proportions que l’on n’avait jamais connu dans le passé.

Les taux d’intérêt sur le crédit sont tombés vers zéro et, sur des «actifs sûrs» comme les obligations d’État, les taux d’intérêt sont même devenus négatifs. Les acheteurs d’obligations payent des intérêts aux gouvernements pour acheter leur dette!

Plus les taux baissent, plus les pris des actions montent, la capitalisation boursiere, la valeur des portfeuilles devient de plus en plus fictive.

Ces largesses de crédit n’ont pas été utilisées dans l’économie réelle , pour maintenir le personnel ou pour soutenir l’activité des entreprises. Au lieu de cela, les prêts ont été utilisés comme des emprunts gratuits pour spéculer sur les actifs financiers.

L’endettement boursier a atteint des sommets jamais vus.

Les actions et les obligations ne sont pas du capital réel; ils ne sont qu’une créance sur les bénéfices futurs. «La valeur en capital réel d’un tel papier est… totalement illusoire… Le papier n’est qu’une promesse, un titre de propriété qui représente le vrai capital.» or le vrai capital s’est déprécié alors que la valeur des morceaux de papier que sont les droits de proprieté n’a cessé de monter.

Le gap, le fossé est colossal.

EN PRIME

2 réflexions sur “Editorial: dislocations de fin de cycle, les mines menacent d’exploser de partout.

    1. Merci Mr Bertez pour vos articles qui deviennent finalement de vrais espaces de discution.
      L’économie s’effondre mais les monnaies aussi, donc tout reste au même niveau.
      Ce que vous lirez ci après ne reflète que mon avis (et je peux me tromper) et cela n est en aucun cas une vérité absolue.
      Selon le pétrolier BP, nous avons passé le pic pétrolier (tous pétroles confondus) en 2018. Pic pétrolier du pétrole conventionnel fut 2008 ce qui engendra les subprimes ( baril à 150 dollar en 2008). Nous sommes à la fin du cycle capitaliste basé sur la croissance (faussement infinie) par la création monétaire d’argent-dettes. Ce nouveau monde a commencé timidement en 2008 et pleinement avec le covid avec la creation monétaire de banques centrales basée sur la monnaie de BC qui ne demande aucune contre partie et est quasi illimité car une banque centrale ne peut que difficilement faire faillite. Pour résumer, dans l ancien système nous avions de la monnaie limitée ( créée à partir du credit) avec toujours plus d energie disponible pour plus de croissance et la bourse détestait l incertitude. Aujourd’hui nous avons (cela reste une hypothèse bien sûr) de la monnaie illimitée avec de l énergie limitée et des marchés boursiers qui monte quand la situation devient affolante (normal car monnaie illimitée) . Et j ose un petit plus concernant les prix du pétrole, la demande de pétrole s effondre (comme le reste de l economie) et si le dollar baisse (ou s effondre ?) alors les prix du baril augmenteront et nous allons revivre la même situation que la fin des accords de bretton wood en 1971 ce qui a engendré le 1er choc petrolier du en fait à un choc monétaire. Malgré cela je reste ultra prudent en bourse et souhaite que les secteurs les plus durement touchés soient les plus aidés car cela concerne la vie bien réelle d’hommes, de femmes et d enfants.
      Désolé pour l orthographe car je ne me suis pas relus.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s